24 janvier 2016

The Book of Ivy Tome 2 : The Revolution of Ivy

Couverture The Book of Ivy, tome 2 : The Revolution of IvyThe Book of Ivy Tome 2 : The Revolution of Ivy 

Titre de la série : The Book of Ivy
Titre du tome : 2. The Revolution of Ivy
Auteure : Amy Engel
Editions : Lumen
Année de parution : 2015
Pages : 322 pages
Prix : 15 €

Résumé :

J'ai tout perdu. Mon foyer. Ma famille. L'homme que j'aime.
Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d'attendre que la faim et la soif et raison de moi. Ou bien qu'une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant... Mais je refuse d'abandonner. J'en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d'agir, enfin.
Bishop me l'avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà e la barrière, c'est encore pire. L'hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l'eau, des vivres, un abri. D'autres condamnés avec lesquels m'allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix : dois-je oublier ma vie d'avant, me venger de ceux qui m'ont trahie... ou mener, purement et simplement, la révolution ?
Car je ne suis plus une Westfall, ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre.

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier Emily et les éditions Lumen pour cet envoi extraordinaire !

Le premier tome de cette duologie avait été un pur délice. J'avais terriblement hâte d'en découvrir plus, même si j'appréhendais fortement le fait de devoir ensuite quitter cet incroyable univers. Mais il a bien fallu s'y mettre, et... J'ai encore une fois totalement succombé. Je dirais même coup-de-coeuré.

J'ai été ravie de retrouver les personnages que j'avais tant aimés. Ivy est toujours aussi attachante, fidèle à elle-même. Déterminée, brave, altruiste... Elle a tout pour elle, et son courage est impressionnant. J'ai trouvé qu'elle avait encore mûri dans cet épisode, pour mon plus grand plaisir. Quant à Bishop, il... OMG. Il est juste parfait. Je me sens extrêmement niaise à cause de ce personnage, mais c'est la vérité. Sa générosité, sa patience, sa sagesse... On ne peut que le vénérer. (Oui oui, rien que ça) Deux personnages secondaires font également leur apparition : Ash et Caleb, un fantastique duo. Aux antipodes l'un de l'autre, ils sont extrêmement attachants, avec des personnalités travaillées et intéressantes, ils sont tous deux un grand plus à l'histoire. Et, bien entendu, la glaciale société qui les entoure est toujours aussi particulière et insaisissable... Tout ce petit monde va vraiment, vraiment me manquer.

Il n'y a pas, l'auteure a réellement une plume époustouflante. Dès les premiers mots, je me suis retrouvée captivée, subjuguée. Après, impossible de me détacher du roman, que j'ai lu en... Une nuit. Oui oui. Son style est piquant et doux à la fois, sa créativité, sans limite. On passe par toutes les émotions possibles, on découvre à chaque instant quelque chose de nouveau dans cet univers si bien rodé. Lorsque vous lisez ce bouquin, vous n'avez plus de vie à côté, rien n'existe, si ce n'est Westfall et ses environs. Le lecteur se laisse totalement porter par le phénomène qu'est ce récit, il en tombe amoureux. C'est admirable, c'est magique, c'est Amy Engel !

Mais venons-en à l'intrigue. J'étais, je l'avoue, un peu inquiète, à cause de ce que la fin du premier tome laissait présager. Avant tout, je tiens à souligner que la transition entre les deux opus est très bien faite : On reprend très aisément le fil de l'histoire, sans ellipse, ce que je préfère. Et puis, après, on enchaîne les bons points. Il y a une très bonne dose d'actions dans ce tome, ce que j'ai trouvé très agréable. On sait dès le début qu'on se trouve dans une suite bien plus sombre, bien plus dure. Le côté dystopique ressort encore plus dans ce volet, donnant un récit encore plus mature et approfondi que le précédent. Westfall est loin, maintenant, place à l'autre côté de la barrière. J'étais très curieuse de voir le décor que l'auteure allait mettre en scène pour cela. Bon, pour être honnête, ce n'est pas incroyablement original, et il ressemble pas mal à d'autres zones obscures de dystopie. Néanmoins, il est décrit et utilisé avec énormément de détails, de pertinence. On parvient même à le voir, à le sentir autour de nous. Ce livre est également un cumul de surprises. Les rebondissements sont nombreux, ils donnent du souffle au récit dès que ce dernier semble vouloir se poser un peu. L'ennui est ici impossible, clairement. Les relations entre les personnages évoluent beaucoup dans cette suite, notamment entre Ivy et Bishop. Je sais que certains ont eu du mal avec la tournure qu'elle prend. Personnellement, j'ai beaucoup apprécié. Parce que j'ai trouvé ça plus crédible que ce à quoi on aurait pu s'attendre. Et honnêtement, j'ai trouvé ça vraiment plus beau et profond. Dans cet épisode, le leitmotiv n'est autre que survivre. La menace est partout, et la méfiance est comme son ombre. On se met vraiment à la place des personnages, et je peux vous garantir que cette lecture n'est pas de tout repos. Les passages qui pourraient éventuellement sembler un peu plus creux sont doublés par diverses menaces de fond, ce qui permet de donner à l'histoire plusieurs dimensions. La cadence est parfaitement menée, de manière à équilibrer les diverses péripéties, révélations, etc... On sent véritablement que tout est ingénieusement calculé, de telle sorte que le lecteur lise dans des conditions optimales. Sérieusement, c'est fusionnel ce qui se passe avec cet univers. Je ne sais pas vraiment comment l'expliquer, car l'auteure fait ça avec beaucoup de simplicité, et surtout énormément de talent.

