20 novembre 2014

La gueule du loup

Couverture La gueule du loupLa gueule du loup

Titre : La gueule du loup
Auteure : Marion Brunet
Editions : Sarbacane
Année de parution : 2014
Pages : 232 pages
Prix : 15,50 €

Résumé :

Madagascar ; soleil, plage et rythme de croisière pour Lou et Mathilde, 18 ans tout ronds et le bac en poche. Puis vient le Chaos. Tic-Tac, Tic-Tac fait le crocodile qui traque ses proies, mettant à rude épreuve l'amitié dans une course-poursuite humide et tropicale contre la mort... Dès lors, Mathilde et Lou vont très vite comprendre ce que grandir veut dire.

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier Juliette et les éditions Sarbacane pour cet envoi décapant !

J'avoue tout, avant de l'avoir entre mes mains, je ne m'étais pas intéressée au résumé du bouquin. La simple mention du nom de l'auteure, Marion Brunet, m'avait suffi pour comprendre que j'allais adorer. J'ai donc commencé ma lecture sans savoir vraiment où j'allais. Le moindre qu'on puisse dire, c'est que je ne m'attendais pas à ça...

J'ai plutôt bien accroché avec les protagonistes, Lou et Mathilde. Peut-être pas autant qu'avec ceux de Frangine, mais beaucoup tout de même. Mathilde (Elle a un beau prénom vous ne trouvez pas ?!) est une jeune fille pleine de vie, audacieuse, casse-cou, qui n'a peur de rien. Elle sait manier les mots, et s'imposer. Elle ose et sait se mettre en avant, mais parfois sans réfléchir au conséquence... Je l'ai appréciée, mais je me suis sentie moins proche d'elle que de Lou, qui me ressemblait plus. Plus calme et réfléchie, plutôt froussarde et Sainte Nitouche, elle n'a pas le rôle de meneuse. Pourtant, c'est elle qui sert de pilier à Mathilde, qui soutient leur aventure. Plus discrète, mais pas moins importante. Ce duo se complète donc à merveille. J'aimerais vous parler des personnages secondaires, croyez-moi, ça me démange, car il y en aurait, des choses à dire... Mais je ne vais pas le faire, car je pense que ça réduirait considérablement l'effet de surprise. Je dirai simplement qu'ils sont fantastiques. Il y a tellement de travail, de force... Chapeau. Ils vous hanteront durant un long moment.

Sans surprise, j'ai été sous le charme de la plume de l'auteure. Elle a vraiment un don pour dégager des émotions incroyables, pour remuer nos tripes. Ses mots défilent sans qu'on s'en aperçoive, c'est tout simplement magique. Impossible de s'ennuyer, c'est trop captivant. Le plus extraordinaire, c'est que les mots sont simples, et pourtant, ils déchirent tout. C'est difficile à expliquer, mais son style est tellement poignant... Et ses idées sont originales et excellentes, alors, que demander de plus ?...

Il faut bien que j'en vienne à l'intrigue. Mon Dieu, je ne sais même pas par où commencer. Soyons clair, d'un certain point de vue, ce livre est assez dérangeant, osé, flippant. Vu de loin, on ne dirait pas, et pourtant, c'est bel et bien un thriller. La véritable intrigue met un peu de temps à se mettre en place, l'auteure prend son temps, elle plante le décor de façon détaillée. Il y a un véritable travail à propos de cet aspect, qui permet de rendre le contraste encore plus frappant. Car oui, il y a un véritable fossé entre le début et la fin du livre. Une atmosphère pesante, angoissante et étrange plane petit à petit autour de nos héroïnes. Les premières questions arrivent, les premières frayeurs. Tout est amené de façon très progressive, comme pour rendre le suspense toujours un peu plus étouffant. C'est très bien vu, et utile : Ainsi, la pression monte de plusieurs crans. Celle-ci connait des hauts et bas, le but étant de surprendre continuellement le lecteur. Durant la lecture, ce dernier n'est pas tranquille : Même si tout semble calme, intuitivement, il se méfie. J'ai rarement vu des ouvrages aussi bien construits, permettant autant de choses. Evidemment, le côté sombre et effrayant de l'histoire va crescendo, et s'accélère. Régulièrement, la situation est totalement chamboulée, brouillant les pistes, inquiétant le lecteur. On sent nettement que tout est réfléchi, et qu'aucun détail n'est à négliger. L'auteure joue très clairement avec nos nerfs, ce que j'ai adoré. Avec une telle lecture, il est difficile de garder son sang-froid. Pourtant, elle est tellement addictive qu'on se sent obligé de continuer, comme pris au piège. C'est donc extrêmement perturbant, mais très intéressant et pertinent. Marion Brunet ne mâche pas ses mots, elle appelle un chat un chat. Elle aborde des sujets parfois sensibles, difficiles à traiter, mais le fait avec une justesse et une authenticité déconcertante. Ce livre contient énormément de prises de risques, mais toutes sont réussies, sans exception, et avec brio en plus de cela. Il n'est évidemment pas à mettre entre toutes les mains, mais croyez-moi, pouvoir le lire est un honneur.

