Post Top Ad

6 décembre 2015

Kestenpenses ? {2} L'élitisme de la Littérature

Salutations,

Je suis Buzz l'Eclair, et je viens en paix.
Non.
Je suis toujours Mathilde, et je viens en réalité converser avec vous pour ce second Kestenpenses ?. Vous avez été exceptionnels lors de la publication du premier épisode, sur l'Histoire et sa Mémoire dans la littérature. J'ai cru comprendre que certains d'entre vous attendaient impatiemment ce nouveau sujet qu'est l'élitisme de la littérature, et c'est avec grand plaisir, et surtout, avec grande ambition revendicatrice (Comme toujours me direz-vous) que je viens donc vous conter mon point de vue sur la question.

Avant toute chose, petit disclaimer, comme c'est la mode de le faire sur le Web en ce moment. Il est évident que ce que vous vous apprêtez à lire n'est QUE l'opinion d'une adolescente de 17 ans, et n'engage que moi. Je ne prétends pas avoir la science infuse, ni avoir le meilleur avis qui soit. Néanmoins, je suis sur mon blog, mon espace dédié à ma liberté d'expression. Oui, je n'ai peut-être pas le recul, la maturité, le savoir, l'âge, l'expérience, l'objectivité, et tout ce qui peut être nécessaire pour oser aborder ce sujet. Si vous opinez du chef en lisant ces précédentes lignes, je vous invite à passer vos nerfs sur la croix encadrée de rouge, en haut de votre écran, à droite, et de rester enfermé dans vos principes, apparemment si confortables. Quant aux autres, je vous souhaite une agréable lecture...



Commençons par le commencement, si vous le voulez bien. A savoir par la définition donnée par mon cher ami Le Larousse, qui nous explique que la littérature est un "Ensemble des œuvres écrites auxquelles on reconnaît une finalité esthétique". Mhum, cher Larousse, il me semble que tu évinces assez rapidement le sujet. Qui est ce "on" ? Et quelle définition nous proposes-tu pour esthétique, d'ailleurs ? "Qui a un rapport au sentiment du beau, à sa perception". Là encore, je te trouve bien évasif. Qui donc décide ce qui est beau, et ce qui ne l'est pas ? Toi ? Moi ? Vous ? Nous ? Eux ?

Pour aller plus loin, attardons-nous un instant sur l'étymologie du terme littérature. Il semblerait que ce mot vienne du latin "Litteratura", qui, selon mon autre ami le Gaffiot (Tristement abandonné sur une étagère depuis la fin de ma Seconde, shame on me) signifie "Ecriture". Et l'écriture, c'est tracer des courbes, des lettres, des mots, des phrases. En tous cas, chez moi, ça marche comme ça.

Maintenant que le plan technique est fait, passons aux clichés sur cette fameuse Littérature, avec un grand L. Apparemment, les gens savent très bien ce qui n'est pas de la Littérature. Marc Levy et Guillaume Musso ne sont pas de la Littérature. Les livres pour enfants et adolescents ne sont pas de la Littérature. Les romances érotiques ne sont pas de la Littérature. Le chick-lit n'est pas de la Littérature. Et ce ne sont que quelques exemples parmi tant d'autres. Mais quand il s'agit de dire ce qui est de la Littérature, tout de suite, c'est plus compliqué.

Oh, bien entendu, une très grande partie vous disent très facilement ce qui est de la Littérature. Maupassant. Balzac. Sand. Molière. Shakespeare. Zola. Rimbaud. Verlaine. Flaubert. Je ne vous fais pas la liste totale, vous avez très bien où je veux en venir. Les classiques.

Les fameux classiques. Douce mélodie de comparaisons, de litotes, d'oxymores, d'hyperboles, de métonymies, de métaphores, de périphrases, et j'en passe. Oui, à ne pas en douter, le travail des ces auteurs est brillant, époustouflant. C'est tout à fait vrai. Je suis la première à être béate d'admiration devant tant d'harmonie, de finesse, de recherche et de délicatesse.