Quand vient la fin... Après moult péripéties plus stupéfiantes les unes que les autres, qui déchirent le coeur et vous écarquillent les yeux, vous n'avez aucune envie de laisser cette série se terminer. La chute est explosive, l'équilibre entre le drame et la happy end est excellent, et il se passe énormément de choses. L'auteure prend alors le pari d'une fin extrêmement différente du reste de l'ouvrage, à savoir une fin plus... Poétique, dans sa façon d'être et d'être écrite. Peut-être pour rendre le sevrage un peu moins difficile... Car sincèrement, c'est un vrai déchirement de laisser ces personnages, cet univers. On en veut encore tellement plus... Et je peux vous assurer qu'il est ardu de se remettre de cette lecture addictive et puissante.

Pour ce qui est de la couverture.. Déjà que la première était magnifique, mais celle-ci est encore plus belle. Couleurs, graphismes, police... Tout est sublime. Et les petits détails qui se cachent partout, forts en symbolique... On se trouve irrésistiblement attiré par ce superbe travail. Le titre correspond lui aussi très bien à l'état d'esprit du texte, avec cet anglais moderne que j'aime tant.

Bref, je crois que vous aurez compris que selon moi, cette suite est largement à la hauteur du premier tome, voire même encore au-dessus. Je ne peux que vous convier à découvrir cette duologie vibrante et fascinante, qu'on aime indéniablement. Mon seul regret : Qu'il n'y ait pas un troisième volet ! C'est un beau coup de coeur pour cette série, sincèrement. J'espère de tout coeur qu'Amy nous proposera bientôt de nouveaux romans aussi réussis. En attendant, foncez les yeux fermés !

Coup de coeur !

Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.



Livre reçu grâce aux éditions Lumen. Merci à eux !

14 janvier 2016

Arrêtez-moi là !

Couverture Arrêtez-moi là !Arrêtez-moi là !

Titre : Arrêtez-moi là !
Auteur : Iain Levison
Editions : Liana Levi (Piccolo)
Année de parution : 2012
Pages : 245 pages
Prix : 9,50 €

Résumé :

Charger un passager à l'aéroport, quoi de plus juteux pour un chauffeur de taxi ? Une bonne course vous assure une soirée tranquille. Ce soir-là, pourtant, c'est le début des emmerdes... Tout d'abord la cliente n'a pas assez d'argent sur elle et, pour être réglé, il vous faut entrer dans sa maison pourvue d'amples fenêtres (ne touchez jamais aux fenêtres des gens !). Plus tard, deux jeunes femmes passablement éméchées font du stop. Seulement, une fois dépannées, l'une d'elles déverse sur la banquette son trop-plein d'alcool. La corvée de nettoyage s'avère nécessaire (ne nettoyez jamais votre taxi à la vapeur après avoir touché les fenêtres d'une inconnue !). Après tous ces faux pas, comment s'étonner que deux policiers se pointent en vous demandant des comptes ? Un dernier conseil : ne sous-estimez jamais la capacité de la police à se fourvoyer !

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier Stéphanie et l'agence Cartel pour ce très bel envoi !

Je ne connaissais pas du tout cet ouvrage avant qu'on ne me propose de le lire, à l'occasion de la sortie de l'adaptation cinématographique, le 6 Janvier. Le sujet m'a immédiatement emballée, et je me suis plongée avec grande curiosité dans ce roman qui m'a totalement charmée.