Quelques mots sur la chute. Avec ce qui la précède, on peut nettement s'attendre à tout. Effectivement, c'est spectaculaire. Certes, soyons honnête, je n'approuve pas toutes les décisions prises par l'auteure pour certains de ses personnages. J'ai été un peu déçue par certaines choses. Mais même, en mettant de côté mon ressenti personnel, il faut admettre que c'est génial. Toujours plus audacieux, mais toujours plus réussi. J'avais sincèrement peur de ce qui allait advenir, et je peux vous garantir que les frissons ne sont pas en option. Cette fin est en totale harmonie avec le reste du bouquin, la boucle est bouclée de façon très naturelle. C'est surprenant, mais c'est géant. Globalement, même si je n'étais pas d'accord avec tout, j'ai adoré. Parce que c'est tellement naturel que ça en devient réel.

Le livre-objet est lui aussi une réussite. Le titre est remarquable, la symbolique est tellement forte... Il correspond à merveille au texte, et attire vraiment le lecteur, c'est parfait. Il en est de même avec la couverture, qui apporte elle aussi un contraste au roman. J'adore ses couleurs, son ambiance, ses secrets.

J'imagine que j'ai été claire : J'ai été séduite par cet ouvrage. Aussi inattendu que réussi, il vous fera passer un étonnant moment, mais quel moment ! Je vous le recommande très vivement, si vous n'avez pas froid aux yeux. La maturité est de mise pour lire cette oeuvre, pour en saisir le sens. Bravo à l'auteure pour cette magnifique aventure que je ne suis pas prête d'oublier...
J'ai adoré !
Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

Partenaires

Livre reçu dans le cadre du partenariat avec les éditions Sarbacane, merci à eux !

18 novembre 2014

La terrifiante histoire et le sanglant destin d'Hansel & Gretel

Couverture La terrifiante histoire et le sanglant destin de Hansel et GretelLa terrifiante histoire et le sanglant destin d'Hansel & Gretel

Titre : La terrifiante histoire et le sanglant destin d'Hansel & Gretel
Auteur : Adam Gidwitz
Année de parution : 2014
Pages : 300 pages
Prix : 15,90 €

Résumé :

...Ou la vraie-fausse histoire de Hansel et Gretel (celle que vos parents ne vous raconteront jamais). Vous y trouverez :
* un roi amoureux,
* un serviteur fidèle,
* un dragon redoutable,
* une boulangère mangeuse d’enfants,
* du sang,
* des doigts coupés,
* des têtes tranchées, et vous savez quoi ? Vous allez adorer.
P.S. : Aucun personnage n’a été blessé durant l’écriture de ce roman.
P.P.S. : Enfin… Ils s’en sont bien remis.
P.P.P.S. : Ne pas laisser à la portée de vos petits frères et sœurs. On vous aura prévenus…

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier Matéïa et les éditions Hachette pour ce superbe envoi !

Dès que j'ai reçu le catalogue de parutions de fin d'année Hachette, j'ai tout de suite été attirée par ce livre. Après avoir été très réticente aux réécritures de contes, j'avais fini par adorer ça. Hansel & Gretel n'avait, à ma connaissance, pas encore été réécrit, j'avais donc très envie d'en savoir plus. Quand j'ai reçu le bouquin, il était tellement beauuuuu, que j'avais encore plus hâte de le lire. Je m'y suis donc plongée, et j'ai été instantanément sous le charme.

J'ai trouvé les personnages déments. Les deux jumeaux, Hansel et Gretel, sont incroyables. Malgré leur âge, malgré leur vie peu paisible, ces deux jeunes enfants savent garder la tête haute. Ils sont d'une maturité déconcertante, et, tout au long du récit, évoluent beaucoup, faisant d'eux des personnages d'autant plus captivants. Ces enfants sont intelligents, doués, réfléchis. Immédiatement, ils instaurent une sorte de respect, bref, je les ai adorés. J'avoue, j'ai eu une petite préférence pour Hansel qui, même s'il est moins sage que sa sœur, a selon moi plus de personnalité que cette dernière. Autre personnage que j'ai énormément apprécié, secondaire cette fois : Le Diable, que nous rencontrerons au détour d'un sentier. On sent qu'il y a eu un gros travail sur cette créature, la rendant d'autant plus intrigante et effrayante. Vraiment, même si tous les personnages sont très déstabilisants, ils sont très travaillés, ce qui est un excellent point.

