14 mars 2017

The Duff

Couverture The DuffThe Duff

Titre : The Duff
Auteure : Kody Keplinger
Editions : Hachette
Pages : 304 pages
Prix : 15,90 €

Résumé :

Bianca n’est peut-être pas la fille la plus jolie, ni la plus populaire du lycée mais elle a d’autres atouts : Deux meilleures copines, un esprit mordant et beaucoup de second degré.
Elle est aussi bien trop maligne pour tomber sous le charme du sexy Wesley, coureur de jupons invétéré et son ennemi juré depuis qu’il la surnomme la D.U.F.F (Dodue, Utile et Franchement Fade).
Jusqu'au jour où elle commence à se demander si ses vraies ennemies ne seraient pas en fait ses amies si jolies, si parfaites et si populaires qui ont fait d’elle leur faire valoir : la copine un peu moche mais bien utile… leur D.U.F.F. ?
Fatiguée d’être toujours reléguée au second plan, Bianca décide de sortir de l’ombre et de se débarrasser de son surnom en menant une véritable révolution contre les impitoyables règles sociales du lycée. Et en croisant sur son chemin un improbable allié…

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier les éditions Hachette pour cet envoi !

On m'avait plusieurs fois parlé de ce livre, du film qui l'accompagnait. J'avais vu des avis élogieux fleurir un peu partout sur le Web, lors de sa sortie VO. J'étais donc très curieuse de voir ce qui pouvait à ce point déchaîner les foules. Au final, j'ai passé un agréable moment de lecture, mais qui ne sera cependant pas mémorable. Explications...

Les personnages sont chouettes, sympathiques. Ils dégagent une atmosphère légère, beaucoup de bonne humeur. Bianca est une ado très clichée de la littérature young-adult : Maladroite, pas forcément sublime, un peu à l'écart, en décalé sur son temps. Elle nous fait sourire, grâce à son terrible sens de la répartie, à son humour, et à sa ténacité. Wesley est lui aussi un personnage-type de ce genre de littérature, le beau-gosse adulé qui se révèle finalement moins con qu'il n'en a l'air. Idem pour les copines de Bianca, ainsi que pour tous les autres personnages, en fait. Ca fonctionne donc, on s'en doute, puisque ça l'a toujours fait. Néanmoins, je dois avouer que je suis un peu lassée de tout cela, et que par conséquent, je n'ai pas réussi à m'attacher à tout ce petit monde trop peu original pour moi...

Le style de l'auteure est frais, moderne, entraînant. Il m'a bien plu. Il correspond tout à fait à l'état d'esprit du bouquin, et permet une lecture fluide, agréable. On s'amuse tout en prenant une bonne leçon de morale, et c'est exactement ce qu'on attend d'un ouvrage comme celui-ci. Les pages défilent sans qu'on s'en rende compte, pour le plus grand plaisir du lecteur. L'écriture est à la fois drôle et intelligente, touchante et divertissante. Elle porte très bien le récit, et en fait une aventure très agréable à découvrir.

Pour ce qui est de l'intrigue, je vais être honnête : Elle ne casse pas trois pattes à un canard. En effet, ici, il n'est pas vraiment question d'originalité, ou d'audace. Tout le schéma du récit est relativement classique de ce genre d'ouvrages : La fille banale, le mec populaire et canon, ils se détestent, ils finissent par s'aimer. C'est gros comme un nez au milieu de la figure. J'avoue que j'aurais aimé, pour un livre aussi vanté, un peu de démarcation, quelque chose de différent. Du coup, j'ai été un peu déçue. Ceci mis à part, j'ai passé un bon moment de lecture, c'est certain. Il y a beaucoup d'énergie dans ce bouquin, très communicative. De ce fait, inévitablement, on se trouve embarqué dans une histoire pétillante, qui nous fait jouir d'un moment de détente très agréable. Après, vous dire que j'ai été subjuguée par le charme de ce texte serait vous mentir. Bien que réussi et appréciable, ce roman manque à mon goût de nouveauté. Il y a du potentiel, mais j'aurais aimé qu'il soit davantage exploité. Je n'ai pas été marquée par ma lecture, qui n'a pas "changé" quelque chose en moi, comme j'aime voir un livre le faire. Ma chronique est assez délicate à exprimer, parce qu'en fait, ce n'est pas que je n'ai pas aimé cet ouvrage, mais ce n'est pas non plus que je l'ai aimé. Il est simplement banal, classique, et c'est à la fois un avantage et un inconvénient, puisque c'est une valeur sûre, et qui fonctionne toujours et encore, mais aussi du vu et revu, dont on peut se lasser. De fait, vous pouvez aussi bien adorer ce roman que le détester. C'est LE type de livre à la qualité subjective par excellence. En ce qui concerne le schéma narratif lui-même, c'est cohérent, c'est rythmé. Il y a des péripéties, des revirements de situation, une morale. Bon, pour le suspense, bien entendu, il n'est pas immense : On comprend très rapidement comment l'histoire va tourner, il n'y pas grande surprise, même si on est toujours amusé/touché de suivre les aventures des personnages. Je dois admettre que j'ai eu du mal avec les relations qui liaient ces derniers : Effectivement, elles m'ont semblé plutôt superficielles, pas forcément approfondies comme elles auraient pu l'être. De même pour les divers sujets de société abordés au travers des pages, ainsi que pour les thèmes plus classiques comme l'amitié, l'amour, la famille... On a une mise en scène de valeurs certes intéressante, un engagement palpable, mais on aurait pu aller encore plus loin. Pour un ouvrage si reconnu, j'en attendais beaucoup plus. Globalement, ce livre a été sympathique, mais sans plus. En fait, il m'embête, car je n'ai pas vraiment d'arguments pour le critiquer, puisqu'il reste dans un bon modèle de réussite. Mais c'est justement ça, le problème : Il reste trop dans ce modèle de réussite qu'on voit partout.

