Post Top Ad

29 août 2017

Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée...

Résumé :

Ce livre terrible a connu un retentissement considérable en France et dans toute l'Europe. Ce que raconte cette jeune fille sensible et intelligente, qui, moins de deux ans après avoir fumé son premier «joint», se prostitue à la sortie de l'école pour gagner de quoi payer sa dose quotidienne d'héroïne, et la confession douloureuse de la mère font de Christiane F. un livre sans exemple. Il nous apprend beaucoup de choses, non seulement sur la drogue et le désespoir, mais aussi sur la détérioration du monde aujourd'hui.

Mon opinion :

Je me souviens, il y a six-sept ans, être passée plusieurs fois devant ce livre dans des vides-greniers. Ce n’était pas le seul livre que je voyais régulièrement, mais à chaque fois, j’ai été particulièrement marquée par celui-ci : « Droguée », « Prostituée » ; pour moi, c’était des « gros mots », des mots d’adulte, et j’étais comme inquiète de les voir associés à « 13 ans », ce qui était à peu près mon âge à l’époque.

Pourtant, comme tout enfant devant un objet interdit, j’étais très intriguée par ce mystérieux roman. Je m’étais promis de le lire un jour, et je remercie ma curiosité d’enfant de m’avoir poussée à noter ce titre. Car croyez-moi, vous avez sous vos yeux un incontournable.
Il est vrai que j’arrive après la bataille, cet ouvrage est déjà connu par 99,99% de la population mondiale, je n’ai pas besoin de le vendre, son succès est fait. Mais je tiens à vous rappeler à quel point ce récit est fort, déstabilisant. A l’image de son titre.

Cette histoire a un goût particulier, parce que nous avons tous été adolescents, et nous avons tous vécu ce qu’a vécu Christiane. Pas la drogue ou la prostitution, mais ce qui l’a conduit à ces deux drames : La conquête de notre personnalité, la nécessité d’exister aux yeux des autres, le besoin irrépressible de trouver un modèle auquel s’identifier pour grandir. Chacun à notre manière, nous sommes passés par cette étape au cours de notre vie, alors, les réflexions de Christiane nous parlent, rappellent des souvenirs. Cela a quelque chose d’effrayant. Se dire, « Merde, moi aussi je raisonnais comme cela, moi aussi, j’ai été Christiane. », et comprendre quelle chance extraordinaire nous avons eu, nous. Vous vous prenez une sacrée claque, qui réveille votre adolescence, peut-être déjà enfouie bien loin dans votre passée, et lui fait prendre conscience qu’elle est, qu’elle a été bien belle.
Cet ouvrage vous prend à la gorge par sa simplicité. Je parlais de ce livre avec ma collègue (Amélie, si tu passes par ici un jour !), et instinctivement, j’ai eu la bêtise de lui dire « Oh, ça se lit bien, il n’y a pas vraiment de style. » C’est faux, bien entendu. Oui, ce témoignage se lit très facilement, il est très accessible, car relaté à l’oral par une adolescente dont l’accès à l’éducation a été très limité, compte tenu de sa dépendance à l’héroïne. Les faits sont narrés comme ils sont ressentis, avec une voix d’enfant dans un corps et une vie d’adulte. C’est brut. Pas cru non plus ; que les âmes très sensibles se rassurent, les scènes de prostitution ne sont pas explicites, les prises de drogue non plus. Mais c’est ça, le style, cette authenticité bouleversante, cette réalité trop réelle. Et rien n’aurait pu être mieux approprié pour raconter cette histoire.
Bien entendu, ce livre est dur. On en apprend énormément. On découvre les coulisses de la drogue, l’addiction, la dépendance, le manque. Ce témoignage est glaçant, désespérant, même, parfois. On le dévore porté par l’espoir, l’espoir de voir Christiane réussir un jour son sevrage, l’espoir qu’elle ne soit pas la prochaine victime de l’héroïne annoncée par le journal. Et pourtant, chaque page lue sonne comme un véritable pas en arrière pour la jeune fille. Le lecteur est pris dans un infernal cercle vicieux presque aussi addictif que les stupéfiants ingérés par Christiane et ses amis, ou plutôt, ses relations, car on le découvre très vite avec ce livre : Une fois la barrière de la drogue franchie, il n’y a plus d’ami, de famille, d’amour, il n’y a que de la dépendance, à la drogue, et à tout ce qu’elle nécessite, l’argent, la prostitution, le crime, et je vous en passe.

J’espère vous avoir convaincus, j’espère ne pas vous avoir effrayés. Vous savez, un livre pareil, c’est important de le lire. Ce n’est pas une contrainte, c’est une chance. De prendre conscient de la valeur et de la fragilité de la vie, tout simplement. Je ne peux que vous le conseiller, grands ou petits lecteurs, n’hésitez pas ; qui que vous soyez, ce livre est fait pour vous.


♫ En fond d'écriture de chronique, S&M, Rihanna
Le 29 août 2017 à 10:30 / Par / 1 Commentaire(s)

1 commentaire:

  1. C'est un témoignage que je n'ai pas encore lu mais, bien sûr, je connais ce titre. Enfin, je l'ai déjà vu plusieurs fois. Pourtant, je n'ai pas pris la peine de le lire alors qu'il serait vraiment intéressant de le lire, justement. Il faudrait que je me tourne un peu plus souvent vers ce genre de lecture !

    RépondreSupprimer

Petite explication pour mettre un commentaire :

- Ecrivez dans le cadre dédié à cet usage.
- Choisissez votre profil. Je vous recommande "Anonyme", "Compte Google" ou "Nom/URL".
- Cliquer sur "Publier".

Et le tour est joué ! Merci !

Post Top Ad