Alors, évidemment, ces auteurs, ces classiques, sont de la Littérature. Ils sont des oeuvres écrites. Et puis, ci-dessus, j'en reconnais la beauté.

STOP.

Qui suis-je pour dire qu'ils sont beaux ? Est-ce-que vous, derrière votre écran, pensez également que "Mais sait-on quels sont les sages et quels sont les fous, dans cette vie où la raison devrait souvent s'appeler sottise et la folie s'appeler génie ?", rédigée par Maupassant-que-j'aime-tellement, est une belle citation ? Peut-être que oui. Mais peut-être aussi que non.

Donc, si l'on s'en tient à la définition de notre cher Larousse, peut-être que, oui, Maupassant est de la Littérature. Mais peut-être aussi que non.

AHA. On fait moins le malin, hein ? Alors, je sais bien que "Ouiiiiiiii naaaaaaaaaan mais c'est indéniaaaaaable y a pleiiiiiiin de personnes qui disent que c'est beauuuuuuu, et puis c'est vraiiiiii, tu peux paaaaaaaaaaas dire que çaaaaaaa c'est moooooooche sérieeeeeux." D'accord, mais on a aussi "Nan mais putain c'est trop chiant Maupassant d'abord on pige que dalle et on s'emmerde grave c'est trop relou vas-y pffff." Qui a tort, qui a raison ? 

Les spécialistes ? Cool. J'entends totalement que ces derniers aient un certain poids dans la question, ils ont fait de longues études, comparé de nombreux textes. Ils peuvent analyser des figures de style, des recherches documentaires, et ce genre de choses très scientifiques, quand on y pense. Mais je ne suis pas sûre qu'ils soient mieux placés que vous, que moi, pour estimer que tel ouvrage est beau, ou ne l'est pas. 

La beauté est tellement subjective, qu'il est impossible de déclarer qu'un livre est plus beau qu'un autre. Le problème, c'est que de plus en plus, on a tendance à vouloir imposer aux gens une certaine idée de la Littérature. D'une Littérature qui, finalement, est extrêmement élitiste. Car il faut être honnête, parfois, il n'est pas chose aisée que de comprendre toute la finesse d'un auteur classique. Si l'on peut réellement estimer qu'on comprend un auteur.

Le problème, c'est que trop de personnes passent leur temps à critiquer les lectures des autres. Dénigrer celui qui lit du Musso, dénigrer celle qui lit de la littérature adolescente, dénigrer celui qui lit des romances érotiques, etc... Et s'il trouve que Musso écrit de belles histoires ? Et si elle trouve que la littérature adolescente est belle ? Et s'il trouve que les romances érotiques sont belles ? Qu'est-ce-que cela peut vous faire ?

A tout de suite descendre des lectures qu'on apprécie pas, on décourage ceux qui les lisent. On se plaint que les jeunes ne lisent plus. Mais quand ils essayent, on leur dit qu'ils ne lisent pas des choses intéressantes. On se plaint que les Français lisent moins. Mais on fait une moue dégoûtée et un "Ah, tu lis du Musso" quand ils ont le malheur d'avoir La fille de papier entre les mains. (Et pourtant, La fille de papier est un petit bijou, je persiste et je signe.)

Est-ce-que le principal là-dedans n'est pas le fait qu'ils lisent ? On lit pour quoi, au juste ? Pour ne rien comprendre à ce qu'on tente de déchiffrer, ou pour se faire plaisir ?

J'ai déjà choqué des gens pour avoir, dans ma bibliothèque, Marc Levy à côté de Primo Levi. Plaignez-vous auprès de l'alphabet, mes chers. Ces deux auteurs ont écrit, c'est tout ce qui m'importe. Ils sont  certes radicalement opposés dans leur travail, ils sont incomparables, mais ils ont écrit.