La fin est à l'image du reste du récit : Chouette, mais classique, attendue. Oui, on sort du livre avec une morale, mais elle reste très habituelle à ce type d'ouvrage. Il n'y a pas de petite étincelle qui ferait la différence, vous comprenez ? C'est un roman qui bouge, en un sens. Mais dans un autre sens, c'est un roman qui est très linéaire : Il ne m'a jamais surprise, alors que c'était exactement ce que j'espérais qu'il fasse. Donc, oui, c'est une belle fin, oui, c'est bien écrit, oui, c'est un beau message. Tout cela est indéniable. Mais il manquait quelque chose, qui aurait fait la différence, un risque, par exemple. Ce roman est trop lisse, il ne provoque pas assez, il ne s'aventure pas en terre inconnue, il n'ose pas. Et c'est frustrant pour le lecteur, d'avoir de la qualité clairement sensible, mais de constater qu'elle n'est pas exploitée à sa juste valeur.

Le titre, et le surnom de Bianca par la même occasion, est lui une très belle invention, bien pensée, (Si on se réfère à la VO, du moins) qui permet une bonne représentation de l'histoire, et qui provoque une certaine curiosité chez le lecteur (surtout anglophone). Bon, par contre, pour la couverture, je dois admettre que je ne suis vraiment pas fan de cette affiche du film (Grossière adaptation cinématographique typiquement américaine d'ailleurs, je vous le déconseille, navrée). C'est trop flashy, trop criard, et un peu cheap, malheureusement.

Bon, au final, vous aurez compris que ce roman m'a déçue. Même s'il est de qualité, il est beaucoup trop sage, alors qu'il aurait largement matière à tenter sa chance hors des sentiers battus. Cela en fait un roman parmi tant d'autres, alors qu'il pourrait faire beaucoup mieux, j'en suis convaincue. Si vous aimes les histoires détentes, bien écrites, classiques de la Littérature YA, ce roman vous enchantera. En revanche, si, comme moi, vous cherchez le petit truc qui fera mouche, vous risquez d'être aussi déçu que moi. A vous de voir, donc !

J'ai été déçue...

Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

     

Livre reçu grâce aux éditions Hachette et au site Lecture Academy. Merci à eux !

9 mars 2017

La guerre sur le porte-bagages - 1940

Résultat de recherche d'images pour "la guerre sur le porte-bagages"La guerre sur le porte-bagages -1940

Titre : La guerre sur le porte-bagages - 1940
Auteur : Didier Dufresne
Editions : Oskar
Année de parution : 2015
Pages : 124 pages
Prix : 9,95 €

Résumé :

Juin 1940, l’armée allemande bombarde les environs de Troyes. Marguerite Comparot, 14 ans, voit sa ville traversée par les populations fuyant l’avancée ennemie. Comme des millions de Français, Marguerite et sa famille choisissent l’Exode. Commence alors un périple de plus de 400 kilomètres en vélo sur des routes encombrées de millions de réfugiés. Pour Marguerite, la route jusqu’à Aubusson dans la Creuse, sera longue, semée d’embûches, mais pleine de surprises...

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier Angélique et les éditions Oskar pour ce bel envoi !

Si vous suivez le blog depuis un petit moment, vous connaissez ma curiosité insatiable à propos de tout ce qui a trait à la Seconde Guerre Mondiale. Aussi, lorsque j'eus l'occasion de découvrir ce court récit historique, basé sur des faits réels, je n'ai pas hésité une seule seconde, et je ne le regrette absolument pas.

Les personnages, ou plutôt les héros, puisqu'ils ont tous réellement existé, ont tous quelque chose de très attachant. La narratrice, Marguerite, est une adolescente solaire, très généreuse, solidaire, et simple. Elle est surtout très humaine, authentique, à l'image de toute sa famille, en fait. En effet, ses parents, oncle, tante, cousine, frères, sont toutes et tous des personnes relativement classiques, et pour une fois, cela ne pose aucun problème d'ennui à la lecture : Le simple fait de savoir que tout ce petit monde a bien été réel sm
Comme souvent dans les témoignages rédigés par une personne autre que le témoin, le style est très neutre, pas vraiment stylisé, justement, tout juste romancé. Et c'est parfait. La forme laisse toute la place au fond, et c'est ce qu'il y a de plus agréable pour bien apprécier la lecture. L'auteur s'efface humblement pour permettre à la famille Comparot d'être pratiquement le seul et unique intérêt notable de ce livre, et c'est clairement la meilleure recette possible pour ce genre d'ouvrages. Toutefois, l'écriture veille bien entendu à rester fluide et prenante, ce qui, une nouvelle fois, me permet d'affirmer que ce bouquin est très bien écrit.