J'ai eu un gros coup de coeur pour la plume de l'auteur. Pour vous donner un ordre d'idée, j'avais un peu, parfois, l'impression de lire du Lemony Snicket (Les Orphelins de Baudelaire, ça vous parle ?), en quand même un peu plus glauque. Ce qui est génial, c'est que l'auteur parvient à être cynique, sadique, ironique, captivant et terrifiant, bref, plein de trucs à la fois. C'est un excellent mélange qui rend le livre très facile à lire, entraînant. Impossible de le lâcher ! Même si le contenu est plutôt obscur, on ne peut s'empêcher d'être amusé par les petites annotations en rouge qui sont comme des interruptions de l'auteur. Bref, encore un excellent point !

J'en viens donc à l'intrigue. Effectivement, le moindre qu'on puisse dire, c'est que c'est une sacré réécriture. Le conte original en prend un sacré coup ! Mais ça fonctionne du tonnerre, et c'est le principal. Durant toute ma lecture, j'ai été à fond. L'intrigue monte en crescendo, plus les pages défilent, plus ça devient sombre et cruel. (Et donc, si vous commencez à me connaître, j'aime ça. Yes, je suis un peu sado sur les bords. Shame on me.) C'est vrai que lorsqu'on débute la lecture, on trouve ça un peu gentillet, et la réécriture ne semble pas très poussée. Mais, petit à petit, le fantastique évolue, le suspense aussi. Le lecteur va de surprise en surprise, et ne s'ennuie pas un seul instant. Les idées sont géniales, et permettent à l'histoire de partir dans tous les sens, mais sans non plus tomber dans le n'importe quoi. Les péripéties s'enchaînent pour nos deux héros, on a l'impression que le bout du tunnel et la lumière n'arriveront jamais. Pourtant, ça n'empêche le récit d'être original et captivant. Cette histoire est une bonne façon de mettre en avant l'enfance et son impartialité, et j'ai énormément apprécié cette petite note morale. Même si l'intrigue semblait ne jamais finir, elle n'était en rien redondante. Je vous disais plus haut que la version originale d'Hansel & Gretel est très retouchée, mais pourtant, l'auteure conserve les grandes lignes du conte, permettant ainsi au lecteur de mieux comparer les deux versions. Cet ouvrage mélange épique et fantastique, tout le monde s'y retrouve donc. Je soulèverai un dernier point très positif dans ce livre : L'absence de gore. J'adore ça (Enfin vous comprenez ce que je veux dire, non ?...), pourtant, ici, ça aurait été décalé et déplacé. J'avais un peu peur de ça en débutant ma lecture, et j'ai vite été rassurée : On est pas non plus dans le charcutage total, et l'aspect de conte est ainsi plutôt bien respecté. Bref, c'est pour moi un sans faute. J'étudie actuellement les réécritures en cours, et j'en vois donc défiler. Celle-ci me semble être parfaite : Elle brise les codes sans pour autant totalement transformer le squelette de base.

La fin était elle aussi plutôt pas mal. Je suis peut-être un tout petit peu moins emballée que le reste, c'est ce qui a empêché le coup de coeur, mais globalement, c'est tout à fait convenable. J'avais un peu peur de tomber dans les extrêmes : Soit la happy end totale, chose que je déteste, soit la déprime totale, ce qui aurait été, à mon sens, trop osé pour un tel ouvrage. Fort heureusement, l'auteur a réussi à trouver un juste milieu, et un bon équilibre est instauré. Quelques petits détails m'ont un peu étonnée, voire dérangée. C'est vrai que j'ai trouvé certaines choses un peu tirées par les cheveux, mais ça reste franchement minime vis-à-vis de la qualité du roman. La conclusion est en harmonie avec ce qui s'est passée précédemment, et ne nous laisse pas sur notre faim. C'est donc pourquoi elle est, selon moi, tout à fait honorable.

Parlons de l'objet-livre. J'en suis amoureuse ! Je ne cesse de le dire en ce moment, mais le récent travail éditorial de l'équipe Hachette m'impressionne. Le roman est un hardback (Un roman qui n'est donc pas souple), ce qui fait plus conte. La couverture et ses couleurs sont superbes, et symboliques. En plus il y a des dorures, c'est canon ! De même à l'intérieur du bouquin, de sublimes illustrations, de sublimes couleurs, toutes très pertinentes. Le titre est lui aussi très bien choisi, il reflète vraiment bien le récit et attire le lecteur.