Les personnages m'ont beaucoup plu. Le narrateur est donc Jeff, chauffeur de taxi passionné par son métier, au grand coeur et auquel on s'attache très rapidement. Il est simple et naturel, avec un délicieux ton sarcastique. Cependant, malgré ce petit côté humoristique qui le suit, il est également un homme très touchant, qui nous prend aux tripes. Autre personnage marquant, Randall. Bon, lui, c'est plutôt dans l'autre sens qu'il nous marque. Cet avocat est si grossier et ridicule qu'il en devient hilarant. Et les commentaires de Jeff n'aident pas à rester sérieux face à son attitude... Mais cet homme ne nous fait pas que rire, il nous fait aussi nous révolter, par sa honteuse passivité. Mais ça, nous y reviendrons plus tard, car il s'agit du propre de ce roman. En réalité, il y a un très grand nombre de personnages divers et variés dans ce récit, qui, chacun à leur manière, apportent leur pierre à l'édifice. Plus ou moins plaisants, tous aussi approfondis, de véritables personnalités bien définies se dégagent de ce petit monde, permettant ainsi au lecteur de les sentir vivre.

Le style de l'auteur est très intéressant. Dès les premières lignes, on se trouve envoûté, interpellé. Le langage est courant, voire plutôt familier, il n'y a donc aucune barrière possible. Car précisons tout de même qu'il n'y a aucun abus de vulgarité, l'équilibre est le bon. Le choix de la première personne du singulier est extrêmement judicieux, car il offre une lecture "de l'intérieur", qui laisse réellement entendre et comprendre le message porté par ce texte. Les mots sonnent justes, ils résonnent en nous, nous permettent de nous sentir concernés par cette histoire si particulière. Impossible de lâcher ce bouquin, la curiosité vous pousse à toujours aller plus loin, pour le meilleur, et pour le p.... Non, uniquement pour le meilleur, en fait.

L'intrigue est... Sensationnelle. L'année dernière, en cours d'Anglais, j'ai travaillé sur les conditions de vie des prisonniers dans les centres pénitenciers américains. Croyez-moi, ce sont le genre d'images qui vous marquent. Alors, retrouver ce thème ici, et ce accompagné d'un autre sujet qui me plaît énormément... C'était le combo gagnant assuré. L'auteur prend, d'abord d'un point de vue purement littéraire, plusieurs risques. En effet, il prend le parti de mettre le lecteur dans la confidence. Dès le début, nous savons que Jeff est innocent, car nous en avons la preuve. Je veux au passage souligner la créativité et le détail apportés aux premières pages, celles qui nous projettent brutalement dans la vérité. De ce côté-là, il évince donc un éventuel suspense. Choix qui, au premier abord, peut sembler curieux. Cependant, c'est justement tout l'intérêt de ce récit. Ce livre est l'histoire de la Justice, ou plutôt, de l'injustice. Celle qui extrapole et qui ne veut pas perdre la face devant ses citoyens, en se donnant des airs inatteignables et parfaits. Des airs, seulement. Par ce livre, l'auteur dénonce, avec brio, la subjectivité, et la facilité de la justice américaine. Néanmoins, il ne s'arrête pas là, et va même jusqu'à une superbe critique de la société aveuglée et aveuglante, celle qui condamne avant de juger. J'ai trouvé cet engagement admirable, et partage totalement le point de vue qu'il nous livre. Nous avons donc ici une nouvelle audace de la part de l'auteur, qui ose désapprouver un système qui se veut efficace. De plus, il prend un parti très intéressant : Orchestrer une grande partie de son intrigue dans une prison. Quoi de plus ennuyeux, en temps normal, qu'un huis-clos aussi présent ? Pourtant, ici, c'est tout le contraire. L'auteur parvient à nous fasciner avec un espace fermé, limité. Il parvient à toujours apporter du souffle à son histoire, à la rendre cinglante de réalisme et bouleversante. Car bien entendu, si l'on rit beaucoup, on est surtout ici pour prendre conscience de faits graves. C'est au final un humour très noir, que j'ai adoré, et qui sert parfaitement bien l'idée directrice de cet ouvrage. J'ai également trouvé extraordinaire la simplicité avec laquelle son auteur met en scène des criminels, des violeurs. Il arrive à les faire paraître humains, banaux. Bien entendu, avec une telle lecture, on ne peut que se révolter. On finit par se trouver pantois face au ridicule de la situation, mais surtout par s'emporter face à cette Justice qu'on prétend rendre. C'est grandiose, sincèrement. On en apprend beaucoup, en tant qu'être cultivé certes, mais aussi en tant qu'être sensible. En autres termes, ce bouquin est un vrai coup de poing. Mais un coup de poing qui fait du bien.

La fin est... Très particulière, mais très réussie. Honnêtement, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre. Je savais simplement que j'allais être surprise. Les derniers chapitres sont très bien organisés, très bien pensés. Là encore, les choix de l'auteur sont pertinents. On sent que chaque détail est prévu de manière à apporter encore plus d'authenticité au texte, ce que j'ai réellement admiré. La chute est assez ouverte, mais surtout explosive. D'un côté, elle est simple. De l'autre... Les mots m'ont particulièrement frappée. Le plus gros de la prise de conscience se trouve là, coincée entre quelques phrases de talent. On finit donc sur un point on ne peut plus positif, qui fait écho en nous. Il nous invite à aller plus loin, à imaginer plus loin, mais n'a rien besoin de dire pour nous guider. Ce n'est pas un roman écrit par hasard, c'est un roman dont la volonté est de fer. Je peux vous garantir que vous n'êtes pas prêt d'oublier un tel ouvrage, vraiment.