Je vous l'ai déjà dit, ce récit se base sur une réelle histoire de famille, bel et bien vécue durant la Seconde Guerre Mondiale. De ce fait, je ne vais bien m'entendu pas vous donner mon avis sur l'intérêt de "l'intrigue" ; on n'a encore jamais vu quelqu'un juger la pertinence de la vie d'autrui. (Du moins, quelqu'un de sensé, ce que j'espère être) En revanche, ce que j'ai à vous dire, c'est que son originalité le rend d'emblée très pertinent à lire. Effectivement, l'exode est loin d'être la face de la Seconde Guerre Mondiale qui soit la plus abordée dans la Littérature, et surtout dans la Littérature jeunesse, bien que très importante dans la période. Grâce à ce témoignage, il est enfin possible de se rendre un peu compte de la violence de ces départs, d'un point de vue sentimental. Tout quitter, du jour au lendemain, quasiment sans bagages, partir sans savoir exactement où aller, et surtout, sans se retourner ; il s'agit d'une expérience très singulière dont l'existence est, à mon sens, fondamental à connaître. Les émotions de la famille sont très bien véhiculées, permettant au lecteur de se sentir sincèrement touché par cette aventure. Ce récit occasionne alors une forte prise de conscience, à la fois d'un point de vue plutôt historique, et d'un point de vue plutôt sentimental, en lien avec la matérialité parfois ridicule de notre société actuelle. Ce texte, c'est aussi une magnifique preuve de solidarité, d'entraide. La confiance et le soutien dont parviennent à faire preuve certains Français en ces temps de guerre sont puissants, et rappellent des valeurs trop souvent oubliées. Bien sûr, ce bouquin, c'est aussi une histoire de détermination, de force, de courage. Malgré la situation très précaire dans laquelle évolue les personnages, ils réussissent à s'en tirer grâce à l'amour qui unit cette famille qu'on tente de briser, et là encore, c'est un très beau message qui est délivré, un message vrai, pur, concret. La preuve qu'il n'y parfois pas besoin d'aller chercher très loin ou d'inventer tout et n'importe quoi pour réussir à captiver et marquer un lecteur... Par ailleurs, un des autres grands atouts de ce livre est de comporter, à la fin, un dossier contenant diverses photos de la famille Comparot, ainsi que des différents lieux qu'ils ont pu connaître au cours de leur exode. C'est peut-être un peu anecdotique, mais pour ma part, je trouve qu'il n'y a rien de mieux pour pleinement vivre la lecture. Bref, c'est un très beau témoignage, utile, juste, et enrichissant.

Le titre me plaît beaucoup, je trouve qu'en plus de bien refléter le contenu, il a quelque chose de poétique, faisant de la guerre quelque chose de presque trivial, léger, pour un effet des plus intéressants. De même pour la couverture, très classique, mais pourtant forte, car symbolique, et surtout saisissante, du fait de la présence du visage de Marguerite, la jeune narratrice.

En conclusion, je vous conseille vivement de vous pencher sur cet ouvrage, qui mérite d'être lu. Cette collection prouve une nouvelle fois sa pertinence, sa justesse et sa richesse, grâce à un texte à la fois différence, authentique et efficace. N'hésitez pas à vous pencher sur cette histoire, vous ne le regretterez pas : Vous vous instruirez, et vous serez touché. Pas mal, non ?

J'ai adoré !

Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

Résultat de recherche d'images pour "oskar éditions"

Livre reçu grâce aux éditions Oskar. Merci à eux !

7 mars 2017

L'échappée

Couverture L'échappéeL'échappée

Titre : L'échappée
Auteur : Allan Stratton
Edition : Milan (Pages Turners)
Année de parution : 2016
Pages : 252 pages
Prix : 13,90 €

Résumé :

"Comment peut-on ne pas vouloir sortir avec Jason ? il est ultra cool. [...] Jason, pour moi, c'est un rêve qui se réalise."
Hélas pour Leslie, son rêve va vite tourner au cauchemar...
Jason, le nouveau qui attire tous les regards, n'est pas le garçon bien qu'il paraît être. Lentement, il tisse sa toile autour d'elle.
Pour qu'elle ne puisse plus s'échapper. Pour qu'elle lui appartienne.
Corps et âme.

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier Céleste et les éditions Milan pour cet envoi percutant !

Ce roman m'a immédiatement intriguée, compte tenu de son résumé sombre et pourtant séduisant. Je sentais qu'il y avait quelque chose de très intéressant à exploiter entre ses pages, et j'ai eu raison sur ce point. Toutefois, je dois admettre avoir tout de même été assez déçue par la façon dont cela a été mis en scène...

J'ai eu du mal à m'attacher aux personnages. La narratrice, Leslie, est une adolescente qu'on pourrait simplement qualifier de détestable. Capricieuse, prétentieuse, provocatrice, elle possède en plus un côté peste qu'il est difficile d'occulter. Du coup, par la suite, lorsqu'elle se révèle en danger, mais aveuglée et naïve, on ne parvient pas à s'émouvoir de sa situation ; au contraire, on est plus agacé par son stoïcisme, ce qui altère la qualité du message qu'on souhaite faire passer. En ce qui concerne le personnage de Jason, là encore, j'ai été déçue : Je l'ai trouvé plus grossier que crédible, presque trop caricaturé pour être vraiment inquiétant. Et c'est un problème récurrent, avec les personnages secondaires de ce roman. Pour moi, tous les personnages manquent cruellement de profondeur, ce qui est en quelque sorte du gâchis, quand on voit l'importance du sujet traité... Dommage, vraiment.

Le style de l'auteur est bon, mais là encore, je ne suis pas totalement satisfaite. Certes, il est fluide, il est efficace, il se lit bien, mais une nouvelle fois, j'insiste : Pour un sujet comme celui-ci, j'aurais aimé davantage. Je ne voulais pas simplement être intéressée, je voulais être bouleversée. A mon sens, l'auteur n'est pas parvenu à nous rapprocher suffisamment de ses personnages ; on se sent trop spectateur de l'intrigue, et pas assez acteur. Je dois admettre que j'avais du mal à me sentir concernée, à être touchée. L'écriture reste selon moi trop en surface, s'éloignant de la gravité du thème abordé pour proposer un résultat manquant d'authenticité et de réalisme. Toutefois, mon côté féministe tient à relever le fait que l'auteur soit un homme. Je ne sais pas pour vous, mais qu'un homme prenne le temps d'écrire un roman sur le viol et la perversité adolescents, je trouve ça très bien, car pas forcément fréquent.

