Post Top Ad

13 mars 2014

Comme des images

Couverture Comme des imagesComme des images

Titre : Comme des images
Auteure : Clémentine Beauvais
Editions : Sarbacane (Exprim')
Année de parution : 2014
Pages : 204 pages
Prix : 14,90 €

Résumé :

Il était une fois… des ados sages comme des images, dans un très prestigieux lycée. L’histoire commence le jour où Léopoldine a cassé avec Timothée pour Aurélien. Ou bien le jour où Tim a envoyé un mail avec des images de Léo à tout le monde. C’est ici, dans ce très prestigieux lycée, que tout va se jouer. Léo a une journée pour assumer ces images. Mais il faut vite régler cette histoire pour pouvoir penser à autre chose, aux maths et à la physique, à la première S. Parce qu’on ne plaisante pas avec ces choses-là, par ici. On savait que ça ne serait pas une partie de plaisir. Mais on ne pensait pas que cette journée allait se terminer comme ça, à regarder, en plein milieu de la cour, un corps ensanglanté – tout cassé.

Mon opinion personnelle :

Je remercie d'abord Lucie Kosmala et les éditions Sarbacane pour ce livre percutant !

Lorsque j'ai vu le résumé de ce livre, j'ai été frappée. Je savais qu'il me le fallait. J'ai donc immédiatement répondu positivement à la proposition de SP de Lucie, j'ai attendu avec impatience le livre, et lorsque je l'ai trouvé à mon retour du Pays de Galles, je me suis jetée dessus et l'ai lu sans m'arrêter. Je n'ai absolument pas été déçue par ce Exprim'.

Les personnages étaient très attachants. La narratrice m'a beaucoup plu. (Je n'ai pas son prénom, mais il me semble qu'on ne l'a jamais, non ? Ou alors j'ai pas fait attention...) Je l'ai trouvée touchante, grâce à sa gentillesse et sa naïveté. Mais parlons des jumelles. Mes sentiments envers elles sont totalement opposés. J'ai détesté Léopoldine. Je l'ai trouvée odieuse, garce, dédaigneuse. Au départ, son histoire m'a émue. Et ses réactions m'ont carrément dégoûtée d'elle. Au contraire, j'ai éprouvé beaucoup de compassion pour Iseult. Elle était une victime au crime injuste, et sa discrétion était vraiment très frappante. Au niveau des garçons, les deux, Timothée comme Aurélien, m'ont déplu. Chacun à sa façon, ils avaient un comportement honteux et très peu valorisant. Néanmoins, tous ces personnages avaient une identité propre qui ne laissait pas le lecteur indifférent...

Le style de l'auteure était incroyable. Il était vraiment captivant, on vivait à fond l'histoire. Impossible de s'ennuyer, chaque détail était passionnant, précis, inattendu. De plus, l'auteure savait dire les choses, elle ne se cachait pas, et c'était d'autant plus frappant. J'ai également beaucoup apprécié les éléments comme page Youtube, Facebook... Ca apportait une touche d'authenticité à l'histoire. J'ai aussi beaucoup aimé les petites surprises qu'elle nous réservait, car elle parvenait à ménager un certain suspense dans son ouvrage...

L'intrigue était superbe. Le thème de base m'a énormément plu. Je commencerai donc par mon unique légère déception : J'ai trouvé dommage qu'on sache dès le début qu'un des personnages allait faire une tentative de suicide. Certes, nous n'avons pas les détails, mais je crois que j'aurais préférer ne pas le savoir. Mais à part ça, tout en ce livre transpire la beauté. J'ai trouvé que l'idée de mettre en scène l'histoire dans le lycée Henri IV excellente. Ainsi, les clichés étaient un peu brisés... Autrement, j'ai vraiment beaucoup apprécié l'évolution dans le scénario. En effet, au début, tout est centré sur l'affaire dont Léopoldine est victime. Les émotions sont très bien décrites, on vit l'affaire. Et puis, peu à peu, on dérive vers le ressenti d'Iseult, et son passé. Là, l'histoire m'a encore plus prise au coeur. Comme tous les protagonistes de ce bouquin, je n'avais moi non plus pas songé à son ressenti. Et l'auteure frappe très fort en nous mettant face au mur de la vérité. C'était une idée phénoménale, à laquelle on ne s'attend pas. Et la suite défile sous nos yeux... On se sent impuissant, tourmenté. C'est impressionnant à quel point Clémentine Beauvais parvient à nous immerger dans son monde. Ca en devient presque douloureux, mais c'est magnifique.

La fin m'a vraiment surprise. Je ne m'attendais pas totalement à ça. Certes, on connaissait quelques éléments, mais... Tout nous laisse penser autre chose. Et quand ça tombe, c'est assez déstabilisant. Quelque part, c'est tellement dans la continuité des choses... Mais c'est terrifiant et effrayant. J'ai été surtout étonnée d'un choix de l'auteure, à propos de ce qui advient d'Iseult. Après ce qui lui arrive, j'étais persuadée d'une autre issue... Mais j'ai tout de même adoré celle-ci. Franchement, ce roman vous prend aux tripes jusqu'à son dernier mot, et c'est terrible le réalisme qu'il y a dans ce livre... Bien que désolant, c'est magnifique.