La couverture représente très bien l'histoire, et son état d'esprit. Avec des symboles intéressants, je l'ai trouvée, elle aussi, pertinente. Le titre est un formidable jeu de mots, qui veut tout dire. Bref, ce livre a tout pour lui, et vous n'avez donc aucune excuse pour ne pas vous y intéresser.

Pour conclure, je vous recommande très vivement cette lecture, qui vous fera l'effet d'une claque. Glaçant de réalisme, brillant de talent, c'est un livre atypique, qui réussit tout ce qu'il entreprend. Il vous fait réfléchir, et vous fait passer un excellent moment. Alors, qu'attendez-vous ?! Pour ma part, je m'en vais de ce pas me mettre en quête d'une séance pour le film du même nom, en salles depuis le 6 Janvier, je vous le rappelle. Je ne sais pas pourquoi, mais là aussi, je le sens bien. A lire, à voir, à déguster, à aimer !

J'ai adoré !

Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.



Livre reçu grâce à Stéphanie et à l'agence de communication Cartel : Dealer de com. Merci à eux !

8 janvier 2016

Dysfonctionnelle

Couverture DysfonctionnelleDysfonctionnelle

Titre : Dysfonctionnelle
Auteure : Axl Cendres
Editions : Sarbacane (Expri'm)
Pages : 305 pages
Prix : 15,50 €

Résumé :

Fidèle, alias Fifi, alias Bouboule, grandit dans une famille DYSFONCTIONNELLE.
Papa enchaîne les allers-retours en prison, Maman à l'asile.
Mais malgré le quotidien difficile, Fidèle vit des moments de joie, entourée de ses six frères et soeurs aux prénoms panachés : Alyson, JR, Dalida, Jésus... Cette tribu un peu foldingue demeure "Au Bout Du Monde", le bar à tocards que tient le père dans Belleville.
A l'adolescence, la découverte de son intelligence précoce mène Fidèle à l' "autre" bout du monde : Un lycée des beaux quartiers où les élèves regardent de haut son perfecto, ses manières de chat de gouttière.
Mais c'est aussi là que l'attend l'amour, le vrai, celui qui transforme... CELUI QUI SAUVE.

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier Roxanne et les éditions Sarbacane pour cet envoi exceptionnel !

Ce livre... Je ne sais pas ce qui m'a poussée à le lire. Tout et rien à la fois. Peut-être le côté un peu hypnotique donné par la télé de la couverture ? Je ne pourrais vous l'expliquer. Mais il y a eu un truc qui m'a ordonné de le découvrir. Ce que j'ai fait. Et quelle, mais quelle découverte.

Les personnages sont irrésistibles. Totalement atypiques, avec de véritables caractères, des personnalités aussi variées que travaillées. La narratrice, Fidèle, est brillante. Pétillante, altruiste, sarcastique, spontanée, maline. Et humaine, surtout. Je l'ai littéralement adorée, on se sent si proche d'elle qu'on finit par ne faire qu'un avec cette jeune fille époustouflante. Ses frères et soeurs sont, vous l'aurez compris, nombreux, et originaux. Ils nous touchent, ils nous font rire, de Dalida la fausse bourgeoise à Marilyne l'anticonformiste, en passant par Jésus le dévot ou Grégo le bagarreur... On les aime, ces jeunes, ils nous font rire et pleurer à la fois. Dans une énergie incroyable, ils nous font découvrir leur univers si singulier. Leurs parents, divergents l'un de l'autre, mais si complémentaires, sont particulièrement émouvants, tant leur amour est palpable à travers les lignes. Un autre personnage qui m'a beaucoup marquée : Sarah, une amie de Fidèle. Bien que difficile à cerner au premier abord, on finit par apprendre à la connaître, et à l'aimer autant que les autres, pour sa vivacité d'esprit et son audace. En fait, ces personnages sont l'amour et la vie personnifiés. Ils sont, pour moi, les plus beaux, les plus vrais personnages que j'ai jamais croisés dans un ouvrage.

