25 mai 2015

Lily

Couverture LilyLily

Titre : Lily
Auteure : Cécile Roumiguière
Editions : La Joie de Lire
Année de parution : 2015
Pages : 201 pages
Prix : 14,50 €

Résumé :

Paris, 1961. Lily a seize ans. Pas de soirée juke-box ni de rock'n roll, le concours d'admission dans les ballets de l'Opéra est tout proche. Depuis des années, elle travaille pour vivre son rêve : Devenir ballerine. Son frère Michel, qu'elle aime plus que tout, est parti faire la guerre en Algérie. Sans nouvelles de lui, plus rien n'a de sens dans la vie de Lily, pas même la danse.

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier la Masse Critique Babelio et les éditions La Joie de Lire pour cet envoi !

Les deux grands thèmes de cet ouvrage m'ont de suite tapé dans l'oeil : La danse, et la Guerre d'Algérie. (Quand je vous dis que je suis poursuivie par mon programme d'Histoire...) J'ai donc été ravie d'avoir l'occasion de découvrir ce petit livre, qui, cependant, m'a quelque peu déçue.

Globalement, j'ai plutôt bien apprécié les personnages, même si certains, selon moi, n'avaient pas la place dans cet ouvrage. Je vais donc uniquement me focaliser sur l'essentiel, et reviendrai sur les autres plus tard. Lily, jeune ballerine talentueuse, est le personnage avec lequel j'ai le plus accroché. Je me suis pas mal retrouvée en elle, sa détermination, sa différence avec les autres jeunes de son âge, ses révélations. Parfois immature, elle dégage cependant un certain charme plein de fougue. Son frère Michel est également un personnage très intéressant. Plus bourru, on apprend à le découvrir sous divers aspects, entre réalité et idéalisation de sa jeune sœur. Il évolue énormément au fil du livre, ce qui est très pertinent. J'ai eu un petit peu plus de mal avec Nicky, la meilleure amie de Lily. Très dégourdie et irréfléchie, elle ralentit pourtant beaucoup le rythme, ce qui devenait, par moments, très agaçant.

En ce qui concerne le style, il y a très clairement du bon, et du moins bon. Bon, d'abord, il faut admettre que l'écriture était accessible, captivante, et fluide, ce qui est tout de même un très gros bon point. J'ai également apprécié le réalisme de l'histoire de Lily, sa justesse. En revanche, pourquoi avoir choisi une triple narration ? Avec autant de divergences ? Je n'ai vraiment pas compris ce choix, qui pour moi n'est judicieux, et perd simplement le lecteur. De plus, les parties narrées au XXIème siècle sont très désagréables, tout simplement parce qu'elles sont bourrées de stéréotypes, qu'elles font très artificiels, et rebutent totalement un jeune lecteur, qui n'a absolument pas l'impression de lire quelque chose de sérieux. Tout cela est très dommage, car ces éléments, en plus de rien apporter, gâchent réellement les meilleurs atouts de ce bouquin.