Evidemment, il n'y a pas qu'une Littérature, il n'y a que des Littératures. A chacun sa conception des choses, à chacun son avis sur ce qui est beau ou non, mais par pitié, arrêter de juger. Car qui êtes-vous pour le faire ? Je suis désolée de vous le dire, mais mon opinion n'a pas plus de poids que le vôtre, et vice-versa.

Selon moi, il n'y a pas de "vraie" et de "fausse" Littérature. Il n'y a que des livres, des écrits. Et ce n'est pas la langue latine qui vous dira le contraire.

Alors, de toute évidence, ceci n'est que mon point de vue, et à chacun le sien ! Si vous souhaitez réagir à mes propos, n'hésitez pas, que ce soit par commentaire ou par mail... Cela me fait toujours très plaisir d'échanger avec vous, comme nous l'avons fait la dernière fois. Et bien entendu, si vous souhaitez reprendre le thème de la discussion, j'en serais ravie ! Citez simplement vos sources :)

Bonnes lectures,

Mathilde ♥
Le 6 décembre 2015 à 22:00 / Par / 32 Commentaire(s)

32 commentaires:

  1. Dur sujet que celui-ci... A vrai dire, j'étais moi-même en train de rédiger un article sur la poésie ( sorte de réponse à un article d'une amie bloggeuse ) et je suis tombée sur ton Kestenpenses !
    C'est drôle de voir que nous disons la même chose sur les intentions des auteurs/ poètes : peut on réellement savoir ce qu'ils ont voulu dire ? Moi je persiste à dire que non. Nous n'émettons que des hypothèses. En littérature, il n'y a pas une vérité, mais des vérités. A chacun son interprétation.
    Et par conséquent, à chacun ses gouts. Selon moi, la Littérature, c'est quelque chose qui procure des émotions. Quelque chose qui nous renverse, qui nous change même. Alors, ce peut être Zola, Verlaine, JK Rowling, Zweig ou J.Green. Ca peut être des classiques, du YA ou de la chick-lit.
    Toutefois, je déplore le fait qu'il existe de nos jours des livres commerciaux, comme il y en existe pour les films. Certaines personnes décident d'écrire un roman en voulant faire de l'argent et nous servent une bouillie de mots sans gout pleine de clichés...
    Ou encore, sans citer de noms, je ne considère pas le livre d'une certaine youtubeuse à 2 millions abonnés comme de la Littérature. Ai-je tort ?
    Bien sûr cela reste subjectif, car le livre que je trouve commercial, peut être un coup de coeur pour une autre personne. Le principal c'est de respecter son avis. On peut ne pas être d'accord et respecter son apposant, car , par exemple, je n'ai pas envie de me ramasser des insultes car je n'aime pas Roméo et Juliette et plus généralement le style de Shakespeare.

    Et tu as raison, les clichés font mal à la Littérature. Personnellement, je n'ai pas encore découvert Musso et Lévy, mais je le ferai et les critiques à leur égard ne m'empêcheront pas de lire leurs romans.

    Et concernant la beauté, je citerai Voltaire '' Demandez à un crapaud ce qu'est la beauté, il vous répondra que c'est sa crapaude avec deux gros yeux qui sortent de sa tête''
    Comme toujours, article très intéressant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis totalement d'accord avec toi : Personne ne peut savoir ce que l'auteur avait réfléchi et ce qui n'est que le fruit du hasard. Seuls eux pourraient nous le dire, et encore. C'est ce qui fait d'ailleurs la richesse de la littérature, c'est pour cela que je l'aime tant : Elle n'a pas de sens défini, elle n'est que question d'interprétation, de perception et de sentiments. On la vit, on la choisit.

      Je rejoins également la notion d'émotions donc tu parles. Tout comme celle des livres "commerciaux". Après, encore une fois, pour nous, ne voyons que la partie financière de l'ouvrage, mais pour certaines jeunes filles, les conseils prodigués peuvent être un renouveau, un dynamisme, une renaissance... Comme tu le dis, l'idée est d'entendre les opinions des uns et des autres.
      (Tu m'intrigues pour Shakespeare, il faut vraiment que je m'y mette)

      Je suis ravie d'entendre que tu ne t'arrêteras pas à des à prioris pour découvrir ces auteurs, et tous ceux qui, comme eux, ont une étiquette peu avantageuses collées au dos. Ce n'est pas comme ça qu'on fait lire.