Venons-en à l'intrigue. Une énième fois, je vais vous dire que mon ressenti est assez mitigé. Cependant, je tiens à préciser que là, bien que divisé, mon avis tend davantage vers le positif que le négatif. En effet, il est déjà très pertinent de mettre en scène pareille intrigue. Et puis, je ne peux pas dire que c'est vraiment mal fait. On aurait pu avoir mieux, mais on aurait aussi pu avoir bien pire. Il faut une certaine forme de courage pour se lancer dans un ouvrage pareil, qui représente certains risques. Il faut aussi parvenir à ne pas tomber dans le ridicule, dans le trop glauque, dans le drama... Bref, tout est question d'équilibre, et celui-ci est difficile à trouver, j'en conviens. Ce qui excuse probablement la déception que représente principalement cette lecture. En terme de rythme, j'ai trouvé qu'on était plutôt face à quelque chose de bien, qui prend le temps d'instaurer les choses, sans les brusquer, qui n'ennuie pas le lecteur, à aucun moment. Donc, globalement, l'histoire en elle-même bien réussie. Bien sûr, des choses auraient pu être améliorées : Les relations entre les personnages, notamment, auraient pu être approfondies, qu'elles soient amoureuses, amicales, ou familiales. C'est un peu le problème général de ce bouquin : Il fait bien les choses, alors que je suis persuadée qu'il aurait largement le potentiel pour très bien les faire. Un autre pilier de ma déception que je souhaite mentionner : Du début jusqu'à la fin, dans un livre sur le viol, l'auteur reste dans la suggestion. Oui, il est important de préserver une certaine pudeur, oui, il ne faut pas tomber dans l'archi-cru pour ne pas trop choquer. Mais à mes yeux, cela n'empêche pas d'appeler un chat un chat, du moins, un peu plus que ce qui est ici fait. L'atout de la fiction, c'est justement qu'elle n'existe pas, ou en tout cas pas avec ces noms, ces lieux, ces gestes précis. De ce fait, je pense qu'elle permet d'oser un peu plus, d'aller plus loin pour frapper, bouleverser, sans craindre de tomber dans le voyeurisme. Ici, j'ai trouvé que l'auteur restait trop en retrait, qu'il y avait trop de retenue pour un livre qui aurait au contraire besoin de quelque chose de cinglant, sans être vulgaire évidemment. Le message aurait pu être encore plus retentissant si l'auteur était allé encore plus loin dans la "provocation" au sein de la littérature jeunesse. Il en est de même pour l'aspect psychologique de l'ouvrage ; tout ce qui concerne l'emprise et la pression qu'exerce Jason sur Leslie. De nouveau, on aurait pu aller encore plus loin, pousser le vice jusqu'à ce que le lecteur lui-même perde ses repères, et ne sache plus à qui faire confiance. J'aurais aimé que l'auteur se joue de moi comme Jason se joue de Leslie, que la perversité soit menée encore plus loin. Bref, j'étais prête à être totalement torturée par ce livre, et malheureusement, ça n'a pas été le cas.

Sans surprise, la chute m'a à moitié convaincue. Il y a de bons éléments, c'est certain, mais il y a aussi et surtout beaucoup trop de facilité dans la résolution des divers problèmes du récit. Tout s'accélère et tout est miraculeusement arrangé. Dans un sens, ça m'arrangeait, car j'avais, je l'avoue, hâte de terminer, mais dans un autre, c'est vraiment dommage, car une nouvelle fois, nous avons la preuve que l'auteur reste trop en surface pour cette histoire qui mériterait davantage de profondeur. Mais ce qui m'a surtout gênée, c'est Leslie : L'auteur ne s'attarde pratiquement pas sur les séquelles d'un tel traumatisme, d'un piège si glaçant. On a presque l'impression qu'elle s'est simplement foulée la cheville. La reconstruction de l'adolescente aurait mérité quelques pages, voire chapitres, en plus. Pour moi, c'est aussi important à mettre en scène que le-dit traumatisme. Cependant, certains points de cette fin sont très pertinents, et offrent au lecteur une belle morale à retenir, tout en lui insufflant une précieuse bouffée d'espoir, ce qui me permet de vous dire qu'il s'agit tout de même d'une lecture nécessaire.

En conclusion, vous l'aurez saisi, c'est évidemment principalement un amer goût de déception que je retiens de cette lecture. Néanmoins, je salue l'initiative de l'auteur, qui reste, elle, importante. Peut-être en attendais-je beaucoup trop de la part de ce roman, c'est loin d'être impossible. Peut-être que vous, vous ne serez pas déçu, si vous êtes prévenu. Car malgré tout, il reste un livre fort, pertinent, assez réussi, et surtout, un livre qui a quelque chose d'important à vous dire. Alors, si le résumé vous tentait, donnez-lui sa chance, peut-être serez vous touché !

♥♥
Déception...

Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

Résultat de recherche d'images pour "milan éditions"

Livre reçu grâce aux éditions Milan. Merci à eux !

19 février 2017

Dans le silence de ton coeur

Couverture Dans le silence de ton coeurDans le silence de ton coeur

Titre : Dans le silence de ton coeur
Auteure : Alice Ranucci
Editions : Hachette
Pages : 234 pages
Prix : 16 €

Résumé :

A seize ans, Claudia est belle, populaire, et obtient tout ce qu'elle désire. Aller en cours ? Obéir à ses parents ? A d'autres ! Elle préfère retrouver ses amis dans les rues de Rome et attirer l'attention de Rodrigo, le plus séduisant garçon du lycée. Sa mère lui reproche son comportement immature et l'oblige même à travailler bénévolement dans un centre pour jeunes immigrés. Claudia s'en moque. Elle la défie toujours plus, se préparant, chaque fois, à subir de nouvelles remontrances. Mais un soir, tout s'arrête. Il n'y a pas de dispute. Il n'y en aura plus jamais. Claudia se retrouve seule, face à sa conscience.