Le livre-objet est suprenant. Le titre convient tout à fait à l'histoire, un splendide paradoxe qui veut tout dire. Quant à la couverture... Elle est atypique, car elle paraît si sage, si douce... Les jumelles sont représentées de façon très intéressante, et on a une aura plutôt enfantine qui s'en dégage... Tout le contraire de ce délicieux ouvrage.

Je pense que c'est clair, ce bouquin est une tuerie et vaut largement le détour. Le thème traité, bien que délicat, est merveilleusement bien décortiqué pour le lecteur. Le style époustouflant de naturel de l'auteure vous ravira. Vous passez un moment inoubliable et saisissant. Bravo, bravo ! Je ne suis pas prête d'oublier ce livre qui fait réfléchir...

J'ai adoré !
 Livre reçu dans le cadre du partenariat avec les éditions Sarbacane, merci à eux !
Partenaires
Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.
Le 13 mars 2014 à 20:25 / Par / 13 Commentaire(s)

13 commentaires:

  1. Plus je vois d'avis , plus il me fait envie .

    RépondreSupprimer
  2. Aaaaah je suis super heureuse que tu aies aimé ce livre qui est vraiment.. surprenant ! :D

    RépondreSupprimer
  3. wow, ce livre me donne terriblement envie, il est dans ma wish-list grâce ( ou pas) à toi :D, l'histoire est vraiment intrigante !

    RépondreSupprimer
  4. Je crois que tu as mis le mot sur ce qui est le plus dérangeant dans ce livre : le réalisme !
    C'est principalement pour ça qu'il est aussi fort et bouleversant =)

    RépondreSupprimer
  5. Il me le faut. En plus j'aime tellement cette maison d'édition, les livres sont souvent très percutants

    RépondreSupprimer
  6. Il a l'air vraiment incroyable ! Je vais essayer de le commencer ce week-end et je dois dire que je meurs d'impatience de le commencer :D

    RépondreSupprimer
  7. Tu me donnes encore plus envie de le lire !

    RépondreSupprimer
  8. Il m'intrigue, je note! D'autant que ta chronique donne envie de le découvrir :)

    RépondreSupprimer
  9. Coucou !
    Je viens de lire le livre, et j'avais envie de lire ton avis, pour comparer ! Je suis d'accord avec toi, c'est un livre génial, et dire que l'auteure a eu du mal à l'écrire ! Elle l'a abandonné au bout d'une semaine, pour y revenir 1 an plus tard, sans grande conviction !
    C'est une pépite ! Contrairement à toi, j'avais deveniné l'issue à ... moitié du roman, à cause d'une certaine phrase !! Mais des choses m'ont quand même surprise. Pour la première phrase, ça me fait penser à L'Etranger de Camus, bien que je ne l'ai pas lu, j'ai entendu parler de la première phrase !
    Bonne chronique, il faut que j'écrive la mienne, maintenant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey !

      Ca fait plaisir d'avoir ainsi des retours sur des lectures plus anciennes... Je ne savais pas du tout pour l'histoire de ce roman, ce que tu me dis ne me surprend pas, mais merci beaucoup pour l'info !
      Je serais curieuse de savoir avec quelle phrase tu as deviné la fin, si tu as l'occasion de me la donner, par message privé si tu préfères, ça m'intéresserait beaucoup !
      Il faudra que je relise la première phrase alors...
      J'ai hâte de voir ta chronique maintenant !

      Bizz bizz !

      Supprimer
  10. Un détail m 'avait frappée. La narratrice ne nommait pas la personne allongée dans le lit d'hôpital, mais disait '' et maintenant je suis assise à côté de cette personne-là''.
    Pourquoi ne pas donner son nom , sachant que ça n'aurait pas engendré de répétition ? De plus, cette tournure de phrase est assez froide, elle ne crée pas vraiment d'effets, de tristesse, donc, c'est qu'il y avait une bonne raison de cacher le prénom !
    La suite du roman n'a fait que confirmer tout ça, surtout quand Léo dit à Iseult ''Le monde ne tourne pas qu'autour de toi''. J'ai compris que Léo était une sacrée égoiste et qu'elle se fichait pas mal de la vidéo. Plein de petits détails, qui mis bout à bout m'ont aiguillée.
    Voilà voilà !
    Ma chronique est publiée sur mon blog si ça te dit !
    Bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé bien, tu m'impressionnes ! Chapeau d'avoir découvert ça ! Merci pour l'info :D
      Je file voir ta chronique ! :)

      Supprimer

Petite explication pour mettre un commentaire :

- Ecrivez dans le cadre dédié à cet usage.
- Choisissez votre profil. Je vous recommande "Anonyme", "Compte Google" ou "Nom/URL".
- Cliquer sur "Publier".

Et le tour est joué ! Merci !

Post Top Ad