Post Top Ad

14 novembre 2015

LETTRE OUVERTE A LA VIOLENCE

Salut.

Je ne sais même pas par où commencer. Est-ce-que je devrais t’insulter ? Probablement.

Oui, il serait facile de cracher des vulgarités, des termes agressifs dits et redits. Et peut-être que cela me soulagerait un peu.

Mais en cet instant, j’ai surtout envie de t’ouvrir les yeux, et de faire état de ta triste définition.
Tu sais, en réalité, tu es lâche. Tu as beau errer partout dans le monde, telle une ombre qui se veut menaçante, tu n’es qu’une lâche. Ce que tu n’approuves pas, tu le détruis, sans aucune forme de procès. En fait, tu ne cherches pas à entendre, à comprendre. Et je ne parle même pas du verbe « tolérer ». Tu fuis le discours, tu n’es pas capable d’exprimer clairement, avec des mots diplomates, ce que tu défends. Parce qu’entre nous, sais-tu vraiment ce que tu défends ? Je ne crois pas. Tu te penses réponse à tout, mais tu as tort. Tu es simplement le moyen le plus pusillanime d’exprimer un désaccord. Car tu es vide de sens, tu n’exprimes rien, si ce n’est un amer goût de sang.

Cette nuit, tu as frappé Paris. Ils étaient anonymes, s’amusaient, innocents, et tu as fait de leur bonheur un crime que tu as puni. C’est ridicule, honteux, inhumain. Il n’y a qu’une criminelle ici, et c’est toi. Faire couler le sang de civils, qui ne veulent qu’un peu de paix dans ce monde de brutes que tu animes, est un acte inqualifiable, inexcusable. Tu dis rendre justice, mais tu ne fais que creuser l’écart entre elle et toi. Tu n’es rien, tu ne vaux rien.

Je ne suis qu’une voix parmi tant d’autres. Mais tant d’autres qui ne se tairont jamais, car face à toi, nos mots se feront toujours plus forts et nombreux. Tu ne nous feras jamais taire, car tu es couarde, et nous sommes braves. Nous n’avons pas peur de te dire que la défaite sera la tienne.

Si violence rime avec démence, paix, elle, rime avec respect.

Et cela pour toujours.

Je te le promets.

Mathilde.
Le 14 novembre 2015 à 14:31 / Par / 2 Commentaire(s)

2 commentaires:

  1. J'ai appris cette horreur ce matin seulement, au petit déjeuner. Depuis, je n'ai plus envie de rien. Je ne peux m'empêcher de penser aux familles et au non sens de cet acte. Je n'ai même pas de mots...

    RépondreSupprimer
  2. Le texte est magnifique. Je suis d'accord avec toi, il ne faut pas avoir peur, ça ne serait que les encourager. Pray for Paris ♡

    Camille :)

    RépondreSupprimer

Petite explication pour mettre un commentaire :

- Ecrivez dans le cadre dédié à cet usage.
- Choisissez votre profil. Je vous recommande "Anonyme", "Compte Google" ou "Nom/URL".
- Cliquer sur "Publier".

Et le tour est joué ! Merci !

Post Top Ad