24 août 2016

Songe à la douceur

Aujourd'hui sort un livre pas comme les autres.
Pour l'occasion, je ne pouvais que vous faire une chronique pas comme les autres.

Tout début 2016, j'ai eu le très grand honneur de pouvoir lire en très grande avant-première le nouveau roman de Clémentine Beauvais, aux éditions Sarbacane. 

Ce roman, c'est Songe à la douceur.

Songe à la douceur, c'est ça :

Afficher l'image d'origine

Mais aussi ça :

Afficher l'image d'origine

Et ça :

Afficher l'image d'origine

Et même ça :

Afficher l'image d'origine

Et enfin ça :

Songe-a-la-douceur_p56-57

Parce qu'à la base, Songe à la douceur, c'est surtout ça :

Afficher l'image d'origine        +        Afficher l'image d'origine
Si vous ne connaissez pas trop ni la gauche ni la droite, le blog de l'auteure et son article sur les Onéguineries existent pour vous : ICI ! Ou LA. Ou JUSTE LA. Au choix.

Et comme le disent si bien les éditions Sarbacane, ce livre pourrait se résumer à ça :


Vous l'aurez compris, à lui tout seul, Songe à la douceur représente beaucoup de choses. 

Lors de ma lecture du tapuscrit au mois de Février, une des missions que m'avaient confiées les éditions Sarbacane était de décrire ce livre comme si je le décrivais à un ami. Alors, pour l'occasion, j'ai joué la carte de la fiction. Voici donc quelques mots romancés sur ce qu'est Songe à la douceur pour moi :

«  Elle était là, assise sur un banc d’un vert blanchi par le temps. Son regard baissé vers ce qui semblait être un livre, elle ne prêtait attention à rien de ce qui l’entourait. Elle était belle ainsi, à ne voir que ce qu’elle lisait. Il avait envie de lui parler. Il n’avait jamais su trouver les bons mots pour aborder les filles comme elle, celles qui pouvaient rester seules, assises sur un banc, à dévorer un ouvrage qu’elles semblaient trouver passionnants. Pourtant, il fallait qu’il lui parle. Trois enjambées, les plus spontanées de sa vie, et il était assis à ses côtés.

- Bonjour, tenta-t-il. 

Sans se détourner de sa lecture, elle lui répondit poliment. Puis, ce fut tout. 
Tout ? Non. Cela ne pouvait pas s’achever ainsi. Il s’était assis auprès d’elle, après tout. Il méritait plus.

- Puis-je vous demander ce que vous lisez ? Vous m’avez l’air si… Fascinée.

Cette fois-ci, elle prit le temps de le regarder, les yeux embués d’émotion. 

- Songe à la douceur, de Clémentine Beauvais. Une histoire d’amour aussi délicieuse qu’atypique.

- Comment une histoire d’amour peut-elle être atypique ? Un mec rebelle fait succomber une fille coincée, ils font 300 pages de « Je t’aime-Moi non plus », puis finissent au lit sans qu’on comprenne vraiment pourquoi, avant de conclure sur une déclaration pseudo-sentimentale. C’est atypique pour vous, ça ?

- Songe à la douceur n’est pas de ces histoires fades et inutiles. Il trouve la beauté dans la simplicité, dans la réalité. Ce roman est ce que vous n’avez jamais lu, et que vous ne relirez pas ailleurs. Il vous fait découvrir ce qu’est vraiment l’amour. Il vous fait tomber amoureux de ses mots. Il vous prend aux tripes, vous déchire, vous chavire, comme une splendide bourrasque, inattendue, et pourtant si cinglante. C’est plus qu’un livre, c’est une réflexion sur ce qu’on pense savoir des sentiments, des relations. Avec lui, vous comprenez enfin que vous ne savez rien. Imaginez. Au carrefour de la vie, alors que vous pensez savoir quelle route emprunter, vous tombez sur un amour manqué. Avant qu’il ne vous file entre les doigts, vous courrez pour le rattraper.

- Et ? Vous le rattrapez ?

- Ça, pour le savoir, il faut découvrir ce livre. 

- Oui, vous le rattrapez. C’est évident, c’est une romance.

- Il faut le découvrir, je vous dis. 

- Je n’aime pas vraiment lire.