L'intrigue est donc elle aussi faite d'excellentes choses, et de choses plutôt médiocres. Les sujets abordés sont très pertinents, et m'ont beaucoup plu. Ce ne sont pas des thèmes souvent abordés en littérature, surtout jeunesse, ce changement d'horizon est donc très profitable. Le fond historique est riche, bien renseigné, il concorde parfaitement avec ce qu'on peut trouver dans les manuels scolaires. (Oui, j'ai comparé) Mais il y a, en plus de ces informations très scolaires, un véritable plus. En effet, le lecteur a l'occasion de découvrir, à travers de le regard des personnages, toute l'incompréhension de cette guerre, de ces "événements", comme on disait à l'époque. Les non-dits, les faux-semblants, la façon dont les Français sont tiraillés... L'innocence de Lily permet de se rendre compte, de façon concrète, de la complexité de ce conflit. Comme elle, on apprend, à travers les pages, à cerner le double-visage de cette guerre. J'ai trouvé toute cette partie du récit vraiment très instructive, et plaisante. J'ai également beaucoup aimé... (Non, je sais très bien que ce vous attendez vraiment, c'est ce qui ne va pas, et que je râle. Alors, râlons !) Bon, clairement, ce livre aurait été (presque) parfait s'il n y avait pas eu cette fameuse narration venue tout droit des années 2000, et cette narration venue d'un ouvrier voyeur. En toute sincérité, cela n'apportait strictement rien au roman, si ce n'est une perte de crédibilité, car il en devenait trop romancé. Je n'explique toujours pas ce choix, qui coupait trop souvent le lecteur dans son élan. Si encore il y avait eu une belle preuve de recul sur l'Histoire, une explication de la nuance événements/guerre... Mais non ! Quant à la pseudo-romance mise en place, elle ne tient pas debout, et fait d'un sujet sérieux une sorte de parodie loin d'être intéressante. Je me retenais à chaque fois de passer outre ces narrations diverses et variées. A part ça, je n'ai vraiment pas grand chose à reprocher à cet ouvrage plein de bon sens. Il nous donne également un aperçu sur le terrorisme, et notamment sur les attentats de l'OAS, ce qui, encore une fois, est très pertinent. Ce livre est également une très belle représentation de la remise en question à l'adolescence, bref, il a initialement tout pour plaire. Et puis, il faut admettre que tout le combat mené par Lily pour sauver son grand frère est très touchant. On se sent véritablement investi dans son aventure, on suit assidûment chaque détail, on est étonné par ses stratagèmes, attendri par ses sacrifices, effrayé par ses prises de risques. Jusqu'au bout, le lecteur n'a l'impression de faire plus qu'un avec la jeune protagoniste. Et ça, c'est un coup de maître de la part de l'auteure, qu'il faut saluer.

La fin est elle aussi très bien orchestrée. Sans être trop happy end, elle transmet un véritable message d'espoir, de force. On ne s'y attend pas vraiment, elle est donc une belle surprise, mais pleine de mélancolie. La petite touche poétique ajoutée par l'auteure m'a beaucoup plu, elle adoucissait à merveille ce livre qui, à la base, est loin d'être gai. Néanmoins, quelque chose m'a (tout de même) un tout petit peu déçue : J'aurais beaucoup aimé en savoir davantage sur la vie de Lily après le bouquin. C'est un peu frustrant de lire des gens du XXIème siècle parler d'elle, sans avoir de véritables informations sur son évolution. Pour une fois que cette narration futile aurait pu servir à quelque chose... (OK, j'arrête, j'arrête) Ce n'est pas un drame, mais ça m'a tout de même un peu laissée sur ma faim. Par contre, pour ce qui est de la narration par l'ouvrier voyeur, là, je dois avouer que la conclusion était superbe, et relevait (légèrement) le niveau de ces passages peu intéressants. Là, au moins, j'ai commencé à en saisir le sens. Ce n'est pas comme les années 2000, où là, par contre... (OUI, j'arrête.)

La couverture m'a beaucoup plu. Les couleurs sont très bien choisies, et s'associent très bien avec l'histoire. Les symboles de cette image sont évidents, mais tout à fait en harmonie avec le récit. Tous les contrastes présents forment un ensemble qui attirent vraiment l'oeil. Bon, pour le titre, en revanche, je ne suis pas fan, un effort aurait pu être fait, le titre éponyme, c'est vu et revu, alors qu'à l'intérieur, on a quelque chose de nouveau. Dommage !

Dans l'ensemble, il s'agit donc d'une bonne lecture. Elle aurait pu être démente, mais malheureusement, quelques soucis de narration l'en ont empêchée. J'en garderai toutefois un bon souvenir, et un certain enrichissement historique. Je vous invite donc à vous pencher sur ce roman, en vous prévenant tout de même que la narration pourra se révéler laborieuse, mais en vous souhaitant d'être moins gênée que moi par cet inconvénient...

J'ai bien aimé !

Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

   

Livre reçu dans le cadre de la Masse Critique de Babelio par les éditions La Joie de Lire. Merci à eux !

23 mai 2015

On parle de Ma Malle aux Livres dans la presse !

Population lectrice,

Je vais ici faire ma minute de gloire-prétentieuse-folle-bisounours-breftoutcequevousvoulez et vous présenter quelque chose d'assez cool qui m'est arrivé grâce à vous.

Je vis donc à (Ou tout du moins près de) Angers, et nous avons là-bas un petit journal hebdomadaire local, plutôt centré sur toutes les activités qu'on trouve dans la ville et ses alentours, Angers-maville. Qui comporte une rubrique Angers sur le Web.

