Post Top Ad

3 février 2013

Je vais bien, ne t'en fais pas

Je vais bien, ne t'en fais pas

Titre : Je vais bien, ne t'en fais pas
Auteur : Olivier Adam
Editions : Pocket
Pages : 156 pages

Résumé :

Une autre lettre de Loïc. Elles sont rares. Quelques phrases griffonnées sur un papier. Il va bien. Il n'a pas pardonné. Il ne rentrera pas. Il l'aime. Rien d'autre. Rien sur son départ précipité. Deux ans déjà qu'il est parti. Peu après que Claire a obtenu son bac. A son retour de vacances, il n'était plus là. Son frère avait disparu, sans raison. Sans un mot d'explication. Claire croit du bout des lèvres à une dispute entre Loïc et son père. Demain, elle quittera son poste de caissière au supermarché et se rendra à Portbail. C'est de là-bas que la lettre a été postée. Claire dispose d'une semaine de congé
pour retrouver Loïc. Lui parler. Comprendre.

Mon opinion personnelle :

J'avais très envie de lire ce roman, et à vrai dire, j'ai été un peu déçue. Tout d'abord, le style de l'auteur était très étrange. Je ne me sentais pas proches des personnages, il y avait une distance. J'avais du mal à ressentir les émotions de Claire, surtout. Dès qu'il lui arrivait quelque chose, c'était très vite résumé, superficiel, artificiel. Dommage. Je n'ai pas réussi à m'intégrer réellement dans l'histoire. D'ailleurs, l'histoire était bizarre. Au début, tout va bien, je suis à fond dedans, et puis la vérité tombe, et puis boum, et puis gros vide. Certes, c'était un coup de maître d'Olivier Adam. Mais... Pourquoi ?? Pourquoi cette fin ? Je n'en revenais pas. Car je ne l'ai pas comprise... Oui, et apparemment, après avoir lu plusieurs critiques, je ne suis pas seule ! On comprend où est Loïc, mais on ne comprend pas pourquoi il est là... C'est dommage ! Je n'aime pas les fins où il reste du flou. Je préfère quand tout est clair, net et cadré. Donc là, j'ai trouvé ça limite. On est entraîné tout au long de la première partie du  bouquin sur une piste, puis, milieu du roman, elle se révèle fausse. Bon. Ça c'est bien, c'est juste ce qu'il faut, ça surprend. Mais pourquoi lâcher une deuxième bombe à la fin du livre ? Surtout qu'elle tombe, mais sans exploser... Donc oui, c'est vraiment décevant. Néanmoins, j'ai quand même apprécié la beauté de ce livre, sa douceur. Il était très touchant, et, malgré la distance palpable entre le lecteur et les personnages, c'était une bonne lecture.

Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.
Le 3 février 2013 à 20:58 / Par / 1 Commentaire(s)

1 commentaire:

  1. Bonne, la métaphore de la bombe qui tombe sans exploser, excellente !

    RépondreSupprimer

Petite explication pour mettre un commentaire :

- Ecrivez dans le cadre dédié à cet usage.
- Choisissez votre profil. Je vous recommande "Anonyme", "Compte Google" ou "Nom/URL".
- Cliquer sur "Publier".

Et le tour est joué ! Merci !

Post Top Ad