Je pense avoir été claire : J'ai été séduite par cet ouvrage que j'ai dévoré. Riche et atypique, plein de bon sens et d'action, je suis sûre qu'il saura vous charmer de par sa facilité de lecture. Je vous assure un excellent moment de lecture, plein de surprises et de magie. Et je peux vous assurer qu'après ça, vous ne verrez plus Hansel & Gretel de la même façon...
J'ai adoré !
Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

     

Livre reçu dans le cadre du partenariat avec le site Lecture Academy et les éditions Hachette. Merci !

16 novembre 2014

Bienvenue au Cast Tome 2 : Mes grands débuts

Couverture Bienvenue au cast, tome 2 : Mes grands débutsBienvenue au Cast Tome 2 : Mes grands débuts

Titre de la série : Bienvenue au Cast
Titre du tome : 2. Mes grands débuts
Auteure : Pascale Perrier
Editions : Rageot
Année de parution : 2014
Pages : 201 pages
Prix : 10,90 €

Résumé :

Devenir une artiste... Le rêve que je caresse depuis des semaines prend forme. J'ai endossé le rôle d'Eponine dans Les Misérables. Essayages de costumes, séances de maquillage, exercices de voix et répétitions sur scène s'enchaînent. La pression monte au Cast ! Saurai-je donner le meilleur de moi-même lorsque le rideau se lèvera sur notre spectacle ?

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier Mathilde (Charmant prénom !) et les éditions Rageot pour cet envoi !

Il y a quelques mois, les éditions Rageot m'avaient proposé de recevoir en SP le premier tome de la série, que j'avais adoré. Je ne m'attendais pas à recevoir la suite, et j'ai donc été ravie de la trouver dans ma boîte aux lettres ! Je me suis donc plongée sans inquiétude dans ce second tome, qui m'a tout aussi séduite que le précédent.

J'ai retrouvé avec grand plaisir les personnages que j'avais tant appréciés. Ils n'ont pas changé, et sont restés aussi attachants qu'au début. On sent tout de même que leurs relations évoluent de plus en plus : Entre l'âge et l'approche du spectacle, il y en a des choses à faire ! On accueille également une nouvelle au Cast : Emily. Cette jeune fille est très intrigante, mais très touchante, qui se dévoile petit à petit. Je sens qu'elle est capable de faire de grandes choses, et qu'elle ne nous a pas encore tout avoué sur elle... Lors du précédent tome, je vous parlais de secrets concernant David et Sylvana : J'avais vu juste, ils nous cachaient bien des choses. J'ai été ravie de découvrir les idées de l'auteure à ce propos, j'ai trouvé ça très intéressant et adapté à l'histoire. Bravo ! Maintenant, c'est Stanislas et Salomé qui m'intriguent : J'ai hâte de savoir ce qu'ils tentent de cacher tous les deux...

Pour ce qui est du style de l'auteure, une fois de plus, je n'ai rien à redire. J'ai passé un très bon moment de détente, et ma lecture s'est déroulée très rapidement, sans encombre. On retrouve l'humour et la bonne humeur qu'on avait dans le premier tome, et c'est toujours aussi plaisant. De plus, les superbes illustrations de Diglee apportent encore et toujours modernité et jovialité. Ca rend très bien, et rend le récit encore plus vivant et accrocheur. Alors les deux combinés, on est au top du top !

L'intrigue de cette suite est tout aussi passionnante que celle du précédent tome. En effet, dorénavant, l'année est bien avancée au Cast, et commencent les grandes répétitions pour Les Misérables. Une fois de plus, j'ai été ravie d'être aussi près de l'univers du spectacle et de tous ses secrets. Je suis tellement jalouse de l'enseignement que reçoit notre joyeuse petite bande ! On passe un bon moment tout en effleurant du bout des doigts des sujets plutôt sensibles, Il y a donc un bon mélange, dans de bonnes proportions, de tous les principaux éléments pour une bonne série. On suit certes un peu le même schéma que dans le précédent tome, mais je n'ai absolument pas trouvé ça gênant, au contraire. L'auteure a pimenté cette suite de quelques petites surprises, bonnes ou mauvaises, qui permettaient de donner un bon rythme à la lecture. Sans être compliquée ou très recherchée, cette histoire nous fait passer un excellent moment, et c'est que ce que j'ai grandement apprécié une fois de plus. La romance commence vraiment à pointer le bout de son nez, et j'ai déjà envie d'en voir plus, car l'auteure parvient à jouer avec les nerfs du lecteur de façon très sadique... Je me demande sincèrement comment tout ceci va tourner. Voilà, je n'ai pas grand chose à ajouter de plus afin de ne pas vous spoiler, et car ça serait un peu redondant vis-à-vis de ma première chronique. Mais ce qu'il faut retenir, c'est que cette suite est tout à fait à la hauteur de son prédécesseur !