La suite, vous l'avez comprise : J'ai eu la chance d'être mise à l'honneur dans cette rubrique, dans l'édition de cette semaine.

Trêve de bavardages, je vous laisse donc avec l'article :

Oui, j'ai l'air orange sur la photo. C'est un effet de lumière, je ne porte pas de fond de teint, ça je peux vous le garantir. Anyway.
 Et j'ai même eu la chance d'être sur la couverture :

Maintenant vous connaissez toute ma vie, nom prénom ville âge. C'est bien parce que c'est vous heeeeeein.
Voilà, prenez cet article comme vous le voudrez, prétention si ça vous éclate, personnellement, je peux vous garantir que ce n'est pas mon genre, loin de là. Je souhaite simplement partager l'info, vous remercier encore des millions de fois pour votre présence, vous en apprendre un peu plus sur la personne de l'autre côté de l'écran et peut-être donner des idées à certains d'entre vous qui songeraient maintenant à parler de leur blog à leur presse locale. 

Merci à Jeanne Ferron pour ce magnifique article, à ma Moman pour la jolie photo, et merci à vous, lecteurs, sans qui rien de tout cela ne serait possible, et sans qui je ne serais pas celle que j'ai pu devenir ♥ (Il faut que j'arrête d'être aussi dégoulinante, je vais vous faire peur et vous n'allez jamais revenir !)

Love, books and happiness,

Mathilde

PS : Ah, au passage, si vous avez découvert le blog via l'article, n'hésitez pas à me le signaler en commentaire... J'ai déjà eu quelques retours de la sorte, et ça me fait vraiment très plaisir, j'aime bavarder, vous lire et vous répondre, alors foncez ! ☺

20 mai 2015

Signe distinctif roux

Couverture Signe distinctif rouxSigne distinctif roux

Titre : Signe distinctif roux
Auteure : Anouch Bloch-Henry
Editions : Oskar
Année de parution : 2015
Pages : 99 pages
Prix : 10,95 €

Résumé :

Harold rentre en 3e dans un nouveau collège. Souvent tourmenté à cause de sa rousseur, il cherche à se faire le plus discret possible... jusqu'à sa rencontre avec Axelle. Matthieu, l'amoureux de la jeune fille, ne voit pas d'un bon œil leur amitié naissante. Il décide de tout faire pour ridiculiser ce garçon roux qui lui fait de l'ombre. Et pour cela, le physique est un prétexte en or. Les idées reçues, les blagues vaseuses et les insultes, tout y passe. La chasse aux roux est ouverte, et le gibier, c'est Harold. Heureusement, il n'est pas tout seul...

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier Angélique et les éditions Oskar pour l'envoi de ce petit roman !

Le thème de cet ouvrage m'a de suite attirée. Adolescence, discrimination... Tout était réuni pour me plaire, alors je l'ai débuté sans trop d'hésitation. Au final, j'ai bien aimé, mais peut-être un peu moins que ce que j'espérais...

Je n'ai pas spécialement accroché avec les personnages. Le jeune Harold est sympathique, jovial, mais sans plus. En effet, son côté un peu lunatique m'a quelque peu dérangée, j'ai eu du mal à véritablement bien le cerner. Un coup il semblait terrorisé, l'instant d'après il paraissait au contraire terrorisant... Axelle est en revanche une jeune fille que j'ai à peu près aimée. Pleine de vie et de bonnes attentions, elle est plutôt attachante et touchante, malgré, de temps en temps, une certaine naïveté un brin lourde. Quant à Matthieu, le dernier du trio amoureux, il est tout simplement odieux. Imbu de sa personne, immature, je ne suis pas parvenue à le supporter. Tout ce petit monde fait malheureusement un peu trop clichés, ce qui casse malheureusement trop avec le message de rébellion que ce livre est censé transmettre..