      Cette citation est magnifique, je la note, merci !

      Et il me tarde de lire ton article sur la poésie :) Quand sort-il ?

      Supprimer
    2. Cet article me demande beaucoup de temps et d'énergie pour affronter ma médiocrité, ce que je n'ai pas en ce moment. Mais je te préviens quand je le publie.
      Je me permets également de te faire de petites suggestions. Mais tu sais très bien que je ne veux rien t'imposer ! J'avais pensé au sexisme de la littérature. En effet, je me suis rendue compte que l'on n'étudiait pas énormément de romans de femmes, autant classiques que contemporains, voire aucun en ce qui me concerne. Cette lacune m'a éclatée au visage cette année. De plus, l'image même de la femme dans la littérature classique n'est pas ce qu'il y a de plus reluisant. Enfin, si on lit un roman ayant pour héroine une femme, c'est un homme qui l'a écrit ( Mémoires de deux jeunes mariée, Une vie, Madame Bovary, ou encore les Liaisons dangereuses, toutes les nouvelles de Zweig)Ou bien, si une femme écrit un livre, c'est pour parler de femmes, ou de sentiments amoureux ( Mme de La Fayette par exemple)
      On parle souvent de la femme zweigienne, mais selon moi, cette dernière est plus esclave que libre. En effet, elle ne raisonne pas et n'écoute que ses passions, jusqu'à devenir soumise à elles.
      C'est un peu fouillis ce que je dis, j'espère quand même que je me fais comprendre haha !
      Par contre, je ne tape pas sur ces romans que j'ai lu et beaucoup aimé ( sauf Les Liaisons [..] que je n'ai pas lu en entier)
      Bonne soirée !

      Supprimer
    3. J'ai hâte de voir cela !
      C'est une excellente idée que tu me proposes là ! Je vais voir ce que je peux en faire, mais c'est un sujet qui m'avait déjà posé question, et qui m'intéresse beaucoup. Il va falloir que je fasse un certain travail de recherches avant, mais je pense pouvoir te dire qu'il sera dans les prochains Kestenpenses ? !
      Merci encore pour la suggestion ! :)

      Supprimer
    4. Salut !
      J'ai l'impression que cela fait dix siècles que je n'ai pas mis de commentaires par ici, et pourtant j'ai lu pratiquement tous les articles. La faute à la procrastination, désolée...

      J'ai récemment lu ''Ainsi Soit-elle '' de Benoite Groult, et j'ai pensé que ce genre d'ouvrage pourrait t'intéresser ( si tu ne l'as pas déjà lu). Il s'agit d'un manifeste féministe que j'ai trouvé très enrichissant, et une des questions traitées est le sexisme dans la littérature. Alors, certes, il est un peu daté, mais il est horrifiant de voir que beaucoup de choses n'ont encore pas changé. Je trouve qu'il est toujours d'actualité. De plus, j'ai été étonnée de la solidité des arguments, et du nombre de références citées.
      B.Groult a fait un travail énorme: elle s'est appuyée sur de nombreux ouvrages philosophiques, historiques et politiques. On apprend beaucoup de choses dans ces domaines, et l'ouvrage nous offre une nouvelle vision de certaines personnes. Je ne savais pas que Freud ou Baudelaire étaient aussi miso.
      Le ton adopté est très plaisant, l'ironie et l'humour se côtoient dans une bonne proportion.
      Enfin, bref, j'espère qu'il te plaira si tu le lis :)

      Comme tu me l'as demandé, je te préviens que mon article sur la poésie est publié depuis jeudi. J'attends ta réaction et peut être tes contestations ! Comme disait Montaigne '' Qui me contredit, m'instruit'' !