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier les éditions Hachette pour ce bel envoi !

Ce roman m'intriguait. Sa couverture, son résumé, le jeune âge de son auteure... En apparence, il me semblait banal, mais j'avais le sentiment qu'il pouvait proposer quelque chose de différent, qui allait me séduire. Et je suis sincèrement ravie de pouvoir vous confirmer que cet ouvrage est effectivement bien plus que ce qu'il ne semble être...

Les personnages que nous rencontrons sont aussi surprenants qu'attachants. La narratrice, Claudia, est une jeune fille à première vue égoïste, provocatrice, irresponsable, à qui vous avez simplement envie de mettre deux claques. Et puis, petit à petit, elle se dévoile, elle devient celle qu'elle est vraiment, et nous apparaît bien plus sympathique. J'ai été sincèrement touchée par son histoire, sa douleur, évolution ; c'est une héroïne très marquante, qui dégage quelque chose d'extrêmement fort. Les parents de cette dernière sont eux aussi particulièrement touchants ; leur souffrance, leur combat, leur amour pour leur fille malgré toute la haine dont elle fait preuve à leur égard... On ne peut qu'être bouleversé par l'histoire de cette famille aussi déchirée qu'unie. En ce qui concerne les autres personnages secondaires, notamment les amis de Claudia, ainsi que ses nouvelles rencontres, je n'ai pas envie de trop vous en dire, car plus grande sera la surprise, plus beau le livre vous semblera. Sachez simplement que là encore, vous serez saisi...

Le style de l'auteure m'a beaucoup plu. Rappelons que cette dernière n'était qu'une adolescente lors de l'écriture de ce roman, ce qui nous prouve une nouvelle fois que le talent n'a pas d'âge. Il y a une réelle fluidité dans sa plume, qui happe le lecteur dès les premières lignes, et rend la lecture captivante et très aisée. L'auteure a parfaitement rythmé son intrigue ; le lecteur n'a jamais l'occasion de s'ennuyer. Toutefois, au début, l'écriture est relativement classique, sans pour autant que cela n'atteigne à son efficacité. Et puis, progressivement, on finit par percevoir, entre les lignes, une force naissante, une puissance qu'on essayait au début de contenir, mais qui finit par réussir à s'imposer davantage. Ce texte explose alors, et révèle toute son intelligence, toute son émotion. Un conseil : Savourez.

Comme je vous le disais un peu plus haut, l'intrigue va bien au-delà des idées plutôt banales présentées dans le résumé, renfermant en effet une leçon de vie inoubliable. Le bouquin débute avec les plus gros stéréotypes adolescents possibles : Une jeune fille capricieuse, imbue d'elle-même, révoltée, inconsciente, et à la recherche de tous les regards. Il y a les cris, il y a les sanctions, il y a la rancœur, il y a les mots durs. Cette partie de la vie de Claudia est relatée avec une magnifique authenticité, et surtout, dans des mesures parfaites : Nous en savons juste assez sur la personne qu'elle était avant pour comprendre et soutenir celle qu'elle va, qu'elle doit devenir. Lorsque la vie de notre jeune narratrice bascule, le lecteur est presque aussi dépaysé qu'elle. Il va donc apprendre à connaître une nouvelle Claudia, en même temps que celle-ci apprend à vraiment se connaître, à se trouver. Ce roman aborde donc de nombreux sujets sensibles, qui sont traités avec une poigne impressionnante, et une justesse renversante. La mort, le deuil, sont des éléments clés du texte, qui lui permettent de revêtir son si bel habit. En effet, toute la richesse et l'originalité de cet ouvrage partent d'une fin. Là où quelque chose trépasse, autre chose renaît de ses cendres. Bien entendu, ce livre s'attarde beaucoup sur la quête d'identité, que l'on sent ici très dure, presque violente, mais pourtant, absolument nécessaire. C'est d'ailleurs une des plus belles réussites de ce récit ; cette représentation de la recherche de soi, probablement aussi sincère grâce à l'âge de l'auteure. Mais ce qui m'a le plus emballée dans cette lecture, c'est un des autres thèmes qu'il met en scène : L'immigration. Ou plus exactement, le rapport d'une adolescente européenne aisée avec l'immigration. Je pense qu'à travers ce roman, bon nombre de jeunes pourront s'identifier dans la situation de Claudia, et ainsi prendre conscience, de la même façon que la protagoniste, des réalités de notre globe. Il y a dans ce livre beaucoup de naturel, ce que j'ai beaucoup apprécié. Par ailleurs, cet ouvrage est moral, il véhicule un message fort, mais pas moralisateur pour autant. Il ne critique pas, il ne dénonce pas, il fait un constat, un constat empli d'espoir et de foi. A mon sens, il est honorable, à l'âge de l'auteure, de prendre le temps d'écrire un texte aussi "engagé", sur un sujet que beaucoup d'entre nous, pourtant souvent plus âgés, ont tendance à fuir. Et puis, c'est tellement bien fait, tellement réaliste, que c'est encore mieux à lire. Toute la positivité qui émerge de l'expérience de Claudia, de son engagement, est très touchante, et surtout, très sensée. Vraiment, ce livre est une pépite.