Globalement, le style de l'auteure est plutôt sympathique. Il se lit vite et simplement, on rentre assez bien dans le truc, aucun problème de compréhension, bref, ça coule tout seul. Selon moi, il manque parfois de profondeur, et reste bien souvent trop lisse. Après, dans un si petit livre, on ne peut pas non plus faire des miracles, mais un peu plus d'émotion n'aurait pas fait de mal. Le réalisme est évidemment de mise, il est bien respecté, ce qui est assez rare pour être relevé. Il n'est pas rare pour le lecteur de se retrouver entre les lignes, et c'est un bon point pour ce court roman.

En ce qui concerne l'intrigue, très honnêtement, il y a du bon, et du moins bon. En premier lieu, le début du récit. Il est intéressant, bien amené, et ouvre des pistes prometteuses. La tonalité donnée à l'histoire m'a de suite plu, par son très juste équilibre entre le dramatique et le récit de vie. On se laisse alors entraîner dans le nouveau quotidien d'Harold, prêt à découvrir la vérité et à le supporter. Malheureusement, assez vite, la trame prend une tournure assez particulière, que j'ai du mal à m'expliquer. On bascule alors dans quelque chose de bien moins dramatique, pas forcément moins pertinent, mais que j'ai, pour ma part, moins apprécié. Il ne faut pas s'attendre, en débutant cette lecture, à être totalement dans le côté sombre de la discrimination comme je le pensais. On a vraiment un aperçu des deux situations : L'enfer enduré et le paradis enfin trouvé. Avec du recul, la démarche est bonne, et crédibilise encore plus le livre. Mais, j'avoue que sur le coup, j'ai été relativement déçue. Passée cette déception, la suite est vraiment très bien pensée et conduite. Effectivement, les étapes du harcèlement sont extrêmement bien retransmises et décrites. L'effet de masse, la cruauté des propos, la pression du regard... Tout ceci est très bien représenté et travaillé. Le texte va crescendo, on sent, au fil des pages, une sorte de pression monter, qui rend la lecture parfois presque oppressante. Sans pour autant être romancé, le calvaire d'Harold est frappant, et étonnant. Chaque mot sonne juste, et permet au lecteur d'ouvrir enfin les yeux sur ce qu'il a peut-être volontairement ignoré auparavant. Il y a une incroyable force qui se dégage de gestes et de phrases aux premiers abords simples, mais qui cachent des éléments graves, dont il faut parler. Car même s'il n'est pas parfait, cet ouvrage a le mérité d'aborder un sujet un peu trop tabou dans notre société, le harcèlement scolaire. Ce délit, mal dissimulé derrière une désagréable couverture de honte, doit pourtant être traité dans la littérature, surtout jeunesse. Je suis particulièrement sensible à cette violence physique ou verbale qui invoque bien souvent des critères ethniques, et c'est pour cela que malgré ses défauts, ce bouquin vaut la peine d'être lu.

Cependant, la fin m'a laissée perplexe. En effet, on va vraiment très loin dans les actes de harcèlement, ce qui, en soit est une bonne chose. Pas le harcèlement hein, le fait de vraiment tout montrer, ne rien censurer. Une fois de plus, le réalisme de ce récit en sort renforcé. Mais, lorsque la chute survient, on reste bouche bée, on ne comprend pas. J'ai eu une drôle de sensation d'inachevé, je suis, pour moi, restée sur ma faim. Dans un livre comme celui-ci, on aime que la boucle soit bouclée. Pas qu'elle ne s'achève dans une happy end désopilante, mais plutôt qu'elle conduise à un message de force, d'espoir. Très concrètement, ce n'est absolument pas ce que j'ai lu entre ces dernières lignes. J'ai vu, dans quelques chroniques, que certains avaient trouvé ce fameux message. Ce n'est pas mon cas, ce que je trouve sincèrement dommage. Ma lecture s'est donc terminée sur une note un peu amère, et après une si belle dénonciation, c'est bien embêtant.

La couverture est très simple, mais reflète très bien le livre. Je trouve qu'elle plus de cela, elle a un certain charme, notamment grâce à ses couleurs. Et puis, la citation qui y est inscrite, n'est-elle pas superbe ? Je veux dire par là qu'elle est terriblement bien trouvée, tournée. Le message est clair. Quant au titre, il est, à mon sens, assez surprenant, moderne, et plaisant. L'harmonie avec le contenu est total, ce qui est donc parfait et séduisant pour attirer de potentiels lecteurs.