      Au passage, félicitations pour l'article dans Ouest France ! Eh oui, la coquille pour le nom de famille m'a fait rire :
      Bonne continuation et bonnes futures lectures :)

      Supprimer
    5. Coucou Eden !

      Ne t'en fais pas, tu es une des lecteurs les plus fidèles du blog !
      Je ne connaissais pas du tout ce manifeste. Et je suis très tentée, rien qu'avec ce que tu me dis ! Je me note le titre, il va falloir que j'enquête pour le dénicher ! Merci beaucoup pour le conseil !
      Je file voir ton article sur la poésie... Je suis curieuse de lire ça !
      Un grand merci pour l'article :)

      Bonnes lectures à toi également ♥

      Supprimer
  2. J'ai en effet opiné du chef en lisant ton disclaimer. Pas parce que je pense qu'à ton âge on ne doit pas parler de sujet comme celui là, mais parce que je me dis que le fait que tu dises de toi même qu'à 17 ans, il peut te manquer de l'expérience, prouve que tu as, à défaut de cette expérience, la maturité nécessaire. Se remettre en question est difficile et il y a bon nombre de personnes avec plus d'expérience qui pensent que leur avis est parole d'évangile.
    Ah les classiques, tu as oublié un autre problème: qu'est ce qu'un classique? Pour ma chère mère, par exemple, Tolstoï n'est pas un classique. Selon lui il écrit du "populaire" (à prononcer avec mépris hein), alors du populaire ancien certes, mais populaire tout de même, tout comme Maupassant ou victor Hugo... (perso j'adore Maupassant, et je m'emmer** profondément avec Proust et Chateaubriand, considérés par ladite chère mère comme des classiques, eux...)
    Ce que tu dis est très vrai, il faudrait que les gens arrête de juger... mais là, j'ai quand même des doutes sur la capacité de l'être humain à ne pas juger autrui.
    On m'a déjà dit: Oui, tu lis près de 200 livres par an, mais bon, tu lis surtout des thrillers... donc les thrillers ne sont pas des vrais livres... bref, c'est un cercle vicieux, on ne s'en sort pas. et comme tu le dis si bien: après les mêmes pleureront que les jeunes, qu'ils ont dégoutés en essayant de leur faire lire des textes qui ne les intéressent pas (encore?)ne lisent plus. Ca s'appelle dégouter quelqu'un ça.
    Bref, tu as écris un super article, et je suis tout à fait d'accord avec ton analyse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne peux pas savoir à quel point tes mots m'ont touchée... Un très, très grand merci.

      C'est une excellente question, cette définition du classique. Je m'étais fait la réflexion justement, il y a quelques mois, et j'avais eu du mal à trouver une véritable réponse. Cela pourrait être une idée d'article intéressante... A voir !

      Ah, Maupassant, ce génie !

      Et oui, malheureusement, on ne peut pas faire taire le jugement d'un Homme, puisque c'est par cela qu'il trouve le moyen d'exister. Mais si au moins, on pouvait arrêter de cracher ces jugements, et les garder un peu pour soi, ou du moins, les partager avec un peu plus de diplomatie... Ce serait déjà un énorme progrès.

      Nous sommes d'accord, on n'en finit plus si l'on commence à déterminer des "vrais" et des "faux" livres. Un livre reste un livre, avec ses qualités, ses défauts, et ses particularités.

      Un très grand merci pour mon article, une nouvelle fois !