A peine le livre achevé, j'avais envie d'avoir la suite. Le bouquin s'achève sur des événements particulièrement fatidiques, et c'est très rageant de ne pas pouvoir en savoir plus. La chute annonce d’ores et déjà un prochain tome riche en émotions et en actions. J'ai hâte d'en voir plus ! En tous cas, on ne peut pas dire que ce second épisode finisse dans le rose et les paillettes... Je n'en dis pas plus, mais en tous cas, c'est passionnant !

Le livre-objet m'a une fois de plus convaincue. Si je suis un chouilla moins fan du violet que du rose, j'apprécie toujours aussi les illustrations de Diglee. Mais sinon, il est quasiment identique au premier, ce n'est donc pas difficile de me convaincre ! Bon allez, râlons quand même pour la forme : Il faut dire que le titre du tome n'est pas en totale adéquation avec le récit, à cause de l'emploi du "mes". Mais ce n'est qu'un détail !

Voili-voilou, une chronique plutôt courte et rapide, mais qui, j'espère, vous donnera envie de débuter/poursuivre la série. Personnellement, j'accroche toujours autant, et serai sans hésitation au rendez-vous en Février pour le tome 3 !
J'ai adoré !
Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.



Livre reçu grâce aux éditions Rageot, merci à eux !

12 novembre 2014

Podcast Emission Radio La Bookinade Novembre 2014

Population lectrice,

Je vous retrouve aujourd'hui pour vous partager le lien de l'émission radio du mois de Novembre que j'anime, La Bookinade.


Au programme :

Boys Out ! de Rawia Arroum

Endgame Tome 1 : L'Appel de James Frey & Nils Johnson-Shelton

Vous pouvez écouter le podcast en cliquant juste ici :


[Et au fait, j'ai retrouvé ma voix normale, il y avait eu une erreur le mois dernier...]

N'hésitez pas à me donner votre avis !

Love, books and hapiness,

Mathilde ♥

11 novembre 2014

La Saga Waterfire Tome 1 : Deep Blue

Couverture La saga Waterfire, tome 1 : Deep BlueLa Saga Waterfire Tome 1 : Deep Blue

Titre de la série : La Saga Waterfire
Titre du tome : 1. Deep Blue
Auteure : Jennifer Donnelly
Editions : Hachette
Année de parution : 2014
Pages : 352 pages
Prix : 15,90 €

Résumé :

Lorsque Serafina, Princesse de Miromara, s'éveille au matin de ses fiançailles, sa première préoccupation devrait être de retrouver son promis, le séduisant Prince Mahdi. Elle l'aime depuis l'enfance et il l'aime en retour. Enfin, il l'aimait, elle a quelques doutes à présent...
Pourtant, ce matin-là, l'esprit de Serafina est surtout accaparé par d'étranges rêves annonçant le retour d'une ancienne malédiction. Ses prémonitions se confirment quand sa mère est touchée d'une flèche empoisonnée, et le chaos semé dans tout le royaume. Guidée par ses cauchemars, Serafina, accompagnée de cinq autres sirènes, se lance dans une quête périlleuse pour venger ses parents et empêcher les communautés sous-marines de s’entre-déchirer. Mais elle est encore loin d'imaginer qu'elle vient de plonger dans une vaste conspiration, qui menace son monde... Et le nôtre.

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier Matéïa et les  éditions Hachette pour ce superbe envoi !

Lorsque j'avais vu ce livre, j'avais flashé sur l'idée. Puis, j'avoue que je l'avais un peu oublié, jusqu'à ce que, par surprise, je le découvre dans ma boîte aux lettres. Je l'ai donc commencé plutôt confiante, et j'ai bien fait, car j'ai vraiment adoré ce début de série.