Le style de l'auteure est la plus belle douceur qui soit. Lorsque vous vous plongez dans ce roman, vous êtes immédiatement happé pour un voyage à travers la vraie vie. Vous avez le sentiment que les pages défilent à une vitesse folle et vous envoûtent, vous n'avez plus aucune possibilité de lâcher le livre. Axl Cendres ne colle pas d'artifice à ses mots, ils sont purs, ils sont bruts, et c'est ce qu'il y a de meilleur. Le moindre détail vous prend aux tripes, il y a tant de réalisme et de simplicité dans ce livre pourtant si grand... C'est une écriture qui va en profondeur, non pas de la langue française, mais des sentiments. Pour moi, c'est ce qui rend un ouvrage inoubliable, puisqu'il reflète ainsi, avec brio, ce que le lecteur a au plus profond de soi, et ne prend pas forcément la peine de voir, habituellement. (Oui, j'ai l'air d'avoir fumé pour écrire cette chronique, je sais, mais c'est mon enthousiasme qui me perd) Car ce roman, c'est un peu comme une révélation pour chacun d'entre nous.

L'intrigue est spectaculaire, puisqu'elle nous propose de suivre le quotidien d'une famille dysfonctionnelle. Oh, dit ainsi, cela peut sembler creux, voire ennuyant. Mais ce quotidien est loin d'être classique, loin d'être terne. Je n'avais jamais vu une histoire si colorée. Si puissante. Voyez-vous, si vous croisiez la famille de Fidèle dans la rue, vous changeriez de trottoir. Parce que vous ne les connaîtriez pas. Et ce livre met en lumière la stupidité de ces clichés que nous avons sur les familles singulières. Il nous prouve que l'on est heureux en étant soi, en étant aimé. Il explicite la fraternité et la force de cette famille qui vit comme elle l'entend, et qui s'en porte très bien. Alors bien sûr, ce bouquin n'est pas qu'un arc-en-ciel de bonheur. Des thèmes difficiles sont abordés, avec beaucoup de talent. En réalité, dans la famille du Bout Du Monde, la couleur dominante n'est pas le rose. Pourtant, malgré tout, ils parviennent à faire pétiller leur univers, avec une envie de vivre impressionnante. Le lecteur rit, le lecteur pleure, c'est un véritable ascenseur émotionnel. Grâce à l'imagination fourmillante de l'auteure, le quotidien de nos personnages est fait de mille et une péripéties. Il y a des hauts, des bas, des allers, des venues. En lisant ce bouquin, j'avais l'impression de suivre le mouvement d'une danse délicate et pimpante, qui m'entraînait toujours plus loin dans l'histoire. L'auteure fait des choix surprenants, pulvérise les codes habituels de la littérature, avec une justesse exceptionnelle. J'ai été particulièrement marquée par les relations qui existent entre les personnages, qu'elles soit amicales, fraternelles, amoureuses, ou autres. Parce qu'elles ont un sens. Elles ne sont pas là par hasard, pour combler un vide de dix pages par exemple. Elles existent pour délivrer un message, pour provoquer une émotion. Elles vous bouleversent, c'est impressionnant. Et puis, ce roman vous fait réfléchir. Personnellement, je l'ai plus ou moins pris comme un voyage initiatique. Je ne trouve pas les mots justes pour vous expliquer comme ce roman est sublime, authentique. C'est frustrant de ne pas parvenir à vous décrire la façon dont cet ouvrage m'a étourdie. Plus les pages passent, et plus votre coeur gonfle d'une tendresse nouvelle pour ces personnages, mais aussi pour la vie. Vous comprenez alors ce que signifie réellement vivre, vous comprenez que vous devez profiter de chaque instant. Rien n'est choisi au hasard, dans cette folle histoire qui est comme une bouffée d'air frais dans la noirceur de nos récents mois. Elle est indispensable.

Tout au long de la lecture, on est persuadé que la fin va être un réel supplice. Parce qu'on s'imagine qu'on ne pourra jamais abandonner cette famille, qui nous ouvre son coeur à chaque ligne. Et puis, l'auteure réussit un tour de magie. Elle boucle la boucle, d'accord. Mais elle fait plus que ça. Elle débute une nouvelle boucle, tissée d'espoir, d'amour et de promesses. Elle apaise son lecteur, lui donne confiance en la suite. Elle le rassure, avec un message extrêmement fort. Alors, on se sent bien, et on prêt à lâcher Fidèle, Sarah, et le Bout Du Monde. On ne les oublie pas, car ce roman est de ceux qui vous hantent longtemps, et qui ont un véritable impact sur votre vision des choses. C'est un livre qui donne envie de vivre, qui donne envie d'aimer.

Le titre est en parfaite adéquation avec le texte : Simple, mais fort, et original. De même pour la couverture, qui, à elle seule, veut tout dire. Et vous hypnotise, pour être bien sûre que vous lirez le livre. Mais ça, chut, il ne faut pas le dire.