La fin est totalement à la hauteur du reste, voire même un cran au-dessus, si cela est possible. Lorsqu'arrivent les réponses aux principales questions de ce texte, on se trouve sonné. C'est difficile à encaisser, mais accompagné par la détermination de Claudia, on parvient à se relever. Puis, nous nous dirigeons vers la toute fin de l'ouvrage, qui va encore plus loin. Il y a une telle émotion, mêlée à une certaine logique, qu'on ne peut qu'être saisi par l'intensité de la chute. On se sent grandi par ce livre. Quelque chose change, pour du bon. J'ai été puissamment marquée par les dernières pages, qui sont à la fois très simples, et chargées de sentiments vibrants. Ce qu'on retient de cette lecture n'a pas de prix. Il est unique. Je vous le recommande très vivement, et peux vous assurer que vous en sortirez différent, plus mûr, sans aucun doute. J'ai très honnêtement adoré ma lecture, et suis impressionnée par la qualité de ce travail de prodige. Je suis persuadée qu'à votre tour, vous pourrez l'être, si vous vous laissez tenter...

J'aime beaucoup les couleurs de la couverture, mélange ingénieux de chaud et de froid, d'avant et d'après, d'Italie et de mer glaciale, de joie et de peine... Cette image reflète tout à fait l'état d'esprit du contenu du roman. Et pour ce qui est du titre, il peut être interprété de plusieurs façons, ce qui me plaît beaucoup. Bref, le livre-objet est lui aussi une réussite, alors, pourquoi attendre ?!

En conclusion, vous vous doutez bien que je vais une nouvelle fois vous intimer de découvrir ce très beau texte. A la fois émouvant et utile, il mérite toute votre attention, et je suis sûre qu'il ne vous décevra pas. Grâce à des sujets sensibles mais importants, ainsi qu'à un style authentique et fort, cette aventure est marquante, et surtout, très pertinente. Alors n'hésitez plus : Foncez !

♥♥♥♥
J'ai adoré !

Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

      

Livre reçu grâce aux éditions Hachette. Merci à eux !

9 février 2017

Happy-End

Afficher l'image d'origineHappy-End

Titre : Happy-End
Auteure : Anne Loyer
Editions : Alice (Le Chapelier Fou)
Année de parution : 2016
Pages : 60 pages
Prix : 11 €

Résumé :

Lui, c'est Tom, un esprit d'enfant dans un corps d'adulte. Elle, c'est Béa, la nouvelle voisine. Tom vit avec sa maman. Le soir, elle lui lit des contes de fée pour que ses rêves soient peuplés de chevaliers. Béa vit avec son père et semble très malheureuse. Elle est encore plus belle que les princesses des contes de fée. Alors Tom se doit d'être encore plus brave que les chevaliers. Il sera là pour Béa, pour l'écouter, pour l'aimer, pour la secourir même, s'il faut.

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier les éditions Alice pour ce très bel envoi !

Vous le savez si vous êtes un habitué du blog ; Anne Loyer est une auteure jeunesse que j'apprécie énormément, tant pour son écriture que pour sa personnalité solaire. C'est toujours un grand plaisir pour moi de découvrir ses nouveautés littéraires, et ce tout petit roman n'a pas fait exception à la règle.

Les personnages sont terriblement attachants. Le narrateur, Tom, est un grand adolescent atteint d'une forme de handicap mental qui fait de son esprit un esprit d'enfant. Ce jeune garçon est d'une pureté et d'une simplicité déconcertantes, sa naïveté est touchante. Il fait preuve d'une détermination, d'un courage et d'une authenticité admirable, qui font de lui un protagoniste marquant, et profondément humain. A côté, il y a Béa, qui elle, au premier abord, dégage davantage de noirceur, de mystère, d'austérité. A l'image de Tom, il nous faut apprendre à la connaître pour l'apprécier, et comprendre le fond de sa personne. Cette jeune fille est étonnante, et dégage elle aussi quelque chose de prenant, saisissant. Autre personne que j'ai beaucoup apprécié, la mère de Tom, une femme pleine de douceur, qui déborde d'amour, qu'on admire sincèrement pour sa patience, son courage, sa compréhension. Bref, vous avez ici des personnages forts,

Le style de l'auteure est fidèle à lui-même : Il vous emporte dès les premières lignes, pour ne plus vous lâcher. Avec des mots simples mais efficaces, saupoudrés d'une pincée de poésie, Anne Loyer parvient à créer un charme littéraire irrésistible. La narration de son protagoniste sonne parfaitement juste, dégageant une authenticité très forte, qui séduira chacun d'entre vous. C'est ce qui fait de cet ouvrage un roman marquant ; sa capacité à être si sincère qu'il vous bouleverse avec un naturel remarquable. Cette voix aussi naïve que réaliste comme voix narrative aurait pu être un pari risqué, mais ici, il ne s'agit que d'un pari réussi.