- En réalité, ici, il ne s’agit pas vraiment de lire. Vous ne lisez pas. Vous ressentez. Vous aimez. Vous ne faites plus qu’un avec ce récit. Vous en faites partie intégrante. Ou c’est lui qui fait partie de vous. A vrai dire, je ne sais plus trop. J’ai perdu la tête avec ce livre. J’ai perdu tous mes repères, j’ai appris à tout reconsidérer. J’ai appris à vivre, aussi. Vous savez, il y a des livres qui changent votre vie. Je crois que celui-ci en fait partie. Puissant, hors du temps, envoûtant. C’est ainsi que j’aime le décrire, quand j’y pense. C’est une parenthèse qu’on voudrait ne jamais fermer. Il ne faut pas en avoir peur. Il ne vous veut que du bien, vous savez. Il réussit tout ce qu’il promet. 

- Même me convaincre ?

- Surtout vous convaincre. Il convaincra n’importe qui, même les plus réticents comme vous. Vous aimez vivre ?

- Euh, oui, j’imagine que oui.

- Alors vous aimerez ce livre. Parce que c’est comme cela que vous vous sentez, en le lisant. Vivant. 

Ils étaient là, assis sur un banc d’un vert blanchi par le temps. Leurs regards liés l’un à l’autre, ils ne prêtaient attention à rien de ce qui les entourait.

Plus tard, on dira que c’est par une histoire d’amour manqué que tout a commencé. »

En fait, Songe à la douceur est tout simplement une perle rare. Un des plus beaux livres que j'ai jamais lus. La preuve avec un Tweet, posté il y a quelques mois déjà :


Et puis ce Tweet est devenu une quatrième de couverture... Malgré la petite coquille dans le nom du blog, c'est bien moi qui suis citée, aux côtés de blogueurs au top que vous vous devez de connaître.

 

Ainsi, Songe à la douceur, c'est beaucoup d'émotions, beaucoup de talent. Mais c'est principalement à lire, à déguster. A relire, même. 

C'est aujourd'hui chez votre libraire préféré, et c'est à ne pas manquer.

Je compte sur vous. Vous ne le regretterez pas. C'est promis.

Songe à la douceur, ou 248 pages pour LE livre de l'année.

...

Bah alors, qu'est-ce-que vous faites encore là ?! La librairie, c'est pas par là ! Zou !

15 août 2016

Duchesses Rebelles Tome 1 : L'intrépide cousine du Roi

Couverture Duchesses Rebelles, tome 1 : L'intrépide cousine du roiDuchesses Rebelles Tome 1 : L'intrépide cousine du Roi

Titre de la série : Duchesses Rebelles
Titre du tome : 1. L'intrépide cousine du Roi
Auteure : Anne-Marie Desplat-Duc
Editions : Flammarion
Année de parution : 2016
Pages : 276 pages
Prix : 14 €

Résumé :

Quel destin que celui de cette jeune Duchesse, cousine de Louis XIV !
Anne-Marie aurait pu profiter des fêtes de la Cour, mais elle a un tempérament de feu et choisit la révolte ! Elle sera frondeuse avec d'autres demoiselles aussi bien nées qu'elle... Ce qui ne l'empêche pas de rêver au Prince qui fera battre son coeur.
Voici son histoire...

Mon opinion personnelle :

Je commence par remercier Brigitte et les éditions Flammarion pour cet envoi !

Anne-Marie Desplat-Duc est assurément une des auteurs les plus marquants de mon enfance. Les Colombes du Roi-Soleil ont été mes idoles, et j'étais très impatiente de la retrouver pour cette nouvelle série. Malheureusement, je dois avouer avoir été un peu déçue du voyage...

J'ai eu un peu de mal avec les personnages. Ils étaient intéressants, mais nombreux. Bien que travaillés, il était difficile de tous les repérer, et de vraiment s'attacher à eux. La narratrice, Anne-Marie, est sympathique, pleine de bonne volonté, quoique parfois un peu légère et naïve, mais je n'ai pas l'impression d'avoir réellement eu l'occasion de la connaître. C'est assez frustrant, quelque part... Malgré cela, on sent que chaque figure de cet ouvrage a quelque chose à nous raconter, qu'il y a un fond, mais leur multiplicité fait qu'il est ardu pour le lecteur d'avoir le temps de creuser... C'est dommage, car même les personnages secondaires m'intriguaient beaucoup.

