Post Top Ad

17 décembre 2014

L'Ile des esclaves

Couverture L'île des esclavesL’Île des esclaves

Titre : L’Île des esclaves
Auteur : Marivaux
Editions : Hachette (Bibliolycée)
Année de parution : 2003
Pages : 113 pages
Prix : 3,50 €

Résumé :

Échoués à la suite d'un naufrage sur une île gouvernée par des esclaves fugitifs, une coquette et un petit-maître perdent la liberté tandis que leurs esclaves désormais affranchis deviennent maîtres -et leur font subir diverses épreuves : "Nous vous jetons dans l'esclavage pour vous rendre sensibles aux maux qu'on y éprouve ; nous vous humilions, afin que, nous trouvant superbes, vous vous reprochiez de l'avoir été."

Mon opinion personnelle :

Cette lecture est en fait pour les cours (Français, 1ère L, Objet d'étude : Théâtre et représentation) et est une pièce de théâtre. Pas bien longue, elle ne me tentait à la base pas plus que cela, mais je l'ai finalement bien appréciée.

Les personnages étaient plus sympatoches. Bon, ce sont des personnages de théâtre, et à la lecture, ils semblent toujours fades et peu naturels. Il faut donc se les imaginer joués et vivants. J'ai personnellement adoré Arlequin, sa spontanéité et son grand coeur. C'est un personnage haut en couleurs (Sans mauvais jeu de mots, je vous assure !) qui dévoile mille et une facettes de sa personnalité. J'ai moins accroché avec l'autre esclave, Cléanthis, un peu trop imbue de sa personne et capricieuse. Trivelin a été un autre personnage que j'ai adoré, pour son côté un peu autoritaire et bienveillant. Quant aux deux maîtres, Iphicrate et Euphrosine, ils sont tous deux à la fois détestables et étonnants. Malgré leurs nombreux vices, ils restent charismatiques et presque drôles.

Le style du dramaturge est plutôt agréable, mais ne m'a pas transportée plus que ça. Cette pièce est une comédie, mais ce n'est pas le rire qui m'a le plus convaincu dans ces lignes. J'ai largement préféré la visée didactique apportée par la pièce, selon moi mieux mise en valeur. Les idées sont bonnes, efficaces. Le fait de n'avoir qu'un acte est également un bon point, qui permet de se concentrer sur l'essentiel, et de donner à l'intrigue une dimension plus saisissante.

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Initialement, le sujet traité ne m'attirait plus : J'avais passé une bonne partie de ma précédente année scolaire penchée sur Trois contes philosophiques, et l'esclavage, je commençais à saturer, et avais l'impression de ne rien pouvoir découvrir de nouveau à ce propos. Que nenni ! Marivaux parvient à innover avec un thème vu et revu. Ici, les maîtres se retrouvent soumis à leurs serviteurs, au beau milieu d'une île... Cette utopie est plutôt osée, mais très bien pensée. Elle permet de voir d'un autre point de vue ce qu'on pense connaître par coeur... Il s'agit en effet d'une idée toute simple, mais criante de vérité. On imagine assez facilement le conséquent nombre de possibilités qu'offre cette variante. Le message passe ainsi plus aisément : Le spectateur/lecteur se retrouve face à la situation. De plus, cette pièce est tout à fait universelle, et peut résonner dans toutes les époques, dans toutes les sociétés. Elle touche ainsi un public très large. L'histoire connait de nombreux rebondissements, et une évolution constante est notable, donnant ainsi un rythme relativement bon, mouvementé. Les surprises ne sont pas énormes, tout est prévisible, cependant la pièce n'en devient pas pour autant ennuyante. On passe un très bon moment de détente, qui provoque, implicitement, une remise en question. Carton plein pour cette courte pièce aux couleurs exotiques...

La chute est, comme je l'ai déjà dit, assez prévisible. Ca ne change rien au fait qu'elle est bonne, et assez "partagée". En effet, l'issue n'est ni blanche, ni noire : On voit un peu de tout. Sans surprise, la pièce se termine bien, mais non sans quelques petites "péripéties". Je l'avoue, ce n'est pas ma partie préférée du texte, mais c'est réussi tout de même. A vrai dire, je m'attendais à être un peu plus étonnée, à un final en grande pompe. Une révélation ou modification explosive aurait pu être une façon un peu sarcastique d'achever la pièce... Et de faire encore plus méditer le spectateur/lecteur.

Je suis absolument fan de la couverture. Sans chercher bien loin, elle est jolie et colorée. Mais elle est également très symbolique, et parfaitement annonciatrice de ce qu'il va être découvert. Toutefois, je ne suis pas particulièrement emballée par le titre, car même après l'avoir analysé en cours, je ne suis pas spécialement épatée par la symbolique. Enfin.

En résumé, il s'agit donc pour moi d'une belle découverte, à laquelle je ne m'attendais pas. A lire, cette pièce est sympathique et attrayante. A jouer, je suis persuadée qu'elle l'est également, et qu'elle est, grâce au jeu des acteurs, bien plus drôle qu'à la lecture. Elle me botterait d'ailleurs pas mal ! Bref, c'est donc un texte que je vous conseille vivement, que ce soit pour étudier une pièce pas trop longue, ou pour découvrir l'esclavage d'une autre façon...
J'ai bien aimé !
Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.
Le 17 décembre 2014 à 00:35 / Par / 3 Commentaire(s)

3 commentaires:

  1. Salut !
    C est vraiment bien que tu chroniques des classiques, ca change tellement de ce qu on lit sur les autres blogs! Je suis une grande fan des classiques pour tout dire!
    Pourrais-tu, me dire quels livres tu comptes lire pour le bac? Je comptes moi aussi passer un bac L, ca me permettra d envisager un peu tout ca...

    Merci en tout cas pour tout ce que tu fais !
    Continue ainsi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello !

      Merci beaucoup pour ton gentil commentaire. Il est vrai que je chronique peu de classiques, mais j'aime bien diversifier les lectures et donner un peu envie de tout à mes lecteurs...
      Pour le bac, j'ai suivi la liste donnée par mon prof en début d'année. Voici donc les bouquins que j'ai acheté/lu pour cette année : La machine infernale de Cocteau, Oedipe Roi de Sophocle, Oedipe sur la route de Bauchau, Oedipe roi de Lamaison, L'Ile des esclaves de Marivaux, La leçon de Ionesco, Poésies de Rimbaud, Les liaisons dangereuses de Laclos, Neige de Fermine, Feuillets d'Hypnos de Char, Gargantua de Rabelais, L'étranger de Camus, et La Princesse de Clèves de La Fayette. En sachant que cette liste n'est pas exhaustive, j'ai encore pas mal d'autres classiques dans ma PAL, qui seront peut-être lus à temps pour le bac ! En tous cas, je te préviens "en exclusivité" qu'une vidéo spécialement dédiée aux lectures pour la Première L arrivera au début de l'été 2015 sur ma chaîne Youtube. N'hésite pas à la visionner !

      Merci à toi de ta visite !

      Supprimer
    2. Merci pour ta réponse, c est super sympa !
      Ca me permet de voir un peu ce qui m attend pour l an prochain.
      Et j ai Hâte de visionner cette vidéo !
      Bonne continuation :)

      Supprimer

Petite explication pour mettre un commentaire :

- Ecrivez dans le cadre dédié à cet usage.
- Choisissez votre profil. Je vous recommande "Anonyme", "Compte Google" ou "Nom/URL".
- Cliquer sur "Publier".

Et le tour est joué ! Merci !

Post Top Ad