J'ai beaucoup apprécié l'intrigue. Ce roman aborde en effet le sujet du handicap mental, mais aussi et surtout de la différence, du regard des autres. Cet ouvrage sonne un cri d'appel, presque un cri d'alerte, même, pour l'urgent besoin de considération et de normalité dont les personnes atteintes de troubles pathologiques ont besoin. Cette immersion dans l'esprit de Tom est poignante pour le lecteur, elle vous permet de prendre conscience de la cruauté du regard des autres, de l'entrave qu'elle peut représenter pour certaines personnes. Cependant, il ne s'agit pas là du seul sujet sensible évoqué au travers de ces pages ; d'autres thèmes de société, relativement difficiles, prennent également part au récit, de manière à saisir encore plus le lecteur. L'histoire est très simple, très humaine, puisqu'elle nous parle de l'amour platonique et pourtant bouleversant que porte le jeune Tom à sa voisine Béa. Il s'agit pour lui d'une véritable découverte du sentiment amoureux, relatée avec des mots si purs qu'on ne peut qu'admirer son attachement pour la jeune fille. J'ai énormément aimé la perception de l'amour de Tom, très belle par son côté à la fois chevaleresque et onirique. La relation entre les deux personnages évolue avec beaucoup de douceur, d'humilité, et surtout, de confiance. Ils sont extrêmement différents l'un de l'autre, mais cela ne les empêche pas de construire un lien singulier, troublant. La dévotion dont Tom fait preuve à l'égard de sa belle est un élément clé du récit, qui m'a vraiment plu, car il reflétait parfaitement la richesse de ce personnage. L'imaginaire du narrateur est très vaste, et le lecteur a la chance d'être convié à rentrer dans sa tête pour mieux le découvrir, l'honneur d'entrer dans son intimité, et de pouvoir cerner tout ce sur quoi il ne parvient habituellement pas à mettre des mots. On comprend alors que ce petit roman représente bien plus qu'une histoire d'amour. En effet, c'est plutôt une histoire de vie, une histoire d'humanité. Les relations humaines sont traduites sous différents angles au fil de ce récit, amour maternel, amour adolescent, désamour, certes, mais aussi tout simplement le contact avec autrui, la simple notion de société. Vous voyez ce que je veux dire ? En gros, le relationnel a une place fondamentale dans cet ouvrage, à travers l'emménagement de Béa, le handicap de Tom, les familles des deux adolescents... Et pour moi, ceci est un très bon point. Ce texte n'a pas besoin d'artifice pour briller, au contraire, c'est dans sa simplicité que réside sa beauté. Il vous donne de l'espoir, il vous ouvre les yeux sur le non-sens de la différence ; en plus d'être un beau roman, il est un roman utile, et c'est pour cela que vous vous devez de l'approcher de très près.

En ce qui concerne la chute de l'histoire, j'avoue que je n'avais absolument aucune idée de ce qui allait se passer. Je ne m'attendais à rien en particulier, mais ce dont j'étais sûre, c'est qu'elle allait être très forte, et j'avais bien raison. Effectivement, le message que fait passer la fin choisie par l'auteure est encore plus poignant que celui véhiculé par tout le reste du bouquin. Là, vous ne pouvez plus nier qu'il s'agit d'un roman plein de courage, d'un roman plein de force. Au premier abord, sans pour autant ne pas l'aimer, j'ai été un peu surprise par l'idée d'Anne Loyer, mais avec le recul, je me rends compte que c'est un parti pris parfait, puisqu'il permet de vraiment dégager un apogée pour la puissance de cette histoire. Les sentiments de Tom prennent encore plus de sens, il nous apparaît comme un garçon encore plus touchant, et vous vous trouvez encore plus marqué par ce que vous découvrez, si cela est possible. C'est une magnifique conclusion pour une superbe aventure, un important et merveilleux message de tolérance, de paix, d'amour, sans pour autant tomber dans la niaiserie. Bref, c'est grand, très, très grand.

Si j'ai été d'abord un peu dubitative en prenant connaissance du titre, après lecture, je peux vous garantir qu'il est idéal, et qu'il n'y avait pas meilleur moyen de nommer une telle histoire. La couverture, classique en apparence, renferme elle aussi un symbole fort, en totale harmonie avec le contenu de ses pages...

Vous l'aurez compris, je vous recommande très vivement cette lecture, que j'ai sincèrement beaucoup appréciée. Courte, mais efficace, je peux vous assurer que vous vous en souviendrez un certain temps, et qu'elle changera quelque chose en vous. Il s'agit d'un roman aussi touchant que nécessaire, alors, n'hésitez pas, et laissez vous tenter ; je suis sûre que vous ne le regretterez pas...

♥♥♥♥
J'ai adoré !

Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

Résultat de recherche d'images pour "éditions alice"

Livre reçu grâce aux éditions Alice. Merci à eux !

22 janvier 2017

Pari entre amis

Couverture Pari entre amis, tome 1Pari entre amis

Titre : 1. Pari entre amis
Auteure : Pauline Libersart
Editions : Marabout (Red Velvet Romance)
Année de parution : 2016
Pages : 348 pages
Prix : 7,50 €

Résumé :

Après avoir rompu ses fiançailles, Ashley se réfugie chez ses parents où elle renoue le contact avec ses amis de lycée. C’est ainsi qu’elle retrouve celui qui avait été son meilleur ami : Joshua Forester. De l'adolescent petit, boutonneux et timide, elle ne reconnaît plus rien. Il est devenu un homme diablement sexy et entreprenant. Désespérée, humiliée par la trahison de son fiancé, elle se confie à lui. Plus que la tromperie, ce sont les paroles assassines de son ex qui l’ont meurtrie : « Tu es un glaçon. Tu es frigide. » Bien décidé à lui démontrer le contraire, Joshua lui propose un pari : lui prouver qu’elle peut prendre du plaisir avec un homme contre un dîner romantique. Commence entre eux une liaison secrète et passionnée : amis le jour, amants la nuit. Mais cette relation charnelle ne risque-t-elle pas de tout gâcher de leur amitié renaissante ?

Mon opinion personnelle:

Je commence par remercier les éditions Marabout pour cet envoi agréable !

Je lis très peu de romans qu'on pourrait qualifier d'érotiques, pas par mépris, mais tout simplement par manque d'opportunités. Ainsi, lorsqu'on m'a proposé la lecture de ce roman, j'ai accepté, curieuse, et ravie de pouvoir mieux découvrir ce genre que je connais très mal.