Vous l'aurez donc compris au cours de cette courte chronique, ce livre n'est pas irréprochable. Parfois, il manque de relief, ou de petits détails qui semblent dérisoires face à l'importance de ce qu'il met en scène. Toutefois, il est nécessaire de s'y intéresser, de dévorer ses pages, de se confronter à la réalité des cours de récréation. N'oublions jamais le témoignage de Nora Fraisse. Le harcèlement est dangereux, il faut en parler, et cet ouvrage le fait très bien, alors, n'hésitez plus, lisez-le, et ouvrez enfin les yeux.
J'ai bien aimé !
Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.



Livre reçu dans le cadre du partenariat avec les éditions Oskar. Merci à eux !

9 mai 2015

Soeurs Sorcières Livre 3

Couverture Sœurs sorcières, tome 3Soeurs Sorcières Livre 3

Titre de la série : Soeurs Sorcières
Titre du tome : Livre 3
Auteure : Jessica Spotswood
Editions : Nathan
Année de parution : 2015
Pages : 448 pages
Prix : 15,90 €

Résumé :

L'attaque de la prison d'Harwood a été un succès : des dizaines de jeunes femmes injustement enfermées par les Frères ont été libérées.
Mais Cate ne peut s'en réjouir. Sa sœur Maura a basculé du côté de la violence : elle a effacé la mémoire de Finn, son amoureux, et a anéanti tous les Frères du Conseil. L'heure de la prophétie semble avoir sonné...
Maura ira-t-elle jusqu'à tuer sa propre sœur ?

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier Samia et les éditions Nathan pour ce très bon envoi !

Après avoir adoré le tome 1, et avoir été assez déçue par le suivant, j'attendais cet ultime de la trilogie au tournant. Il y avait beaucoup à faire pour remonter le niveau, et retrouver l'efficacité et la magie du premier épisode. Mission accomplie ? J'ai le plaisir de vous dire que oui !

J'ai été ravie de retrouver les personnages. La narratrice, Cate, est toujours aussi impressionnante, déterminée et brave. Elle fait preuve d'une grande générosité, et d'un calme stupéfiant. Il est inévitable de s'attacher à elle, tant son charme naturel porte le livre. Sa plus jeune soeur, Tess, a bien changé depuis le premier volet. Même si elle reste un brin naïve et immature, elle devient de plus en plus forte, l'enfance la quitte au fil des pages, et se révèle être une personne extraordinaire. Au-delà de tout ce qu'elle endure, elle continue d'avancer, et de tracer le grand chemin auquel elle est promise, vaillamment... Quant à Maura, souvenez-vous, elle m'avait profondément déçue dans le précédent volet. Dans cette suite, elle a su se rattraper. Elle est loin d'être toute blanche, tant la haine, la violence et la jalouse la possèdent. Mais elle montre également, dans cette conclusion à la trilogie, qu'elle n'a pas totalement oublié la pétillante Maura du début des aventures... Pour ce qui est de Finn, je craignais, suite à son amnésie, ne plus l'apprécier autant qu'avant. Que nenni, il est tout aussi plaisant, et a même réussi à me surprendre...

Au bout de trois livres, je pense que vous avez compris que le style est exceptionnel. Là encore, il est moderne et captivant, dès le début. On ne peut se lasser de son efficacité, de ses belles descriptions qui font rêver. Fluide et facile, l'écriture permet une bonne dose de suspense, et un bon rythme de lecture. Les idées sont excellentes, et l'action très présente dans cette fin de l'histoire. De plus, l'auteure parvient à instaurer dans son texte une sorte de tension due aux événements narrées, mais qui correspond très bien à l'ambiance du récit, véritablement palpable, et qui rend son ouvrage d'autant plus réaliste. Bref, il y a tout !