      Supprimer
  3. Je crois que tu as très bien développé ce que je pense de la littérature :)
    Personnellement, je pense que chacun lit sa propre littérature mais il ne faut pas dénigrer celle des autres. Et comme tu le dis, l'important c'est de lire sans dégoûter son voisin :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Mathieu, ça me fait super plaisir ! :D
      Exactement, on lit avant tout pour soi, pas pour les autres ;)

      Supprimer
  4. Hehe, intéressant comme article ! Quand on est en L encore plus que dans les autres séries on est amené à se poser des questions : pourquoi tel livre de Flaubert serait-il mieux à lire que Musso par exemple, si je comprends mieux Musso que Flaubert ?
    De mon côté on ne m'a jamais découragée de lire des livres jeunesse et non des classiques donc c'est dommage si ça a été ton cas, et complètement inapproprié, on lit ce qu'on eut et je suis d'accord avec toi, c'est déjà bien qu'on lise --'
    En ce qui concerne les classiques, j'aime quand même en lire, mais pas particulièrement pour les analyses parce que je n'arrive pas vraiment à comprendre le sens d'une oeuvre, surtout quand je la lis pour moi-même.
    Voilà, tout ça pour dire que je suis d'accord avec toi et qu'heureusement certains profs de français ne nous font pas lire que des classiques, pour permettre à ceux qui n'aime pas ça de découvrir à quel point la lecture peut être merveilleux ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, j'ai bien souvent eu des remarques quant à mes lectures plus "contemporaines". Ce que je trouve triste, c'est que la plupart du temps, si je dis que j'aime Maupassant et Musso, on va retenir que j'aime Musso, que je suis une hérétique indigne, et c'est tout. Tu as de la chance de ne jamais avoir eu ce genre de remarques !
      Tu sais, comme je le dis dans les commentaires ci-dessus, personne ne peut vraiment comprendre le sens d'un roman, excepté l'auteur lui-même. Laisse-toi porter par les mots, et vois ce qu'ils t'évoquent, ce qu'ils représentent pour toi. Je ne pense pas que la Littérature soit une Science, mais plutôt un Art.
      Heureusement, oui, qu'il en reste, de ces professeurs !
      Et longue vie à la lecture...

      Supprimer
  5. Je me suis penchée sur la question aussi et j'ai lu pas mal d'articles à ce sujet. Je qualifie de littérature les romans qui réussissent à éveiller mes émotions et aussi de profondes (ou non) réflexions. Et pour moi, et attention aux yeux, la comédie romantique, les romances... sont des genres qui honorent parfaitement cela. Elles sont capables de vous bouleverser, de vous faire rire, d'aborder des thèmes graves, dans une écriture fine et délicate, douce et mordante aussi. Je déteste ce besoin de tout intellectualiser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que c'est une très belle définition que tu nous proposes là. Merci beaucoup...
      Et je suis entièrement d'accord avec toi, quant à cette nécessité absurde et obsessionnelle de tout intellectualiser, à tort et à travers.

      Supprimer
    2. Je reviens par ici seulement maintenant car je viens de voir la notification. No comment ^^ !
      Cet article a suscité bcp de réactions, j'en suis ravie. Et comme tout le monde l'indique ici, l'essentiel est vraiment de se faire plaisir.

      Supprimer
    3. Mais aucun problème ! ;)
      Merci beaucoup pour cette belle conclusion !

      Supprimer
  6. Je suis totalement d'accord ! Ce n'est pas le genre de la lecture qui fait que le livre est bon. Tout dépend du lecteur et des émotions qu'il ressent devant les phrases qu'il est en train de lire. Certains seront sans doute plus touchés par ce que dit Guillaume Musso que part Baudelaire. Tout est une question de perception.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement cela ! Le principal est de s'y retrouver, le reste est contingent.