J'espère, de tout coeur, que vous aurez compris à quel point vous vous devez de dévorer cette perle rare. Elle ne vous fera que du bien. Vous perdrez juste vos mots, comme moi, et votre chronique ne ressemblera pas à grand chose. Vous serez confus d'émotions, confus de vérité. Vous serez dysfonctionnel. Et croyez-moi, ça fait le bien de l'être, au moins le temps d'une lecture. 2016 débute avec un coup de coeur énorme. 100% brillant, 100% Exprim'. A lire !

Coup de coeur !

Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

Partenaires

Livre reçu grâce aux éditions Sarbacane. Merci à eux !

4 janvier 2016

Les Intrigantes Tome 2 : Secrètes

Couverture Les Intrigantes, tome 2 : SecrètesLes Intrigantes Tomes 2 : Secrètes

Titre de la série : Les Intrigantes
Titre du tome : 2. Secrètes
Auteure : Christine Féret-Fleury
Editions : Hachette
Année de parution : 2015
Pages : 222 pages
Prix : 15,90 €

Résumé :

Après le "duel des robes", Elise de La Valle se voit contrainte d'épouser le vicomte de Peaudres. Couverte de parures mais soumise à la cruauté de cet homme encore plus méchant que laid, recluse loin de Versailles dans un modeste château de campagne, Elise enrage. Elle prépare sa vengeance.
A la Cour, Rouge continue d'attiser toutes les passions. Pourtant nul ne l'a vue depuis ce fameux soir du "duel". Aux portes de la chambre du Roi, elle a été enlevée. Prisonnière dans un lieu inconnu, tyrannisée par une inquiétante geôlière, Rouge se tait. Elle aussi doit se venger.
Reines de beauté un jour, intrigantes toujours, Elise et Rouge devront-elles faire alliance ?

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier Matéïa et les éditions Hachette pour ce très bon envoi !

Souvenez-vous, en Juillet dernier, j'avais lu le premier tome de cette série, qui m'avait plutôt déçue. Malgré tout, j'attendais l'auteure au tournant pour une suite éventuellement supérieure à ce début un peu raté. Et bien, je suis ravie de dire que j'ai bien fait, car j'ai tout simplement adoré ce second opus.

Pour mon plus grand plaisir, les personnages, avec qui j'avais tout de même bien accrochés, se sont ici surpassés. Ce qui m'avait beaucoup plu, dans le tome précédent, était le caractère odieux et implacable des deux héroïnes, Rouge et Elise. Mais ici, dans la situation de faiblesse que devient la leur, on pouvait craindre de s'ennuyer, puisqu'elles ne domineraient plus. Toutefois, ce n'est absolument pas le cas. Justement, on apprend à redécouvrir les deux jeunes filles, au-delà des artifices de la Cour. Telles qu'elles sont vraiment, pour être honnête. J'ai apprécié cette occasion que l'auteure nous offre. Cette suite est également l'occasion de mieux connaître certains personnages secondaires, comme Philippe, par exemple. Cependant, c'est surtout Carmen, que j'ai retenue. J'ai été très surprise par cette jeune femme, par sa détermination, sa dévotion, mais surtout car elle est tout ce qu'elle n'a pas l'air d'être. Et j'aime les gens comme ça.

Bon, la dernière fois, j'avais, avec toute la sincérité un peu cash que vous me connaissez, bien descendu le style de l'auteure. Sachant que, pour cette, l'univers de la mode, qui avait sauvé la mise, disparaît quasiment totalement, on aurait pu s'inquiéter. Sauf que, non ! La fameuse étincelle propre à Christine, dont je vous parlais, est de retour. Et ça se sent ! Je n'ai eu aucun mal à me plonger dans l'histoire, et, en revanche, beaucoup plus à m'en détacher. C'est fluide, c'est rythmé, c'est efficace. Il y a de l'action, de belles descriptions, des dialogues pertinents, un riche décor historique. On ne s'ennuie pas, on se laisse entraîner par la danse comme dans un des bals de Versailles, et tout va pour le mieux.