L'intrigue me faisait, je l'avoue, très peur. La fin du précédent tome était terrible, voir Maura devenir si méchante, voir Finn perdre la mémoire, voir tant de personnages mourir... De ce fait, je m'inquiétais pour la suite : Comment réparer tant de virages à 180°, sans perdre totalement le lecteur ? Pourtant, dès les premières pages, l'auteure est parvenue à me mettre en confiance. En effet, le livre s'ouvre sur les dernières lignes du tome 2, reprenant donc exactement les choses là où on les avait laissées. Ainsi, pas de blanc, pas d’échappatoire. Je peux vous garantir que c'est vraiment très appréciable, et que cela met de suite en confiance. Ce tome est donc celui des règlements de compte, et de la vérité. La prophétie prend de plus en plus de place dans le récit, jusqu'à devenir obsessionnel pour les héroïnes, et pour le lecteur à la même occasion. Les vrais visages se dévoilent, et le texte se fait alors de plus en plus sombre... Il y a énormément d'action dans cet épisode. Ce n'est pas pour cela qu'on est perdu, loin de là. Tout au long de la lecture, la pression monte, liée à une sorte de perversité qui s'empare des Soeurs. Elles sont alors clairement divisées en deux clans, ce qui pimente toujours un peu plus l'histoire. La magie prend ici une place prépondérante, mais elle n'est pas le seul thème principal du texte. En effet, ce tome aborde notamment des sujets plus sérieux et crédibles, comme la politique, la place de la femme dans la société. J'ai énormément apprécié ce point, surtout quand j'ai compris (Au bout du troisième tome, s'il vous plaît...) que l'intrigue se déroulait au début du XXème siècle. De façon plus implicite, l'auteure met également en scènes des thématiques plus actuelles mais toutes aussi pertinentes, que je tairai pour ménager le suspense. Comme je suis un brin sadique, je ne vous parle qu'à présent de la romance. Elle occupait une grande place dans les deux premiers épisodes, jusqu'à ce que Finn perde la mémoire. Rassurez-vous : Vous ne serez pas déçus. Bien entendu, c'est très différent du reste, mais l'auteure est parvenue de manière honorable à rattraper le coup, et à faire de cette amnésie un véritable bonus pour l'histoire. Effectivement, elle permet de renouveler un peu toutes ces mignonneries, sans perdre en qualité, et sans possibilité de s'ennuyer. C'est très audacieux, mais ça fonctionne. Que vous dire de plus ? Ah si, j'oubliais ! Je voulais absolument vous parler de la façon dont sont orchestrées les péripéties. Vous pourrez vous en rendre compte en lisant, elles sont étrangement réparties. J'ai d'ailleurs été étonnée de la rapidité du début, et ai mis du temps à en cerner l'intérêt, surtout qu'après, la suite est très différente. Tout s'éclaire un peu plus tard, je vous le promets, car dans cet ouvrage, l'auteure aime énormément jouer avec nos nerfs, et plus particulièrement tromper les apparences...

On le sait dès le début, cette trilogie ne peut pas bien se finir. Parce que c'était écrit, mais surtout parce qu'une happy end briserait tout le charme et toute la complexité de cette série. Depuis le début, on fait des pronostics. Qui, contre qui, ? J'avais peur d'être déçue par la fin, peur d'avoir deviné. Personnellement, j'ai été surprise, car j'avais cherché très compliqué pour imaginer le résultat de la prophétie. Du coup, j'avais d'avantage aimé la chute. Après, je sais que plusieurs personnes avaient deviné la fin. Soit. Je pense que ça dépend vraiment de la façon dont on perçoit la série. Mais, en toute honnêteté, même en l'appréhendant, on ne peut qu'accrocher avec l'issue choisie. Elle est vibrante, captivante, pertinente. On ne sait plus où donner de la tête, on déguste. Elle réunit tous les bons éléments, dans des proportions excellentes pour chaque. Elle n'en dit pas trop, mais n'est pas trop ouverte pour autant. C'est exactement le genre de chute qu'il fallait pour ces bouquins. Comme j'aime râler, je note juste que j'aurais été totalement comblée si l'épilogue avait été un tout petit peu plus loin pour certains personnages. Mais là, c'est du ressort de mon éternelle insatisfaction et besoin d'en savoir toujours plus. Car franchement, je peux vous assurer que vous en sortirez ravis, et qu'il ne sera pas chose aisée d'oublier cette série et de passer à autre chose. Oui, ça fait un petit pincement au coeur, tout de même, de laisser là tout ce beau monde ! Mais bon, même les meilleures choses ont une fin...