J'ai beaucoup aimé les personnages, vraiment attachants selon moi. Malgré le fait qu'ils soient des créatures sous-marines, ils conservaient totalement un comportement des plus humains, des plus ressemblants à ce qu'on peut voir aujourd'hui. C'est ce qui m'a particulièrement plu : Leur authenticité. La protagoniste, Serafina, est une jeune sirène qui évolue tout au long de l'histoire. Au début plutôt naïve et plus préoccupée par l'amour que par son royaume, elle dévoile petit à petit sa maturité et son talent, ainsi que sa capacité à garder les pieds sur Terre. (OK, j'avoue, elle était nulle celle-là.) Elle reste tout de même un brin naïve, mais je n'ai aucun doute quant à la disparition de ce défaut par la suite. Sa meilleure amie, Neela, est elle aussi une jeune fille qui change. Certes, dès le début de l'histoire, on la sent plus réfléchie que l'héroïne, mais elle n'en reste pas moins une adolescente qui parfois, oublie le sens des priorités. Néanmoins, je l'ai vraiment adorée, et même préférée à Serafina. Je me suis souvent retrouvée dans ses dires, et j'ai trouvé qu'elle permettait bien à l'intrigue d'avancer. Je ne vais pas m'attarder sur tous les personnages, il y a bien trop. Mais mention spéciale à Mahdi et à Yazeed, les deux tritons. Je suis persuadée qu'ils vont être très intéressants, et qu'ils ont beaucoup de choses à nous dévoiler. Toutefois, j'ai été très déçue de voir qu'ils restaient si effacés dans ce premier tome, il manquait une présence masculine dans cet ouvrage. J'espère les retrouver par la suite !

Le style de l'auteure, bien que simple, fonctionnait très bien. En effet, même avec de très bonnes idées, elle ne cherchait pas à en faire des tonnes. Ses mots sont choisis sans fioriture, mais sont efficaces. Dès le début, je me suis trouvée plongée dans son univers, et la lecture m'a semblé très aisée et rapide. Impossible de s'ennuyer, tout du moins d'après moi. Bon, je ne dis pas qu'on ne sent pas parfois quelques hésitations, par exemple pour déterminer les choix des personnages, mais ça reste minime, et, globalement, ce premier volet est très bien mené. De plus, l'auteure a imaginé tout un vocabulaire en lien avec son univers. Un lexique se trouve à la fin de l'ouvrage pour mieux le comprendre, ce que j'ai trouvé très appréciable.

Pour l'intrigue, je suis là aussi très satisfaite. D'accord, l'auteure n'a pas inventé l'eau chaude ; les bouquins avec des sirènes, il y en avait déjà ; je pense notamment à la série Le Baiser des Sirènes. Mais je persiste à dire que ce n'est pas une créature qu'on trouve souvent dans la littérature, et j'ai donc été ravie de pouvoir mieux les découvrir. En commençant ma lecture, je ne savais pas trop vers quoi elle allait s'orienter : Romance, aventure, policier, dystopie ?... J'avais l'impression que tout était possible avec un tel résumé. Au bout du compte, ce roman fantastique m'a plus semblé être un bouquin d'aventure. Effectivement, on part d'abord sur une romance. Cet aspect de l'intrigue m'a bien plu, car j'ai trouvé que l'amour était traité d'une façon qui détonnait un peu avec ce qu'on a l'habitude de voir. Mais, très vite, la romance passe à la trappe : Place à la fuite et à l'aventure... Bon, je vais être honnête : J'ai été plutôt déçue de voir que la romance était aussi facilement mise de côté, et j'espère vraiment la voir revenir dans la suite de la série. Bref, passons donc à l'aventure. Je ne sais pas trop si je dois la qualifier de fuite ou de quête, en fait. J'ai trouvé le principe de mélanger ces deux éléments très intéressants, ça apportait un récit une touche de suspense et d'angoisse. D'ailleurs, dans un livre de ce type, on pourrait s'attendre à quelque chose de plutôt gentillet : Que nenni. L'auteure appelle un chat un chat, et ne cherche pas à embellir la réalité, et ça, c'est très honorable. Avec une telle thématique, elle parvient également à aborder des sujets sensibles et actuels : La pollution, le braconnage, l'Homme, quoi. C'est fait de façon percutante et accrocheuse, en un mot, c'est top. L'histoire de Serafina est basée sur une prophétie, sur des croyances : Bon, même si ça se tient, j'ai été un chouilla déçue, j'aurais aimé que l'auteure innove plus. Ce premier volet pose les bases, et permet d'annoncer ce qu'il adviendra plus tard, ce qui aurait pu être ennuyant. Mais non, absolument pas, car l'action est très présente, et les rebondissements nombreux. Tout s'enchaîne à merveille, et donne toujours plus envie d'en savoir davantage.