L'intrigue a, elle aussi, subi une très nette amélioration. Je suis toujours séduite par l'originalité et l'audace de mettre en avant le machiavélisme de Versailles, qui offre un souffle nouveau à ces fictions historiques portées sur l'époque du Roi Soleil. Surtout que dans cette suite, l'histoire se fait bien plus sombre, bien plus dure... Et ce n'est pas plus mal. Adieu broutilles à propos de chiffons, et bienvenue à des dangers bien plus obscurs et menaçants. Cela permet au récit de mûrir, ce qui n'a pas été pour me déplaire. Dès les premières lignes, le lecteur aperçoit ce nouveau visage que révèle la trame, grâce à une immersion complète dans les périlleux coulisses de la Cour. Ménageons un peu de suspense, voulez-vous... Un des gros points forts de ce livre est probablement l'excellente dose d'action qu'il contient. Pourtant, le résumé annonce clairement un huis-clos. Que nenni ! Si ce dernier est certes extrêmement présent, cela n'empêche pas les révélations, les revirements de situation... Et les péripéties à l'extérieur des geôles de nos protagonistes ! Il y a énormément de mouvement dans cet ouvrage, qui s'envole petit à petit, allant crescendo, avec assurance. L'auteure a de la suite dans les idées, ce qui lui permet de mener loin ses personnages. Une nouvelle fois, les thèmes abordés frappent, délicieusement. Ce que j'aime, dans ce roman, c'est qu'il parvient à sortir des sentiers battus avec une aisance déconcertante. Et on finit par vivre l'aventure à fond, avec les personnages. Bien que l'ambiance soit extrêmement oppressante, on se sent, au cours de cette lecture, comme envoûté. Et on ne peut s'empêcher d'en vouloir toujours plus, assoiffé, comme si le fait de découvrir telle ou telle information était vital. Bon, j'avoue que je n'ai néanmoins pas réellement adhéré aux passages en italiques, avant chaque début de chapitre, sur des personnages de la Cour. Je trouve que cela coupe trop dans l'élan, qu'on ne sait finalement plus vraiment à quoi cela correspond, et qu'on se perd dans les points soulevés. A la fin, je ne les lisais même plus. En accord avec le nombre de pages, l'intrigue se déroule assez rapidement. C'est un parti pris, car on pourrait approfondir davantage. Cependant, j'ai trouvé qu'il s'agit d'un bon parti pris. En effet, des longueurs auraient été à craindre, et je préfère aller, comme ici, droit au but. J'apprécie davantage qu'on joue courtement avec mes nerfs, mais qu'intensément, que longuement, mais vaguement. Et c'est tout à fait ce que l'auteure parvient à faire. Un dernier petit éloge : L'alternance entre les narrations, d'un personnage à l'autre, mais aussi d'un type de narrateur à l'autre. On a ainsi une vision à 360° de l'univers crée, ce qui n'est pas négligeable, dans autant de noirceur.

La fin est très intéressante. Si elle donne quelques petites réponses à certaines interrogations, elle veille surtout à poser bien d'autres grandes questions. Elle apporte également de nouvelles et belles promesses pour la suite, avec, à croire les quelques indices, encore plus d'action, et de danger. De plus, on voit, petit à petit, le jeu des sentiments poindre entre les personnages. Pas forcément amoureux. Mais jusqu'à présent, ces derniers évoluaient plus dans un jeu d'apparences. Les choses sont en train de changer, et je suis très curieuse de voir ce que cela va donner dans le troisième tome. J'espère ne pas être déçue, et que cette belle évolution se poursuivra !

Le livre-objet est tout simplement magnifique. La couverture représente totalement le roman, la texture est douce et mystérieuse, à l'image des jeunes filles. Leurs regards voilés par la fausse tulle, aussi fausse que la pudeur qu'elle incarne... Je suis totalement accro. Quant au titre, et bien, autant vous dire qu'il est parfait, lui aussi.

Au final, c'est donc une très jolie surprise. Si vous avez été frustré par le premier tome, foncez vers cette suite ! L'intrigue est enfin parsemée de couleurs et de reliefs. Les personnages sont encore plus fascinants, et l'écriture bien plus agréable et prenante. Le voyage dans le temps en vaut le détour ! Quant à moi, je suis à présent très impatiente de lire le prochain épisode...

J'ai adoré !

Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

     

Livre reçu grâce au site Lecture-Academy et aux éditions Hachette. Merci à eux !

1 janvier 2016

L'adieu à 2015 et la bienvenue à 2016 : Bavardages utiles ou futiles

Très chers lecteurs,

Voilà, c'est fait, la page est tournée. 2015 est derrière nous, 2016 s'offre à nous. (C'est beau)

Je commence donc, avant tout, par vous souhaiter le meilleur pour cette nouvelle année. Bonheur, amitié, santé, amour, argent, épanouissement, rencontres, projets, et bien entendu lectures... Le baratin habituel pour être honnête, mais n'est-ce-pas ce qu'on espère pourtant à chaque fois, pour soi comme pour les autres ? Alors, je ne dérogerai pas à la lettre, pour une fois.


Pour Ma Malle aux Livres, 2015 a été une très belle année, tant pour les chiffres que pour les projets. 
Les chiffres, d'abord :

137 abonnés sur le blog,
159 210 pages vues sur le blog depuis sa création, soit,
66 272 pages vues cette année,
1 327 abonnés sur Instagram,
1 370 J'aime sur Facebook,
808 abonnés sur Youtube,
698 followers sur Twitter,
2 536 lectures pour l'article le plus vu, le Kestenpenses ? sur l'élitisme de la Littérature.