Le style de l'auteure est resté fidèle à lui-même : Simple, mais efficace. J'ai retrouvé ce souci du détail, cette délicatesse dans l'écriture qui rendent cette auteure si agréable à lire. Le texte est fluide, cependant cette fois, il m'a manqué un peu de relief sur certains passages. Mais je reviendrai sur cela plus tard. Dans l'ensemble, le style m'a plu, et est véritablement bon. Le problème de ce relief ne venait vraiment pas de l'écriture en fait, mais nous allons y venir...

Venons-en à l'intrigue. Pour cette nouvelle série, l'auteure a décidé de répondre à ses lecteurs en choisissant d'écrire sur des faits réels. L'idée était bonne, et m'emballait sincèrement. Toutefois, pour moi, ça ne l'a pas fait. J'imagine que cela vient de l'Histoire, donc le passage n'était peut-être pas propice à l'écriture d'un roman jeunesse. Mais en réalité, l'intrigue m'a semblé creuse. J'avais le sentiment de toujours lire la même chose, comme si le récit était une sorte de cercle qui se répétait. J'attendais du mouvement, mais il ne venait pas. J'ai trouvé cela un peu décevant, dans un sens. Même s'il est très bien de la part de l'auteure d'avoir conservé l'Histoire sans trop la romancer, le rendu final m'a déçue. Il y avait quand même beaucoup de longueurs, malgré tous les efforts qui étaient faits pour apporter du souffle à l'histoire. A la lecture du résumé, je m'attendais à une bonne dose d'action, à du suspense, à de l'énergie partout. En réalité, c'est principalement l'aspect romance et quête de l'âme sœur qui est mis en avant ici. Une grande partie de l'histoire se concentre sur les hésitations d'Anne-Marie, sur les faux espoirs, les possibilités, les questions amoureuses... Finalement, tout cela noyait le côté vraiment aventure initialement présenté. Le récit se déroule sur un laps de temps relativement long, ce qui a, pour moi, été un peu compliqué à suivre, puisque j'avais parfois l'impression de passer à côté de certaines choses. Il y a de bonnes idées, mais elles passent si vite... Ceci dit, d'un point de vue purement historique, ce roman est l'occasion d'en apprendre pas mal. Ça, c'est quelque chose que j'ai apprécié. On découvre certains personnages de l'Histoire, on en redécouvre d'autres. En ce sens, cet ouvrage est riche. Ce qui pose vraiment problème pour moi, c'est que ce roman donne vraiment l'impression d'être un livre mouvementé, un message de rébellion, alors qu'à la lecture, on se rend compte que ce côté explosif reste très en retrait. Peut-être que j'aurais davantage accroché si je n'avais pas attendu quelque chose de totalement opposé, en tout cas, même si le livre n'est pas mauvais, ce n'était pas, à mes yeux, ce que le lecteur était en droit d'attendre...

La fin rattrape plutôt bien le reste du livre. En effet, tout s'accélère, ce qui permet d'arriver enfin à un récit plus vivant, plus prenant. Là, pour moi, c'était vraiment ce à quoi je m'attendais : De l'action, avec une ombre romantique. Cela m'a bien plu. Mais c'était un peu tard, vous vous en doutez... Néanmoins, l'épilogue, en accord avec le prologue, est amené de façon très intelligente, un brin mystérieuse. Le lecteur est intrigué, sa curiosité est piquée, il a envie d'en savoir davantage. On sent que le dernier mot n'a pas encore été dit, et c'est pour cela que je suis tout de même très curieuse à l'idée de lire le tome suivant.  Je suis persuadée que cette série a du potentiel, même si ce premier tome a été un peu difficile à mon goût.

Le livre-objet est magnifique, vraiment. A l'intérieur de l'ouvrage, la mise en page est raffinée, élégante. Les couleurs de la couverture donnent du vivant et du mordant à l'ouvrage, en apportant du flashy qui contraste avec l'époque. Bon, pour ce qui est du titre, mon avis est plutôt mitigé étant donné que pour moi, les mots choisis ne correspondent pas réellement au contenu du livre...

En résumé, même si cette lecture n'a pas été une catastrophe, je n'ai pas été charmée comme je l'espérais. Des personnages trop flous et une overdose de tourments amoureux ont pour moi trop pesé sur la richesse historique et sur la belle plume de l'auteure. C'est dommage pour cette fois, mais je suis convaincue que la suite sera meilleure, comme le laisse le présager la fin. Affaire à suivre !

J'ai été déçue...

Livre se trouvant dans ma propre bibliothèque.

Afficher l'image d'origine

Livre reçu grâce aux éditions Flammarion. Merci à eux !