La chute m'a un peu surprise, mais avec un recul, pas vraiment, en fait. Je m'attendais plutôt à apprendre une incroyable nouvelle, ou à ce qu'il advienne un terrible événement, mais rien de tout ça. C'était plus frustrant que stupéfiant. Mais, comme je vous l'ai déjà dit, maintenant que ma lecture date un peu, je comprends ce choix et le trouve en harmonie avec le reste du récit. Il donne vraiment envie d'en savoir plus, et j'ai déjà hâte d'avoir le tome 2. Je compte sur lui pour que les choses sérieuses commencent réellement, et pour que la romance fasse son grand retour. Mais je suis confiante, Jennifer étant une auteure de renom !

Pour vous parler du livre-objet, je vais être honnête : Je suis fan. Le titre m'a beaucoup plu, l'anglais apporte un côté moderne, intrigant, bref, ça donne envie. Mais au niveau de la couverture... Wouah ! Les couleurs sont superbes, et en plus de ça, il y a des reliefs, de l'argenté... Et ce n'est pas tout ! A l'intérieur du livre, au dos de la couverture et de la 4ème de couverture, de superbes cartes sont dessinées. A chaque début de chapitre, une vague... C'est superbe, et je salue le travail éditorial qu'il y a eu !

Je pense que vous l'aurez compris, j'ai été très emballée par ce premier tome, et j'ai hâte d'en savoir plus. Même si l'on sent qu'il sert à poser les bases, il n'en reste pas moins captivant et génial. Je vous recommande très vivement ce début de série, particulièrement si vampires et sorciers commencent à devenir indigestes pour vous. En attendant, je trépigne d'impatience pour le tome 2... Bravo !
J'ai adoré !
Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.


   

Livre reçu dans le cadre du partenariat avec le site Lecture-Academy et les éditions Hachette. Merci !

5 novembre 2014

Le Mont-de-Sable

Le Mont-de-Sable

Titre : Le Mont-de-Sable
Auteure : Joanna Bator
Editions : Noir sur blanc
Année de parution : 2014
Pages : 430 pages
Prix : 23 €

Résumé :

Au Mont-de-Sable, un quartier de la banlieue de Walbrzych, ce sont les femmes qui décident de tout. Au début des années 1970, la jeune Jadzia quitte la campagne pour commencer une vie meilleure à l'ouest du pays ; à son arrivée dans cette ville industrielle, elle tombe dans l'escalier et dans les bras de Stefan Chmura, qui deviendra son mari. Tous deux s'installent au Mont-de-Sable, une cité de béton flambant neuve, et donnent naissance à une fille, Dominika. Le roman raconte la vie de ces trois personnages, ainsi que celles des deux grands-mères, Halina et Zofia. C'est à la fois une saga familiale et un panorama de l'histoire sociale de la République populaire de Pologne que propose Joanna Bator : La narratrice suit les désirs, les peurs et les regrets de ces trois générations de femmes, avec humour, moquerie ou tendresse. Alors que leur vision du bonheur ne cesse de se heurter à la réalité quotidienne, les habitants du Mont-de-Sable lorgnent de plus en plus vers la RFA et ses merveilles, qui vont des bouteilles de shampoing d'un litre aux voitures gris métallisé. Dominika, toutefois, a d'autres projets pour son avenir qu'un mari vivant dans une obscure ville allemande...

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier les éditions Noir sur blanc et la Masse Critique de Babelio pour cet envoi !

J'ai donc reçu ce roman dans le cadre de la Masse Critique de Babelio. J'avais flashé sur la couverture, puis sur le résumé : Le côté roman familial historique me plaisait beaucoup, puisque j'adore les romans à intrigues familiales et j'adore les romans historiques. Je m'y suis donc plongée avec plaisir, mais... Le moindre qu'on puisse dire, c'est que, pour moi, ça a été le bide total...

J'ai eu énormément de mal à tolérer les personnages. Ils sont plutôt nombreux, avec des noms assez compliqués, mais je vous rassure, tout ceci n'est pas trop compliqué à suivre. Ce qui m'a dérangée, ce fut leurs caractères. Effectivement, que ce soit Dominika, Jadzia, Halina, Zofia, Stephan, enfin bref, tout le monde quoi, j'étais mal à l'aise. Tous ces personnages sont très étranges, très secs, froids, distants. J'avais presque l'impression de lire des caricatures, ce que j'ai trouvé plutôt décevant pour une lecture historique. C'était très rebutant comme sensation, car ça empêchait vraiment d'éprouver ne serait-ce qu'un peu de pitié pour eux. Néanmoins, je retiens quand même le prêtre Adam, qui, même s'il était loin d'être parfait, a, je ne sais pour quelle raison, obtenu ma sympathie. Son petit côté "naïf", "soumis", puis "rebelle", c'était plutôt chouette !