      Supprimer
  7. Je dis "sacré Mathilde" car j'ai aimé.
    Salut!
    Louis

    RépondreSupprimer
  8. Je suis complètement d'accord avec toi, et pourtant il y a deux ans j'ai fait une énorme bêtise auprès de mes élèves (lycéens, en cours de Litt So) : je leur ai dit, tout de go, que Musso n'était pas de la Littérature. Et là, tollé énorme. Ils m'ont détestée. Je leur ai pourtant prouvé par des arguments que ça n'en est pas à proprement parler, puisqu'il n'y a pas vraiment de style d'écriture. Je leur ai dit que c'était un conteur de talent, mais pas un grand écrivain. Je persiste là-dessus, Musso n'a pas le style de Maupassant ou Proust.
    Mais... mais ... mais ... Si ils aiment lire Musso, qu'ils lisent Musso !! Comme tu dis, on se plaint qu'ils ne lisent pas mais on dénigre ce qu'ils lisent... Depuis trois ans environ, je lis de la litté jeunesse et young adult et j'adore. Mon point de vue change, et je les encourage. Il m'a toutefois fallu affronter un tollé pour m'en rendre compte. Au final j'ai rattrapé le coup, on a échangé des livres, ils ont découvert Tatiana de Rosnay et moi Wonder. Un mal pour un bien finalement :)
    Très bon article en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis totalement d'accord, on ne trouve pas chez Musso la finesse de Maupassant, c'est indéniable ! Néanmoins, je pense qu'on y trouve autre chose, peut-être moins parfait, mais peut-être plus humain... Cela varie en fonction des avis.
      Je suis sincèrement ravie de lire un tel commentaire ! Et surtout de voir des personnes qui ne restent pas coincées dans leur point de vue, et qui acceptent de s'ouvrir.
      Tatiana de Rosnay et Wonder, deux pépites !
      Merci beaucoup pour mon article ! :)

      Supprimer
  9. Complètement d'accord avec toi, chacun lit ce qu'il veut et on a pas à juger. Ça m'agace beaucoup d'entendre que seuls les classiques valent la peine d'être lus (bonjour chers professeurs de français !)(pas tous n'étaient comme ça heureusement, mais une majorité). C'est d'ailleurs dommage qu'on ne lise pas plus de livres contemporains en cours je trouve, car certains sont des perles et donneraient probablement plus envie aux élèves de lire pour eux-mêmes. Bref, je dérive un peu sur la question de la littérature dans la scolarité, sorry sorry. Très intéressant ton article en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha, on a bien souvent les mêmes professeurs... Quoique, de ce côté-là, j'ai eu beaucoup de chance, j'ai pu voir de tout.
      Mais je suis tout à fait d'accord avec toi, il faudrait savoir trouver un juste milieu !
      Merci pour l'article ♥

      Supprimer
  10. Ton article est absolument génial! Je suis totalement d'accord avec toi! Je trouve stupide de juger les lectures des personnes. Chacun devrait pouvoir lire ce qu'il veut!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, c'est comme ça qu'on encouragerait les gens à lire...
      Merci beaucoup pour mon article :D

      Supprimer
  11. Tout à fait d'accord avec ce qui vient d'être dit ou plutôt écrit ! La lecture doit permettre de s'évader, de passer un bon moment, quel que soit le livre. C'est toujours mieux de lire que de passer du temps sur des écrans (sauf pour parler littérature bien entendu ! ;-) Et tant mieux si en plus on se cultive, on apprend des choses ! Signé : une lectrice "tout style" parfois conseillée par Mathilde ! ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Super article très intéressant ! Je suis tout à fait d'accord avec toi, la beauté est subjectif et on ne peut juger une personne sur ce qu'elle lit. Chacun lit ce qu'il veut, et surtout ce qui lui fait plaisir même si pour les cours, on est un peu obligé de lire des classiques^^'

    RépondreSupprimer
  13. Wa. Complètement vrai!
    Cet article me fait penser à une vidéo YTbe que j'ai vue, si ça vous intéresse ;) :
    https://www.youtube.com/watch?v=saxfSU5mJHE
    Voili voulou, en tout cas votre article est super intéressant, c'est toujours bien de découvrir les points de vue de chacun ^^

    RépondreSupprimer
  14. (Au fait vous m'avez appris un mot : élitisme xD Je connaissais élite mais je n'avais pas fait le rapprochement x) )

    RépondreSupprimer

Petite explication pour mettre un commentaire :

- Ecrivez dans le cadre dédié à cet usage.
- Choisissez votre profil. Je vous recommande "Anonyme", "Compte Google" ou "Nom/URL".
- Cliquer sur "Publier".

Et le tour est joué ! Merci !

Post Top Ad