Même s'ils sont terriblement clichés, les personnes sont aussi extrêmement attachants. On a ici le schéma typique de ce genre de romance : Ashley est une jeune fille sage, rangée, voire carrément prude. A côté, nous avons Joshua, l'homme bien viril, brûlant, mystérieux. Ils ont tous deux bien changé depuis la dernière fois qu'ils se sont vus, et ensemble, ils vont encore énormément évoluer. C'est un peu le principe ces histoires : Elle l'apaise, il la dévergonde. Et pourtant, on ne se lasse pas de ce système. Le magnétisme qui existe dans ce couple déteint sur le lecteur, qui ne peut s'empêcher de se prendre d'affection pour eux, jusqu'à ne plus pouvoir les lâcher. Il en est de même pour les personnages secondaires, qui, bien qu'également très stéréotypés, ont tout pour nous tenir en haleine. J'ai vraiment beaucoup aimé partager cette lecture avec tout ce petit monde, qui a honnêtement beaucoup de charme.

Le style d'écriture est absolument addictif. Simple et efficace, il vous permet une lecture fluide, fascinante. J'ai dévoré ce bouquin en un temps record, sans voir les pages défiler. Pas le temps de s'ennuyer, le rythme est bon. Il y a une véritable authenticité dans le travail de l'auteure, on sent une réelle volonté de permettre au lecteur de bien s'identifier à l'histoire, de ne pas tomber dans la notion pure et dure du fantasme. L'équilibre entre ce fantasme justement, et la réalité, est bon : Juste ce qu'il faut de provocation et de terre-à-terre, c'est ce que je préfère, personnellement. Sincèrement, certains remettront forcément en cause mes propos, mais je n'ai pas peur de dire que ce livre est bien écrit ; ce n'est pas parce que ce n'est pas du Balzac que c'est un mauvais livre, bien au contraire. Le principal, c'est de donner envie de poursuivre la lecture, et là, c'est totalement le cas.

Quant à l'intrigue, elle aussi, elle m'a beaucoup plu. De nouveau, je vais vous dire que c'est assez bateau, comme histoire. Ici, ce n'est pas l'originalité qui prime, mais c'est loin d'être un handicap : On s'éclate quand même. Il s'agit d'une histoire d'amour, pas nécessairement niaise, en réalité assez torturée. Ceci m'a bien plu, les trucs roses et dégoulinants, c'est pas trop mon style, j'aime bien quand tout est compliqué, quand la romance est corsée, qui plus est ici à cause du secret qu'elle représente. L'histoire est mouvementée, pleine de surprises, et vous en fait voir de toutes les couleurs. En effet, les péripéties s'enchaînent, permettant parfois d'aborder des sujets sensibles, qu'on pourrait être surpris de retrouver dans un livre comme celui-ci, si on se fie à de trop nombreux préjugés. Et là, on a véritablement la preuve que même les textes plus légers ont quelque chose à nous apprendre. Ce roman fait partie du genre du New Adult, et comporte donc un certain nombre de scènes de sexe. Je tiens à souligner un excellent point de ce livre : Si elles sont certes très explicites, elles ne sont pas pour autant vulgaires, ce qui n'est pas toujours le cas dans les ouvrages de ce type. On reste dans une vision relativement intime et "romantique", la tendresse n'est pas totalement mise à l'écart, comme c'est souvent le cas de cette littérature. Ce récit est un très bon moment de divertissement, parfait pour se faire plaisir, lire sans se prendre la tête. Parfois, ça fait vraiment du bien de lire pareils romans. J'ai également beaucoup apprécié le rapport à l'art très présent dans ce texte, notamment à travers le personnage de Joshua, ce qui prouve une fois de plus que ce livre a vraiment un bon fond. Bon, il faut cependant que j'admette que ce livre a quelques défauts, comme parfois, un peu trop de mélo-dramatique. Toutefois, l'alchimie entre les personnages nous fait bien vite oublier ces quelques petits inconvénients... Parce que oui, il y a vraiment un truc particulier qui se dégage de ces deux jeunes, de ce roman. C'est comme une bouffée d'air frais que vous respirez à fond, qui fait du bien. Il y a bien entendu un côté assez provocateur, annoncé dès les premières pages d'ailleurs, et qui va crescendo tout au long du texte. J'ai adoré ça, cette envie de narguer un peu tous les principes de notre société. Ce fut un véritable plaisir de découvrir ce bouquin, qui a bien plus à vous raconter que ce que vous pourriez imaginer...

La chute m'aurait vraiment déplu si ce texte avait été un one-shot. Ceux qui connaissent bien mes goûts en matière de fin comprendront pourquoi... Néanmoins, ce n'est pas le cas, car il y a encore deux tomes à venir. Du coup, je dois admettre que je suis très, très curieuse de voir ce que l'auteure nous réserve pour la suite. J'avoue qu'il était difficile de quitter les personnages, surtout après les derniers rebondissements. Mais c'est pour mieux les retrouver par la suite... Je suis effectivement très confiante pour le prochain opus, que j'espère être dans la même lignée que celui-ci. A suivre !

J'avoue en revanche que la couverture n'aurait jamais pu m'attirer dans un étalage... Ce n'est pas vraiment mon style, et je trouve qu'elle ne représente pas vraiment bien l'état d'esprit du roman. Heureusement que l'habit ne fait pas le moine... J'accroche davantage avec le titre, qui, lui, s'harmonise davantage avec le contenu du livre.

Bref, au final, il s'agit d'une lecture que j'ai vraiment beaucoup appréciée. Un peu d'amour et d'eau fraîche, ça ne fait jamais de mal ! Je vous recommande totalement ce début de série, en espérant que la suite soit à la hauteur de mes attentes. Idéale pour un moment de détente, sans prise de tête ! Et je vous donne maintenant rendez-vous pour ma lecture du prochain volet...

♥♥♥♥
J'ai adoré !

Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

Afficher l'image d'origine

Livre reçu grâce aux éditions Marabout. Merci à eux !