Niveau style d'écriture, bin c'est toujours un peu pareil : Je suis déçue... En effet, on avait une bonne portée historique. Malheureusement, ça n'a pas suffi pour rendre ce livre intéressant. Selon moi, il était bien trop long, ça traînait, et j'avais l'impression de toujours lire la même chose. Je me suis quand même beaucoup ennuyée, et, malgré un fond historique riche, j'ai trouvé cet ouvrage vide... De plus, j'ai noté une certaine vulgarité dans les propos que j'ai trouvée "déplacée" dans un tel contexte, mais ça, je vous en reparlerai plus bas...

Je passe donc à l'intrigue. Je dois admettre qu'il va être difficile de vous en parler, puisqu'il n'y a pas à proprement parler d'intrigue. En fait, nous suivons juste les trois générations de femmes, et leurs familles, pendant quelques décennies. Ca m'a un peu de surprise de ne pas vraiment avoir de trame, mais j'ai trouvé le principe plutôt intéressant. Ca permettait de découvrir et d'apprendre plein de petites choses, de diversifier les anecdotes, et d'aborder ainsi plus de sujets. Voilà pourquoi l'idée de base était bonne, et, même si elle n'était pas forcément originale, elle avait le mérite d'avoir de l'ambition. Néanmoins, selon moi, ça a un peu cafouillé au niveau de l'organisation des idées, et de l'écriture. Comme dit plus haut, c'est extrêmement lent, et les aventures des Chmura se ressemblent toutes. De ce fait, on a un peu l'impression de se relire à chaque page. C'est un peu dommage, car avec un tel principe de narration, on s'attend à au contraire pouvoir avoir une lecture plus variée. Autre chose m'a énormément gênée : J'ai trouvé ce livre vulgaire. Le vocabulaire est relativement fleuri, mais en plus de ça, l'auteure part parfois dans des délires qui tombent à la limite du salace. Alors, non seulement j'ai trouvé que ça donnait tout de suite un aspect assez péjoratif de la catégorie de personnes à laquelle les personnages appartenaient, mais en plus de ça, c'était relativement désagréable. Je n'ai rien contre le cru, du moment que ça a un intérêt, que ça dénonce, que ça accentue. En toute sincérité, ici, je n'en ai pas vu l'intérêt, et ça m'a plus rebutée dans ma lecture qu'autre chose. A part ça, que dire de plus ? J'ai vraiment eu du mal avec ce livre, et j'avoue que le finir m'a demandé beaucoup de temps et de persévérance. Je m'attendais à plus d'historique, à plus d'émotions. Le pire, c'est qu'il y avait, j'en suis persuadée, un bon fond qui était prévu. Mais, de mon point de vue, il a été mal exploité, malheureusement...

En ce qui concerne la fin, et bien... J'avoue ne pas être sûre de tout avoir compris, et ne pas avoir véritablement cherché à comprendre. J'étais lassée de la vulgarité, lassée d'avoir l'impression d'être obligée de détester les personnages... C'est vrai que, pour cette chute, l'auteure a soudainement mis de l'action dans son livre. Mais ce que je n'ai pas saisi, c'est, premièrement, pourquoi dans les dix dernières pages, et surtout, pourquoi la rendre aussi peu claire ? Aussi blasée ? En fait, ce bouquin est terriblement froid, distant, et, même dans des passages mouvementés et plus ou moins touchants, le lecteur est blasé, et, honnêtement, se contrefout de ce qu'il se passe. En ce qui me concerne, tout du moins.

Le livre-objet m'a beaucoup plu. La couverture est superbe, les couleurs et les ombres rendent très bien.La symbolique, même si elle n'est pas évidente au premier coup œil, est bien présente, ce qui est appréciable. Pour le titre, il est simple, mais efficace et en accord avec le récit, alors, je signe !

Je pense que j'ai été claire : Ce livre m'a grandement déçue. J'ai essayé de ne pas être trop salée et d'être objective dans ma chronique, mais vous me connaissez : Quand je n'aime pas ou quand je suis déçue, je ne m'en cache pas, et je suis cash. Peut-être que ce roman vous plaira plus qu'à moi, mais ne vous attendez pas à un véritable roman historique, ou à une véritable intrigue familiale. Ce n'est ni l'un, ni l'autre. C'est... Une sorte de mixture étrange des deux. Enfin bon, peut-être que ça vient de moi ! Mais mon coeur insensible n'a pas été touché...
J'ai été déçue...
Et...
Je n'ai pas aimé...
Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

      

Livre reçu dans le cadre de la Masse Critique Babelio, grâce aux éditions Noir sur blanc. Merci !