Pour ce qui est de la couverture, ce n'est pas ma préférée, mais elle est toujours plus agréable que la précédente. Le rose colle plutôt bien au texte, les demoiselles représentées sont toujours aussi splendides, et font moins peur qu'auparavant. De plus, cette série propose, en plus de superbes couvertures, des pages très jolies, simples, épurées, mais très chics.

Vous l'aurez compris, cette série est incroyable. Ne vous arrêtez vraiment pas au second tome, ce serait tellement dommage ! Celui-ci le rattrape tout à fait, et va même au-delà de mes espérances. Le mot de la fin est parfait, et mémorable. Et si vous vivez dans une grotte depuis 2013 et que vous n'avez toujours pas commencé cette pépite de saga, je vous ordonne de vous jeter en librairie pour la découvrir : C'est probablement une de mes plus belles découvertes depuis la création de mon blog. A lire !
J'ai adoré !
Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

Puis...

Livre reçu dans le cadre du partenariat avec les éditions Nathan. Merci à eux !

8 mai 2015

Girl Online

Girl Online

Titre : Girl Online
Auteure : Zoe Sugg (Zoella)
Editions : De la Martinière
Année de parution : 2015
Pages : 374 pages
Prix : 13,90 €

Résumé :

Penny a un secret.
Sous le pseudonyme de Girl Online, Penny tient un blog où elle parle de ses sentiments concernant l'amitié, les garçons, sa famille un peu folle et les crises de paniques qui ont commencé à prendre contrôle de sa vie. Quand les choses tournent encore plus mal, sa famille l'envoie à New York où elle rencontre Noah : un sublime Américain joueur de guitare. Soudain Penny tombe amoureuse; et capture chacun de ces moments sur son blog.
Mais Noah a un secret aussi. Un qui menace de gâcher la couverture de Penny, et son amitié la plus précieuse, pour toujours.

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier les éditions De la Martinière pour ce très bon envoi !

Je ne suis absolument pas Zoella, je la connaissais seulement de nom, mais, dès l'annonce de sa sortie VO, ce livre m'a intriguée. Le thème de la blogosphère, notamment. J'avais donc bien prévu de le lire, alors, lorsque j'ai été contactée par l'éditeur de la version française pour une lecture en avant-première et une chronique vidéo, (Juste là si vous avez la flemme de me lire) j'ai sauté sur l'occasion. Et je suis tombée sous le charme.

Les personnages sont vraiment très attachants. La narratrice, Penny, est assez mal dans sa peau, maladroite, loin d'être parfaite, on s'identifie donc facilement dans cette fille pataude mais touchante, et malgré tout pétillante et accessible. Son meilleur ami homosexuel, Elliot, est un garçon parfois un peu immature et très spontané, au grand coeur, et surtout à l'humour décoiffant. J'ai énormément apprécié sa gentillesse et son honnêteté, il apporte au récit une bonne dose d'énergie. Quant à Noah, le musicien new-yorkais que rencontre Penny, il est incroyable : Humble, simple, et pourtant plein de charme, on ne peut que jalouser Penny l'apprécier. Bon, ce ne sont pas des personnages originaux, on reste énormément dans les bons gros clichés, mais le lecteur peut alors aisément se reconnaître en eux, et donc, par conséquent mieux accrocher à la lecture.

Le style d'écriture m'a beaucoup plu. Il y a eu trois tonnes de débats sur la véritable identité de l'auteure, Zoella ou un ghostwriter. Personnellement, je m'en contrefiche, je ne lis pas ce bouquin pour la personnage qui l'a écrit, mais pour son contenant. Le reste n'engage que l'honneur et la responsabilité de Zoella. Bref. L'écriture est très accessible, très fluide. Ce n'est évidemment pas de la grande littérature, c'est plutôt une lecture de plage, qui plaît aux adolescents, mais qui captive dès le début par son authenticité et sa bonne humeur. C'est moderne, plein de petites anecdotes, de billets de blogs, de SMS... De suite, la lecture est encore plus vivante. On lit rapidement tout en passant un bon moment, bref, tout va bien.