Je n'aime pas donner des chiffres, car je suis grande défenseur (Vous saviez, vous, qu'il n'y avait pas de féminin pour ce terme ? Cela me débecte) du manque de sens de ce type de données, mais je le fais quand même, parce que je suis quelqu'un de très logique, voyez-vous. Et puis, une fois par an, ça fait genre je calcule je surveille j'organise je gère je contrôle, voilà voilà.

Pour ce qui est des lectures... Euh... Bon... Comment vous dire... Le nombre est clairement à la baisse cette année. Si je parvenais tout juste à finir 2014 sur la centaine de livres, là, ce n'est pas le cas. Pareillement, le lycée et les autres projets comme la radio ou le théâtre m'ont pris mon temps, mais toujours pas ma motivation.

79 livres lus

7 coups de coeur

(OUI ! JE SUIS MOINS CHIANTE DIFFICILE QUE L’ANNÉE DERNIÈRE ! 2 COUPS DE COEUR DE PLUS LES AMIS ! CHAMPAGNE !)

Afficher l'image d'origine   Afficher l'image d'origine   Afficher l'image d'origine   Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine   Afficher l'image d'origine   Afficher l'image d'origine

(Je crois que vous avez compris que plus c'est déprimant, triste et glauque, plus j'aime ça)

Et puis, en 2015, il y a eu des nouveautés, des projets...

- L'achat du nom de domaine, donc www.mamalleauxlivres.com,
- Le changement d'adresse mail, contact@mamalleauxlivres.com,
- Deux articles dans la presse locale, pour Angers-maville et Ouest France,
- De nouveaux partenariats, avec des éditeurs, auteurs, blogueurs
- Mon second SLPJ à Montreuil, un retour merveilleux et inoubliable, 
- La création du rendez-vous Kestenpenses ?, pour échanger avec vous,
- Ma participation à Lire en Short, avec la bande de Booktube et la Blogo en short,
- Ma participation en tant que jury au concours des éditions Edilivre,
- Les 3 ans du blog en Avril, déjà...

Et puis, La Bookinade, sur Radio G!, qui continue toujours et encore pour mon plus grand plaisir. Surtout qu'à présent, l'émission est diffusée une seconde fois chaque mois ! Ah, et l'horaire a changé, dorénavant, c'est chaque Mercredi pair, à 13h. 101.5 FM, ou www.radio-g.fr !

Sur un plan moins littéraire... On ne va pas se mentir, je ne vous apprends rien, 2015 a été une année de merde pour la France, pour le monde. J'aimerais ne plus avoir à vous écrire des lettres ouvertes comme je l'ai fait cette année. L'avenir nous le dira. Et sur un plan plus perso, 2015 a été une drôle d'année. Nous verrons bien ce qui suivra.

Et puis, un dernier point (Comme tu es bavarde, mon enfant) pour les rencontres orchestrées par Ma Malle aux Livres. Cette année, j'ai rencontré, grâce au Web, de magnifiques personnes. Je ne vais pas vous les lister, de peur d'oublier quelqu'un, mais j'aimerais citer au moins Juliette. Merci pour tout ce que tu fais pour moi, ton petit oiseau.

A présent, il faut parler de 2016.

Pour le blog, j'ai plein de projets, d'idées, d'envies... Bref, je vous prépare des petits trucs chouettes.
Mais 2016 pour moi, c'est aussi l'année du BAC, l'année du permis, l'année de la majorité, ET accessoirement, le début des études supérieures.
Je vais être honnête avec vous : Je n'ai, à l'heure actuelle, aucune idée de là où je serai en Septembre 2016. C'est un choix cornélien, et avouons-le, un choix que je n'ai pas envie de faire. Mais c'est la vie, ma pauvre Lucette. 
Evidemment, avec les révisions, je vais devoir ralentir le rythme. Mais, quoiqu'il arrive, sûrement pas abandonner. Le blog est devenu plus qu'un passe-temps, c'est une partie de moi, et il est impensable de le délaisser.
ALORS DÉSOLÉE, MAIS TOUT CA POUR DIRE QU'EN 2016, MALGRÉ TOUT, VOUS ALLEZ ENCORE DEVOIR ME SUPPORTER DEPUIS VOTRE ECRAN.

Je me répète, mais des millions de merci à toi, toi, et puis toi, sans t'oublier toi, et puis vous ma p'tite dame, vous mon bon monsieur, et toi bien sûr. Sans vous tous, rien de tout cela n'existerait. Vous êtes les meilleurs, je le sais, et j'espère que vous aussi.
Ayez confiance en vous, c'est important, vous savez.

Encore tout plein de belles choses pour 2016,

Mathilde ♥