Venons en à l'intrigue. Elle n'est pas originale, et reprend des éléments vus et revus ailleurs. Cependant, lorsqu'on débute un bouquin qui reprend des choses déjà connues, ce qu'on lui demande, ce n'est pas d'être atypique : C'est cramé avant même les premières lignes. Ce qu'on attend de lui, c'est qu'il se démarque, qu'il possède le(s) détail(s) qui tu(ent) et fait(ont) la différence. Et ici, c'est le cas. Il y a des bons éléments, et des moins bons, mais le tout forme un équilibre vraiment intéressant. Par exemple, de temps à autres, on a des incohérences, dans les propos des personnages, dans les situations. C'est un peu déstabilisant, on a un peu parfois l'impression de perdre l'auteure dans ce qu'elle raconte, ce qui est légèrement dommage, car la logique est fondamentale dans un roman. A côté de ça, on a une grande diversité de sujets délicats abordés, ce qui est très pertinent. Blogosphère, homophobie, crises d'angoisse, célébrité, perversité de la médiatisation... Tout est très bien fait, et semble être fait pour ressembler aux adolescents. Car en effet, ce bouquin a le mérite d'être très authentique : On sent que l'auteure s'est inspirée d'expériences personnelles pour l'écrire, et on se retrouve très très souvent dans les aventures des jeunes héros. Il y a une sacrée dose de crédibilité dans ce texte, notamment pour tout ce qui tourne autour des codes et des cases dans lesquelles nous, ados, devons nous ranger pour "exister". C'est presque burlesque, mais ça fonctionne très bien. Autre petit point négatif néanmoins : Le manque de suspense de cet ouvrage. Très vite, on se doute de ce qu'il va advenir, car le résumé en dit déjà beaucoup. Le secret dont on nous parle n'intervient qu'à la toute fin du récit, de ce fait, on attend pendant les 300 premières pages quelque chose qui ne vient pas, mais qui incite à tenter de deviner ce qu'on ne devrait pas savoir. (Oui, vous avez le droit de dire que je ne suis absolument pas claire. En gros, mieux valait ne pas savoir qu'il y avait un secret.) J'ai trouvé cela un peu frustrant, car assez mal géré. Bon, je chipote, je chipote, mais il faut reconnaître que ce livre est une très bonne découverte. Il faut retenir que derrière ses apparences très joviales, détendues et légères, il parvient à mettre des mots sur les maux de l'adolescence de façon remarquable.

La fin est plutôt sympathique, même si elle a quelques défauts. Assez mignonne, elle clôture bien l'aventure. Malheureusement, la surprise n'est pas pas de mise, ce qui rend peut-être la chute un peu plus terne. Globalement, même si elle est assez romancée, elle est agréable à lire. Au vue de ce qui se passe, je ne serais en revanche pas contre un tome 2. C'est une fin assez ouverte, mais une suite est, selon moi, à tout à fait envisageable. Les thèmes abordés pourraient encore plus longuement approfondis, alors, pourquoi pas continuer ? Cependant, même si elle s'achève bel et bien ici, elle peut également se à suffire à elle-même, alors, tout est bon.

La couverture est tout simplement magnifique. J'aime beaucoup les couleurs pleines de pep's, les photos, la police... Chaque détail rappelle un élément de l'histoire. Quant au titre, il correspond bien au récit, et l'Anglais donne un petit côté moderne pas désagréable.

Voilà donc une très bonne lecture que je vous recommande vivement. Pour l'été, quoi de mieux ? Sans prise de tête, avec beaucoup d'humour et des sujets pertinents, elle saura vous ravir sans aucun doute. Il ne faut pas s'attendre à quelque chose qui sort de l'ordinaire, mais plutôt à une de ces fameuses bonnes recettes qui ont déjà fait leurs preuves et les font toujours. Et excusez-moi pour cette chronique qui ne me satisfait pas du tout, la lecture commence à dater, et ça se sent !
J'ai adoré !
Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.



Livre reçu grâce aux éditions De la Martinière. Merci à eux !

3 mai 2015

Podcast Emission Radio La Bookinade Mai 2015

Précieux lecteurs,

Je vous retrouve aujourd'hui avec le lien du podcast de l'émission radio que j'anime pour Radio G!, La Bookinade.


Au programme :

- Sword Art Online Tome 1 : Aincrad écrit par Reki Kawahara
- Les Petites Reines écrit par Clémentine Beauvais

Vous pouvez écouter l'émission en cliquant juste

LA !

N'hésitez pas à me faire des retours !

Love, books and happiness,

Mathilde ♥